Le mécénat architectural des femmes dans le monde turco-mongol (XIII-XVe siècles)

Shâh-e Zende, Samarcande © Patlexpat, juin 2011.

Les femmes ont toujours joué un rôle non négligeable dans la vie politique et économique des sociétés du monde islamique. Toutefois, la place sociale qui leur est accordée varie selon le contexte géographique et temporel. Suite aux conquêtes mongoles, puis sous leurs successeurs, les femmes accèdent à une plus grande représentation dans l’espace public turco-iranien. Ces populations nomades d’origine turque venues des steppes de Mongolie, ont une organisation politico-sociale, qui repose sur un système de clans accordant aux femmes un rôle public aussi important qu’inhabituel pour les sociétés musulmanes de l’époque.  Ainsi, lorsque que ces populations adoptent l’islam et la charia, les femmes des milieux aristocratiques se voient notamment dotées de fonds financiers personnels qui ont naturellement conduit à des actes de mécénat où elles apparaissent comme les commanditrices ou les représentantes de la dynastie (voir Coran, IV, versets 7 et 11).

L’accès au pouvoir

Un contexte favorable se dessine au cours du XIIIe siècle pour que les femmes proches du pouvoir en profitent directement et ce, dans divers cœurs étatiques, de l’Asie centrale au Caucase, en passant par l’Iran. Ces femmes accèdent le plus souvent au pouvoir par un intermédiaire masculin, ceci s’explique par le système politique en vigueur dans le monde islamique. Pour assurer la défense du territoire, c’est le calife qui nomme des hommes à la tête d’une province, du moins, jusqu’à la chute du califat en 1258. De fait, si une famille régnante n’avait pas d’héritier masculin, il était souvent plus acceptable de désigner une nouvelle famille, plutôt que de placer une femme au pouvoir pour maintenir la dynastie déjà en place, tant que chaque nouvelle famille continuait à reconnaître le calife. Néanmoins, dans les faits, la source du pouvoir des émirs résidait le plus souvent dans leur puissance militaire individuelle.

Dès lors, pour maintenir une famille au pouvoir, les femmes se font les représentantes de leurs maris. C’est notamment le cas de la figure de Tamta (vers 1195–1254) qui, dans la première partie de sa vie, règne en l’absence de son mari, mais pas ouvertement, sur la ville d’Akhlat sous domination ayyoubide, dans la région de la Jezira de l’actuelle Turquie. Dans ce type de situation, les femmes permettaient de garantir un équilibre avec le gouverneur nommé dans la ville qui occupait la façade publique du pouvoir à la place de l’émir, afin que le pouvoir ne soit pas renversé par ce gouverneur.

Albert Gabriel, 1931, dessin reconstituant le complexe de Mahperi Khatun à Kayseri, Turquie, daté de 1237/8. 
Issus des Monuments turcs d’Anatolie I: Kayseri–Nigde, Paris,1931. Orient-Bibliothek, Deutsches Archaologisches Institut, Berlin.

Autrement, les femmes arrivent à gouverner en tant que régentes de leur fils qu’elles mettent au pouvoir. C’est notamment le cas de Mahperi Khatun devenue « reine mère » à l’avènement de son fils au trône en 1237. Ce statut lui permet de financer en son nom un complexe monumental à Kayseri dans l’actuelle Turquie, proche d’Ankara. Composé d’une mosquée, d’une madrasa et d’un bain ainsi que d’une tour funéraire pour elle-même, le complexe est probablement le plus important de la région à cette époque. Par sa monumentalité, le projet rivalise avec les dotations royales des sultans construits à la même période. Il est intéressant de s’attarder sur la tour funéraire qui soulève certaines questions de datation. Il est probable qu’elle ait été bâtie par les descendants de Mahperi Khatun en son honneur, ce qui témoigne de l’importance de cette femme. L’espace funéraire comprend trois cénotaphes pour la fondatrice, sa fille et un anonyme. Son tombeau se trouve être un remploi de l’antiquité tardive, un élément d’importance qui lui permet de marquer son identité chrétienne malgré sa conversion à l’islam qui n’était autre qu’une manœuvre politique.

Dans le contexte mongole, c’est le personnage de Toregene Khatum (1185–1246) qui favorise l’émancipation sociale et politique des femmes. Cette princesse mongole devient régente après la mort de son mari (qui était le troisième fils de Gengis Khan) à partir de 1241 en Asie centrale, elle meurt empoisonnée en 1246. Si aucun mécénat ne lui est connu, on sait qu’elle a gouverné et qu’elle a fait frapper des pièces de monnaie à son nom. Elle a également joué de son autorité pour promouvoir d’autres femmes à administrer l’Empire à ses côtés, dont une ancienne esclave appelée Fatima de Mashhad en Iran. Elle fut par ailleurs une figure importante pour Tamta dans la seconde partie de sa vie, puisque suite à la conquête de l’Anatolie par les Mongols en 1236, Tamta fut retenue en captivité pendant dix ans. Mais pour stabiliser la région, Toregene Khatum appuyée de la reine Rusudan  (1195–1245), héritière légitime de la reine Tamar (1184–1210) au trône de Georgie à partir de 1223, ont milité pour installer Tamta en tant que souveraine indépendante sous les Mongols. Cette position lui a permis de frapper des monnaies à son nom, de financer la construction de monastères et mosquées, caravansérails et palais, mais qui ont laissé peu de traces de nos jours. Son patronage reste trop peu documenté ; pour autant, la situation de ces femmes permet d’appréhender les diverses positions auxquelles elles pouvaient accéder. Toutefois, l’omniprésence des structures patriarcales a agi comme une menace constante pour ces femmes de pouvoir.

Monnaie frappée sous le règne de Tamta à Akhlat vers 1250. Tubingen University coin collection, FINT inv. no. 99–14–54.
Monnaie frappée sous le règne de de Toregene Khatum, vers 1245. Collection non renseignée.

Le pouvoir timouride marqué par le patronage féminin

L’élan mongol se poursuit sous la dynastie des Timourides, fondée par Timour (appelé aussi Timur-e-Lang ou Tamerlan), né en 1336 en Asie centrale. Les hauts lieux du pouvoir sont alors investis d’un patronage féminin, d’abord à Samarcande, avec le complexe, aujourd’hui mausolée de Sarây Molk Khânom, réalisé vers 1397. Il est érigé par la favorite de Timour en face de la grande Mosquée Bibi Khanum. Seul le mausolée est conservé et le faste du complexe aurait incité Timour lui-même à bâtir la grande Mosquée Bibi Khanum, afin de faire concurrence au complexe de sa favorite. 

Mais c’est essentiellement dans la nécropole de Shâh-e Zendeh que les femmes vont construire pour affirmer la puissance de la dynastie sur le territoire. Sur ce site, parmi les seize grands ensembles, au moins six font intervenir une femme. Soit que celles-ci aient été la commanditrice de l’ouvrage, soit qu’elles y aient été inhumées. Parmi ces femmes, Shâd-e Molk âqâ, la nièce de Timour, fut inhumée dans le mausolée construit vers 1372 par sa mère Qotlogh Torkân Âqâ, qui était la sœur aînée de Timour. Femme de pouvoir, elle a connu deux mariages. À plusieurs reprises, elle se charge de l’éducation de certains des fils et petits-fils de son frère. Les sources mentionnent en outre le fait que Qotlogh Torkân Âqâ a patronné la construction de plusieurs fondations pieuses, mosquées et khâneqâhs (hospices pour derviches soufis) qui n’a pas survécu au temps. Le mausolée de cette femme témoigne du mouvement forcé des artistes vers Samarcande, au vu de la grande diversité des techniques employées. Au moins quatre méthodes différentes de céramiques sont exploitées et permettent d’avoir différents rendus esthétiques, de même, plusieurs nuances de couleurs de bleu sont utilisées pour imiter le goût chinois. Le raffinement du monument montre l’opulence de la dynastie et le savoir-faire de ses artisans, mais reste toutefois dans le goût pré-mongol sans profondément innover. 

Vue intérieure du mausolée de Shâd-e Molk âqâ, 1372. ©Timothy M. Ciccone, février 2019.

Shirin Beyk âqâ, une autre sœur de Timour, se fait construire en 1385/86 un mausolée. Celui-ci exploite une même composition architecturale que les mausolées précédents, mais qui pour la première fois est très poussée dans le décor. La palette chromatique est très fine et imite totalement les porcelaines chinoises bleues et blanches. Certaines peintures sont très proches des arts du  livres, ce qui atteste de la polyvalence des artistes royaux qui s’essayent à divers supports.

Vue intérieure du mausolée de Shirin Beyk âqâ, 1385/86.  ©Timothy M. Ciccone, février 2019.

Ce patronage engage les artistes/artisans à des échanges culturels, stylistiques et techniques dont l’architecture devient un des supports privilégiés à la création. Cela se perçoit avec ces styles et techniques variés, mais homogènes sur le plan et sur la structure décorative. Finalement, le patronage de ces femmes vient marquer le paysage et légitimer la dynastie dans la région ainsi qu’à « l’international », puisque le style s’exporte très largement. Ce contexte de mécénat à grande échelle donne une impulsion stylistique nouvelle qui s’étend jusqu’à la Turquie en passant par l’Iran. Des dynasties locales comme les Qarâ Qoyunlu, également d’origine turque, délèguent le mécénat aux femmes, tel qu’à Tabriz à l’Est de l’Iran, avec la Mosquée bleue fondée par l’épouse de Djahân Shâh comme mausolée dynastique féminin.

Détails des carreaux hexagonaux bleu à décor d’or de la Mosquée bleue de Jân Beigom Khatun à Tabriz, 1465. © Mrehssani, non daté.

Il s’agit d’une construction majeure du monde islamique qui propose un plan original par rapport à ceux de l’Asie centrale. Ces derniers s’appuient sur une cour entourée de quatre iwans. On y retrouve sur le portail les mêmes techniques décoratives alors exploitées en Asie centrale, mais avec un répertoire ornemental plus diversifié, mais aussi plus coûteux.

Dans la zone funéraire, les carreaux découpés hexagonaux couleur bleu cobalt sont décorés de feuilles d’or. C’est une technique très complexe et onéreuse qui exhibe la richesse de ces femmes et de leur famille. Mais si leur aisance financière leur a permis de laisser une trace dans l’histoire, il ne les rend guère indépendantes pour autant. Il est d’ailleurs frappant de constater que ces femmes ne sont qu’exceptionnellement mentionnées dans les chroniques de l’époque. 

Toutefois, l’ambition de certaines d’entre elles leur a permis d’accéder à un pouvoir effectif, sinon officiel. L’exemple le plus parlant est Gowhar Shâd, fille de Ghiyâth al-Din Tarkhân, elle est née vers 1378-1379 et épouse de Shâh Rokh, quatrième fils de Timour.

Il s’agit d’une reine timouride qui fut à la fois crainte et respectée, et dont on connaît un sceau en jade à son nom conservé au musée de l’Hermitage. Ce type d’objet est souvent un élément du costume masculin et sert aux signatures des documents officiels. L’existence d’un tel sceau montre toute l’importance de cette femme qui tenait les reines du pouvoir en son propre nom, si bien qu’elle fut assassinée en 1457 par Abu Sa’id, troisième petit-fils de Timour. Son mécénat architectural s’avère sans égal à son époque, non seulement par l’ampleur de ses fondations, mais aussi par leurs qualités architecturales et décoratives. Deux complexes revêtent un importance majeure dans l’ensemble de son patronage : Le sanctuaire de l’Imam Rezâ à Mashhad daté de 1418 et le complexe Gowhar Shâd Musallah à Hérat daté de 1418 à 1438.

Complexe de Gowhar Shâd Musallah, Herat, 1418 à 1438. © Wikipédia, juillet 2001.

Tout deux ont été conçus sous la direction de l’architecte Qavvâm al-Din de Chiraz, et les décors de céramiques incluent notamment des frises épigraphiques que l’on doit aux plus grands calligraphes de l’époque dont ‘Abd-allâh Tabbâkh. Cette reine fait le choix des meilleurs architectes et artistes de son temps et exhibe leurs noms de la même manière que n’importe quelle cours de l’Europe de la Renaissance. 

Le complexe d’Hérat, qui comprend une grande mosquée et une prestigieuse madrasa, accueillera ensuite son mausolée. La reine n’omet pas dans l’inscription de fondation (waqf) que ce projet fut financé sur ses propres fonds. Elle donne également des financements pour subvenir aux coûts de l’entretien du bâtiment après sa mort, et offre à la mosquée plusieurs pièces de mobilier précieux dont un chandelier en or massif, elle paie des professeurs, des étudiants, et du personnel pour l’entretien de sa tombe, etc.

De la même manière que la Mosquée bleue de Jân Beigom Khatun à Tabriz, tout est mis en oeuvre dans les décors pour illustrer le pouvoir de cette femme. Les minarets encore conservés sont particulièrement révélateurs de cette logique. Les décors de céramiques sont extrêmement fins et emploient des feuilles d’or mais, par leur hauteur, n’ont même pas pour but d’être vus.

En somme, le mécénat des femmes timourides permet d’équilibrer le pouvoir masculin éminemment guerrier et économique. Celles-ci prennent part à la création et au développement artistique de leur territoire afin d’asseoir l’autorité dynastique dans leur région, tout en finançant des édifices pour le bien public. Pour autant, cette dynamique tend à s’estomper avec le temps, tout comme il est intéressant de noter que les femmes les plus ambitieuses ont souvent connu un destin tragique, victimes d’une société patriarcale. 

Killian Lécuyer

Bibliographie sélective 

Eastmond Antony. Tamta’s World : The Life and Encounters of a Medieval Noblewoman from the Middle East to Mongolia, Cambridge University Press. Cambridge, United Kingdom, 2017. https://www.academia.edu/12084310/Other_encounters_Popular_belief_and_cultural_convergence_in_Anatolia_and_the_Caucasus.

Porter Yves, éd. « Le mécénat architectural des princesses timourides ». dans Impératrices, princesses, aristocrates et saintes souveraines : De l’Orient chrétien et musulman au Moyen Âge et au début des Temps modernes. Le temps de l’histoire. Aix-en-Provence: Presses universitaires de Provence, 2020. http://books.openedition.org/pup/14972.

Soustiel Jean, Porter Yves. Tombeaux de paradis: le Shâh-e Zende de Samarcande et la céramique architecturale d’Asie centrale. Saint-Rémy-en-l’Eau: Editions d’art Monelle Hayot, 2003.

Yalman Suzan. « The ‘Dual Identity’ of Mahperi Khatun: Piety, Patronage and Marriage across Frontiers in Seljuk Anatolia » dans Blessing, Patricia, et Rachel Goshgarian, éd. Architecture and Landscape in Medieval Anatolia, 1100-1500. Edinburgh: Edinburgh University Press, 2017.
https://www.academia.edu/35064639/_The_Dual_Identity_of_Mahperi_Khatun_Piety_Patronage_and_Marriage_across_Frontiers_in_Seljuk_Anatolia_



Citer ce billet
apam (2023, 6 mai). Le mécénat architectural des femmes dans le monde turco-mongol (XIII-XVe siècles). APAMi. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9iq

Une réflexion sur « Le mécénat architectural des femmes dans le monde turco-mongol (XIII-XVe siècles) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search