L’architecture des mosquées en Chine

En 2014, il y avait plus de 39 000 mosquées enregistrées auprès des départements des Affaires religieuses du Gouvernement populaire chinois, dont environ 24 300 situées dans la région autonome du Xinjiang au nord-ouest du pays. Ces mosquées ont été érigées pour permettre aux musulmans chinois, au nombre de 23 308 000 en 2010 soit 1,8% de la population chinoise, de pratiquer leur foi. 

La manière dont l’architecture typiquement islamique de la mosquée s’est adaptée au contexte chinois est particulièrement intéressante, la Chine étant elle-même héritière d’une longue et pérenne tradition architecturale au moment où l’islam s’étend aux diverses régions de l’empire. De plus, la Chine n’ayant pas toujours été un territoire unifié, il semble évident que différentes traditions architecturales de mosquées chinoises aient vu le jour au cours des siècles.

Historique des mosquées en Chine

L’arrivée de l’islam en Chine est généralement datée de la seconde moitié du VIIe siècle, mais aucun matériel archéologique architectural n’atteste de la présence de mosquées en Chine antérieur à l’époque Song (960 – 1279). Une légende raconte qu’une mosquée aurait été érigée dans la ville de Kaifeng entre la fin du VIIe siècle et le début du VIIIe siècle, mais ces datations paraissent bien peu réalistes, trop proches temporellement de l’hijra du prophète, de plus, à l’époque, Kaifeng était une ville de moindre importance. Les sources écrites sont également rares, et le plus ancien témoignage de l’existence d’une mosquée en Chine est attesté dans un document conservé à la mosquée Daxuexixiang de Xi’an faisant référence à l’empereur Tang Zhongzong (r. 705 – 710) qui aurait approuvé la construction de l’édifice. 

Les plus vieux témoignages de mosquées en Chine se trouvent dans les villes côtières de Guangzhou, Quanzhou, Hangzhou et Yangzhou. L’arrivée de l’islam par le sud de la Chine n’est pas surprenante dans la mesure où la majorité des musulmans se rendant en Chine, souvent des ambassadeurs ou des marchands, empruntaient les routes maritimes de la soie et pénétraient le territoire chinois par le sud avant de remonter vers la capitale. 

Sous la dynastie mongole des Yuan (1279 – 1368), les musulmans se sont vus accorder un statut particulier leur conférant certains privilèges, ce qui a entraîné une vague d’immigration de musulmans venus s’établir en Chine. Ces nouvelles concentrations de croyants dans l’empire ont donc favorisé la construction de mosquées, lieux de culte qui subviennent aux besoins des  communautés musulmanes nouvellement installées. Avec l’arrivée au pouvoir de la dynastie chinoise des Ming (1368 – 1644), beaucoup de musulmans se sont regroupés dans la capitale d’alors, Nanjing, qui devient ainsi un important centre d’études islamiques. Mais très rapidement, cette communauté musulmane a éclaté et les musulmans de Nanjing se sont dispersés dans le pays, accompagnant les conquêtes militaires ou suivant l’empereur à Beijing. Fondée à l’époque Ming, la mosquée Jingjue est la plus ancienne mosquée construite à Nanjing sous l’ordre de l’empereur Hongwu (r. 1368 – 1398). L’un des plus beaux témoignages de l’architecture islamique de cette période est la grande mosquée de Xi’an, reconstruite autour de 1392 et dont la structure a été protégée jusqu’à aujourd’hui. Le moment de transition entre la dynastie Ming et la nouvelle dynastie mandchoue des Qing (1644 – 1911) est marqué par un mouvement de traductions de textes islamiques en chinois et par le développement de l’éducation religieuse des musulmans chinois au sein même de ces mosquées. Ainsi, de nombreux édifices religieux sont restaurés aux XVIIIe et XIXe siècles. La période voit également l’introduction du soufisme en Chine, qui se manifeste par la création de sectes et de menhuan (门宦). Ces développements sont à lier avec la conquête par l’empereur Qianlong (r. 1735 – 1796) au XVIIIe siècle de la région du Xinjiang, où les populations sont en majorité musulmanes et possèdent leur propre identité culturelle. De fait, le soufisme a été importé au Xinjiang au cours du XVIIe siècle depuis Boukhara et Samarkand en Asie centrale. Puis, à partir de cette région, les écoles soufies se sont épanouies jusqu’aux provinces du Gansu, de Ningxia et de Qinghai, dès le XVIIIe siècle.

Une image contenant carte

Description générée automatiquement

Adaptation de l’architecture islamique au contexte chinois

Au moment où l’islam a commencé à s’implanter en Chine, une tradition architecturale déjà bien structurée avait été adoptée par des édifices impériaux, taoïstes, bouddhistes ou bien confucéens partout sur le territoire. Une relative uniformité se dégage dans l’architecture traditionnelle chinoise, cela est dû notamment à certains principes, comme le fait qu’un bâtiment n’est jamais pensé comme isolé mais comme appartenant à un complexe plus vaste, ou comme la notion de fengshui (风水), pratique ayant pour but l’harmonisation de l’énergie environnementale d’un lieu, qui est également très prégnante. De nombreux éléments décoratifs qui appartiennent à la tradition architecturale islamique (calligraphie, motifs floraux, ornements géométriques…) trouvent un écho dans l’architecture traditionnelle chinoise au sein de laquelle ils sont réadaptés. Ainsi, les mosquées chinoises se distinguent bien peu du paysage architectural local. Le mélange est possible parce que de nombreuses fonctions de la mosquée peuvent être facilement incorporées dans le système standardisé de construction chinois et parce que les exigences du culte musulman ne compromettent ni n’exigent des caractéristiques qui différencient extérieurement son architecture de celle du bouddhisme, du confucianisme, du taoïsme ou du judaïsme en Chine. 

La terminologie liée aux mosquées en Chine est intéressante, puisqu’elle pose des questions de traduction. Déjà en arabe, le terme masjid désigne à la fois le bâtiment de la mosquée et l’espace de prière. En chinois, c’est le suffixe si (寺) qui est très souvent utilisé pour désigner le bâtiment de la mosquée. Il est important de noter alors que le terme si, que l’on peut traduire par « temple », est également utilisé pour désigner les édifices religieux bouddhistes notamment, mais aussi chrétiens, zoroastriens et juifs. L’ambiguïté entre les différents édifices religieux en Chine existe donc dans l’architecture, mais aussi dans la dénomination des lieux eux-mêmes. 

Un exemple de mosquée hui

La mosquée Huaisheng est considérée comme la plus ancienne mosquée de Chine. En effet, certains de ses témoignages matériels remonteraient au XIVe siècle. La légende raconte qu’elle aurait été fondée par l’oncle du prophète en 627, mais il s’agit d’une date bien trop précoce. Il n’est cependant pas impossible d’imaginer qu’une mosquée ait pu être érigée sur le site dès l’époque de la dynastie Tang (618 – 907). L’édifice a ensuite connu plusieurs reconstructions et restaurations au cours des siècles. 

Entrée de la mosquée Huaisheng, Guangzhou, Province du
Guangdong, Chine © Wikimedia Commons

Le plan de la mosquée Huaisheng est particulièrement représentatif de l’architecture islamique en Chine qui s’appuie sur le modèle des temples. L’entrée, située au sud du bâtiment, donne sur une structure au plan en forme de T qui débouche sur des arcades couvertes entourant le yuetai (月台), une plateforme utilisée habituellement pour des rites chinois. L’espace de cette cour semble donc avoir servi à l’accueil de certaines cérémonies mais également à l’hébergement de fidèles. Le yuetai est annexé au mur sud du masjid, terme désignant la salle de prière. Ainsi, cette dernière se voit désaxée par rapport à l’alignement du mur qibla à l’ouest avec une entrée axiale sur le mur est. 

Plan de la mosquée Huaisheng, Guangzhou, Province du Guangdong, Chine
© STEINHARDT, Nancy Shatzman. « China’s earliest mosques ». Journal of the Society of Architectural Historians, 2008, vol. 67, no 3, p. 336.

Le minaret de la mosquée de Guangzhou représente alors une structure plutôt inhabituelle, si bien que les habitants de la ville l’ont nommé Guangta (光塔), la « Tour de lumière ». Le terme ta (塔) en chinois est généralement traduit par « pagode », et le fait que le terme ait été repris pour désigner le minaret témoigne encore une fois de la tendance chinoise à incorporer des éléments d’architecture d’une religion étrangère dans le répertoire de noms pour les édifices religieux chinois. La structure, située à l’angle sud-ouest du complexe, s’élève à 35, 75 m. L’architecture de ce minaret est unique ; il s’agit d’un bâtiment recouvert de plâtre blanc, qui s’élève sur une plateforme circulaire et donne l’effet de deux minarets imbriqués, couronnés d’un toit en forme de bulbe. Il aurait pu servir de phare pour les bateaux et il se peut également que ce soit une tour de laquelle on pouvait déterminer la direction du vent. Bien sûr, en tant que minaret, son rôle principal était d’appeler les croyants à la prière. La date de construction du minaret est très controversée, car il est difficile de trouver des comparaisons. Il est certain cependant que l’édifice a depuis sa construction marqué les esprits, puisqu’on trouve mention de celui-ci dans diverses sources comme les écrits du lettré Yue Ke (1183 – 1234).

Minaret de la mosquée Huaisheng, Guangzhou, Province du
Guangdong, Chine © Wikimedia Commons

L’architecture des mosquées au Turkestan chinois

Enfin, quelques mots sur l’architecture des mosquées ouïghoures qui se distingue largement de l’architecture des mosquées hui (回). Les populations chinoises non-han en Chine sont catégorisées en différentes nationalités (minzu, 民族), et historiquement, la population musulmane la plus importante sur le territoire chinois est celle des hui qui ont largement assimilé la culture chinoise comme l’architecture de leurs mosquées en témoigne. Les Ouïghours représentent la seconde minorité musulmane la plus importante et cette population est majoritairement concentrée dans la région du Xinjiang qui n’a été rattachée à l’empire chinois qu’au XVIIIe siècle. Les traditions architecturales de la région sont alors bien plus rattachées aux modèles d’Asie centrale. Ainsi, la mosquée de Id Kah à Kashgar, érigée au XVe siècle, et le minaret d’Emin à Turfan, edifié au XVIIIe siècle, suivent tout à fait les évolutions de l’architecture islamique persane avec des pishtaq proéminents et couverts d’un dôme, de grands minarets de forme circulaire et des lignes de toits basses et plates pour la salle de prière.  

Entrée de la mosquée de Id Kah, Kashgar, Province autonome
du Xinjiang, Chine © Wikimedia Commons
Minaret d’Emin, Turfan, Province autonome du Xinjiang, Chine
© Wikimedia Commons

Johanna Cozzolino

Bibliographie :

BUTLER, Lawrence E. « Mosques and Muslim Identity along China’s Trade Routes ». The Dynamics of Cultural Counterpoint in Asian Studies, 2014, p. 69.

MI, Shoujiang et YOU, Jia. Islam in China. Beijing : China intercontinental press. 2004.

STEINHARDT, Nancy Shatzman. « China’s earliest mosques ». Journal of the Society of Architectural Historians, 2008, vol. 67, no 3, p. 330-361.

STEINHARDT, Nancy Shatzman. China’s Early Mosques. Edinburgh University Press, 2019.



Citer ce billet
apam (2023, 2 mars). L’architecture des mosquées en Chine. APAMi. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9ib

Une réflexion sur « L’architecture des mosquées en Chine »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search