Un plateau de meuble au musée du Louvre

Dessus de meuble-support, Égypte-Syrie, 2e quart du XIVe siècle, alliage cuivreux martelé, musée du Louvre, N° inv. OA 5701. ©2004 Musée du Louvre. Photographe : Raphaël Chipault.

Au sein des collections islamiques du musée du Louvre se distingue un objet précieux de par la qualité de ses inscriptions. 

Ce plateau de meuble mesure 44,3 cm en hauteur, 51 cm en largeur, a une épaisseur de 0,1 cm et pèse 1, 702 kg. Répertorié comme dessus de meuble, il est confectionné en laiton gravé, incrusté d’or et d’argent. Sur les deux faces, on observe des motifs floraux et végétaux se mêlant aux écritures. Le cartel indique une provenance égyptienne et une attribution au sultanat Mamelouk. Il aurait ainsi été produit entre 1340 et 1350. 

La face avant de ce plateau de meuble est composée d’écritures alternant avec des représentations végétales stylisées. Dans le cercle central, des sortes de triangles semblent former des étoiles selon un agencement très géométrique. Ce cercle central s’inscrit dans un autre cercle de plus grande dimension, qui comprend quant à lui des écritures en rayon. Les lettres sont allongées et leurs extrémités sont arrondies. Comme le Divin est généralement représenté par le centre d’un cercle ou encore par des motifs rayonnants ou en étoile, on peut alors supposer une fonction religieuse à cet objet. La notice du plateau de meuble sur le site du Louvre propose une traduction  de cette écriture rayonnante, qui se poursuit sur le bord inférieur du plateau de meuble : « Le Majid, l’Un, le Samad, le Puissant, le Tout-Puissant, le Muqaddam, le Retardé, le Premier, le Dernier, le Zahir al-Batin, l’Exalté, le Sublime, le Juste, le Repentant, le Vengeur, le Compatissant, le Propriétaire du Roi, le Majestueux, l’Honorable, le Juste, le Tout-Univers, le Riche, le Chanteur, le Chanteur, le Chanteur, le Bienfaisant, le Bienfaisant, la Lumière, le Guide, le Bon, le Mauvais, le Restant, le Juste, le Patient Héritier ». L’inscription est une partie des 99 noms de Dieu. Cette tradition provient de la Sourate 7 Al A’raf, verset 180 : « C’est à Dieu qu’appartiennent les plus beaux noms. Servez-vous de ces noms quand vous l’invoquez ». L’individu qui prie doit invoquer Allah par ses différents noms en fonction de ce qu’il  lui demande. Ces informations nous permettent de confirmer l’usage religieux de ce plateau de meuble. Les écritures rayonnantes laissent place à une succession d’éléments végétalisés organisés en médaillons sur fond à motifs géométriques rappelant ceux du rond central. On peut y apercevoir des fleurs entourées de feuilles stylisées. Cette alternance entre végétalisation et écriture se poursuit sur le bord inférieur du plateau. 

La face arrière semble quant à elle plus simple et moins fournie en termes de gravure. La rosace centrale attire immédiatement le regard et occupe la quasi-totalité de la surface. On peut y voir un entrelacs de courbes avec des représentations stylisées de fleurs et de feuilles. Cette rosace est cerclée par des éléments végétaux, certainement des fleurs qui partent des bords inférieurs du plateau. Si l’on regarde plus précisément on voit une trace d’un cercle, décentré, tout comme la place de la rosace sur le plateau. Une partie des inscriptions présentes sur le pourtour de la plaque manquent, comme si on avait cassé et coupé la plaque sans faire attention aux inscriptions. 

Dessus de meuble-support, Égypte-Syrie, 2e quart du XIVe siècle, alliage cuivreux martelé, musée du Louvre, N° inv. OA 5701. ©2004 Musée du Louvre. Photographe : Raphaël Chipault.

Ces inscriptions retranscrivent la titulature d’un émir, c’est-à-dire l’énumération de tous ses noms : « Sa haute Excellence, notre maître, le grand émir, le savant, le juste, le royal, le guerrier, le champion de la foi, le combattant, celui qu’appuie (le ciel), celui qui aide, l’ordonnateur, serviteur d’al-Malik al-Nāṣir ». Ce nom est celui d’un sultan mamelouk dont le règne s’étend de 1293 à 1295, de 1299 à 1309, puis de 1310 à 1341. Ces dates attestent que l’objet est donc bien contemporain du règne de ce qui semble être le destinataire de ce plateau de meuble. Cette face pourrait ainsi avoir une destination du pouvoir car l’émir est avant tout un titre politique, bien qu’il puisse également être considéré comme le commandant des croyants. On peut aussi imaginer qu’elle constitue une sorte de dédicace et que le plateau pourrait être une commande du sultan ou encore un présent pour lui, la mention « notre maître » tend à confirmer cette hypothèse. 

Les accumulations des noms, que ce soient ceux d’Allah ou ceux de l’émir, apparaissent comme un motif répétitif sur ce plateau. Cependant, la décentralisation du motif de la face arrière reste encore un point d’étude à résoudre. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer ce décentrement et la différence des motifs entre les deux faces. Il est possible que le laiton ait pu être recyclé. De la titulature, on passe alors à la déclinaison des 99 noms d’Allah. La face arrière ne serait donc plus visible et on aurait simplement utilisé la face vierge pour y inscrire d’autres motifs. Cela pourrait expliquer la coupe sur les écritures de la face arrière. On peut également supposer que les deux faces soient reliées et formeraient un ensemble religieux. Le plateau de meuble serait un présent pour le sultan, ce qui explique pourquoi on retrouve sa titulature inscrite sur l’arrière. 

Ainsi, il est difficile de savoir si ces deux faces ont été réalisées au même moment ou si la face arrière est plus ancienne. Il est également complexe de déterminer la véritable fonction de cet objet. Répertorié comme plateau de meuble, il a pu être incrusté sur le dessus d’un meuble. La présence des 99 noms d’Allah tend à lui attribuer une fonction religieuse et on peut donc supposer que ce plateau servait de dessus de coffre à Coran. 

L’inscription sur la face arrière du plateau permet également de situer précisément cet objet. Ce dernier a été exécuté sous le sultanat Mamelouk, plus précisément sous le règne d’al-Malik al-Nāṣir. Son règne est considéré comme une période de stabilité économique et politique propice au développement des arts et de la culture. Les objets réalisés à cette époque sont très souvent issus de commandes du sultan ou d’émirs, mais peuvent également être destinés à l’exportation. 

L’art mamelouk se caractérise par un développement abondant des arts du métal. Dans The art and architecture of Islam 1250-1800, publié en 1994, Sheila Blair et Jonathan Bloom insistent sur la présence continue de la production métallique. Ils constatent que la quantité de ferronnerie produite ne diminue nullement, malgré un contexte de détresse économique dans la seconde moitié du XIVe siècle. La ferronnerie mamelouke connaît un tel succès que les clients étrangers de l’Ouest et l’Est commandaient régulièrement des pièces. Celles-ci se caractérisent par des compositions figuratives au début de la période mamelouke, mais rapidement les inscriptions et les arabesques remplacent les motifs initiaux. Le décor tend même à devenir exclusivement épigraphique. Les inscriptions sur les objets se multiplient, on parle même de « phénomène calligraphique ». Sur le plateau de meuble, on constate une persistance des motifs végétaux, bien que la place accordée à l’écriture soit centrale. Le style épigraphique du travail métallique mamelouk se caractérise par une écriture dans laquelle les paires de tiges verticales des lettres s’élèvent et se croisent. 

Les écritures présentes sur ce plateau de meuble forment une inscription rayonnante grâce aux longues hampes des lettres. 

Une image contenant vieux

Description générée automatiquement
Dessus de meuble-support, Égypte-Syrie, 2e quart du XIVe siècle, alliage cuivreux martelé, musée du Louvre, N° inv. OA 5701. ©2004 Musée du Louvre. Photographe : Raphaël Chipault.

Cette écriture au tracé épais, aux hampes verticales, et présentant des lettres courbes pouvant comporter des liaisons inhabituelles, est caractéristique de l’épigraphie dite thuluth. Ce style, inventé par Ibn Muqla, un calligraphe arabe, se caractérise par des lettres plus hautes que larges et est particulièrement utilisé pour les titres des sourates, les épitaphes et les légendes; mais également pour les titulatures de sultans et d’émirs ou encore afin de transcrire des versets coraniques. L’œuvre s’inscrit totalement dans cette tradition décorative qui crée une forte unité visuelle. Cette écriture – que l’on a souvent caractérisée comme abstraite, car jouant avec les entrelacs de lignes, les courbes et les angles droits – prend un parti décoratif fort et s’ouvre donc à l’imagination puisqu’elle se trouve être peu lisible. On peut voir dans ces lettres un reflet de l’écriture divine, le rayonnement des hampes accentuant cette impression sacrée. 

La calligraphie thuluth utilisée sur ce plateau de meuble se trouve être une caractéristique de la production artistique mamelouke. Or, les écritures stylisées se sont largement diffusées au-delà du califat abbasside et les Mamelouks ne sont donc pas les seuls à s’accaparer les écritures cursives.

Pour conclure, ce plateau de meuble calligraphié semble être un objet essentiel pour comprendre l’importance de l’écriture dans l’art islamique et plus particulièrement dans les productions mameloukes d’Égypte. 

Mathilde Morel

Bibliographie

BLAIR Sheila, BLOOM Jonathan, The art and architecture of Islam 1250-1800, New Haven, Yale University Press, 1994.

BURESI Pascal, « Sultanat Mamelouk », Encyclopaedia Universalis. 

CLOT André, L’Égypte des Mamelouks, Paris, Perrin, 1997.

ETTINGHAUSEN Richard, GRABAR Oleg, Islamic art and architecture 650-1250, New Haven, Yale University Press, 2003. 

GRABAR Oleg, The formation of Islamic art, New Haven, Yale University Press, 1978. 

HOPWOOD Derek, “Egypt”, Encyclopedia Britannica.

MAKARIOU, Sophie (dir.), Les Arts de l’Islam au musée du Louvre, catalogue des collections publié à l’ouverture des nouveaux espaces d’exposition du Louvre, Paris, Louvre éditions, 2012. 

PELTRE, Christine, Les arts de l’Islam. Itinéraire d’une redécouverte, Paris, Gallimard, 2006.

POLLACK Émilie, « Art et architecture en Égypte pendant le sultanat mamelouk », Les clés du Moyen-Orient, 2014.

RINGGENBERG Patrick , L’univers symbolique des arts islamiques, Paris, L’Harmattan, 2009.

Sitographie : 

Site du Musée du Louvre, page concernant le plateau de meuble. URL: https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010329152 


Une réflexion sur « Un plateau de meuble au musée du Louvre »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search