Retour sur… « Hier revient et je l’entends » : Katia Kameli à l’ICI et à Bétonsalon – 19/01 – 16/04 2023

L’affiche de l’exposition. © ICI, 2023.

Vous l’avez raté ? L’APAMi vous en parle ! 

Au début de l’année 2023, la prolifique artiste franco-algérienne Katia Kameli a exposé à Paris. Pour sa première grande exposition personnelle dans la capitale, l’artiste a investi deux lieux dont le positionnement résonne avec sa démarche artistique : l’Institut des Cultures d’Islam (ICI), centre d’art contemporain installé au cœur du quartier de la Goutte-d’Or, et Bétonsalon, centre d’art et de recherche axé sur les questions décoloniales.

Née en 1973, Katia Kameli a passé son enfance et son adolescence entre la France et l’Algérie. Forte de cette double culture, elle a tiré de son expérience personnelle une grande sensibilité aux questions de mémoire et d’identité, d’une part, et à la porosité des cultures, d’autre part. Diplômée de l’École nationale des Beaux-Arts de Bourges et de l’École supérieure d’art de Marseille, Katia Kameli a développé, depuis le début des années 2000, une pratique artistique pluridisciplinaire alliant essentiellement films, installations et performances. En réunissant des œuvres existantes et plusieurs nouvelles productions, l’exposition rend compte de plus de vingt ans de recherche et création.

« Hier revient et je l’entends » : quelques mots que l’artiste emprunte à l’écrivaine et cinéaste algérienne Assia Djebar et qui expriment l’essence de sa démarche : mettre en évidence les traces sensibles d’un passé toujours inachevé, dans une perspective tout à la fois intime et collective. Katia Kameli s’emploie à explorer le flux des images et des récits, à articuler les histoires individuelles avec la grande Histoire, à écrire des contre-récits et à réconcilier les cultures.

Histoire et mémoire(s) post-coloniale(s) au prisme de l’intime 

Katia Kameli travaille sur le mode de l’enquête au long cours : ses installations se déploient dans le temps en plusieurs « chapitres », chaque nouvelle exposition étant l’occasion d’approfondir son investigation et d’enrichir sa vision. À l’ICI, l’exposition s’ouvre avec le court-métrage Bledi, un scénario possible, une œuvre de jeunesse qui documente les transformations de la société algérienne depuis la décennie noire et la guerre civile, période marquée selon elle par l’absence d’images médiatiques. Ces changements, Katia Kameli les observe à son échelle intime, à travers sa propre famille restée en Algérie, et les documente à l’aide de son petit caméscope. Elle montre comment les événements politiques se répercutent au sein des foyers, au cœur même des familles et des parcours individuels.  Ce film préfigure le reste de ses recherches : l’artiste est toujours à l’affût des points de rencontre entre la sphère intime et une sphère plus politique, avec une forte dimension critique. 

Bledi, un scénario possible, film de Katia Kameli, diffusé à l’ICI Léon. © Marie Tuffery.

C’est également une installation vidéo que l’on retrouve sur le site de Bétonsalon. Katia Kameli y redéploie Le Roman Algérien, une œuvre commencée en 2016 sous la forme d’une enquête qui, chapitre après chapitre, interroge et recompose le récit national de l’Algérie.

Le Cantique des oiseaux 

Ce qui intéressera davantage les passionnés des arts de l’Islam, ce sont les deux installations présentées à l’ICI. Le Cantique des Oiseaux d’abord, co-produit spécialement pour l’exposition avec la Criée à Rennes, se compose d’un ensemble d’œuvres légères et colorées, inspirées du texte du poète mystique persan Farid al-Din Attar. Ce chef-d’œuvre littéraire du XIIe siècle chante le voyage initiatique de milliers d’oiseaux en quête de l’oiseau suprême, manifestation visible du Divin. Katia Kameli propose une adaptation très contemporaine de ce thème qui fut longtemps  une grande source d’inspiration artistique dans le monde persan. L’artiste a travaillé avec une céramiste pour fabriquer un ensemble d’oiseaux-flûtes en poterie, lesquels ont permis la réalisation de performances, d’une vidéo et d’une série d’aquarelles. 

Vue de l’installation « Le Cantique des oiseaux » (2022), de Katia Kameli, à l’ICI, le 20 janvier 2023. © Marc DOMAGE, ADAGP 2023.

Stream of Stories : plongée dans les origines des Fables de la Fontaine

C’est également sur la base d’un travail sur des textes anciens qu’est réalisée l’installation Stream of Stories, certainement l’œuvre la plus intéressante et la plus aboutie de l’exposition. 

Présentée dans le hall et les salles d’exposition de l’ICI Stephenson, l’installation investigue les métamorphoses des fables de Kalila wa Dimna au fil de ses traductions. L’historien de l’art Ernst Grube a reconstitué le parcours et la ramification complexe de la trame textuelle dans un ouvrage pionnier paru en 1991. Les fables de Kalila wa Dimna sont ainsi nées en Inde, aux alentours du IIIe siècle, sous le nom de la Panchatantra. Ce recueil d’allégories animalières à destination des princes sera traduit du sanskrit en persan dès le VIe siècle, puis du persan en arabe vers 750. La version arabe, œuvre d’Abdullah ibn al-Muqaffa, est considérée comme un chef-d’œuvre de la littérature arabe en prose et a engendré une riche iconographie. Certaines des Fables de La Fontaine sont directement inspirées de la version arabe de Kalila wa Dimna. Dans Stream of Stories, Katia Kameli nous invite à explorer les phénomènes de traductions, d’interprétations, d’adaptations, de réécritures et d’appropriations qui ont fait le parcours de ces fables entre différentes aires culturelles.

Dans la première salle, une série de collages combine des iconographies issues de différentes versions illustrées des fables. Les miniatures persanes se mêlent à l’iconographie des versions arabes et aux gravures des ouvrages français, révélant visuellement les structures communes des différents récits, la reprise des mêmes thèmes et des mêmes protagonistes dans les différentes traductions. Les associations fonctionnent d’autant mieux visuellement qu’elles ont été rehaussées par un travail de dorure à la feuille qui permet d’unifier l’image et de faire écho aux illustrations originelles. Les cartels des collages, qui détaillent l’origine de chacun des éléments iconographiques, font partie intégrante de l’œuvre. 

Les Animaux malades de la peste II (2021). Détail de l’installation Stream of Stories à l’ICI Stephenson. © Katia Kameli, Marie Tuffery.

Dans le hall de l’ICI, les visiteurs découvrent une tapisserie, réalisée spécialement pour l’exposition, qui reprend le motif d’un des collages. En fond sonore, un texte de Chloé Delaune, intitulé « On nous l’a dit et on l’a cru », raconte la généalogie orientale des fables de La Fontaine et dénonce l’absence d’enseignement de cette origine orientale en France. 

On retrouve l’ornementation à la feuille d’or dans les sérigraphies de la seconde salle, où des fragments de textes dorés révèlent l’intertextualité présente dans les fables, et permettent une lecture analytique comparée sur de grands formats qui rappellent les pages d’un livre. 

Deux vidéos interrogent les effets de la traduction. Une première vidéo met en scène la voix d’un traducteur breton des Fables et l’interprétation de la comédienne Clara Chabalier. L’artiste montre comment les textes continuent d’évoluer aujourd’hui au gré des traductions et des interprétations. Sur un grand écran, on retrouve Clara Chabalier dans une seconde vidéo où elle prend le rôle de conteuse pour nous raconter l’histoire du manuscrit 3655, conservé à la Bibliothèque Royale de Rabat, et d’une de ses copies, le manuscrit 3475, actuellement à la BNF.

Dans les deux salles, les visiteurs sont invités à feuilleter des fac-similés des manuscrits originaux des différentes versions des fables et dont sont extraits les textes et les images utilisées pour les collages et les sérigraphies.

Le parcours de l’installation est agrémenté de plusieurs masques d’animaux géants, sculptures en tuft conçues en collaboration avec l’artiste Manon Daviet.  

Vue de l’installation Stream of Stories de Katia Kameli à l’ICI Stephenson © Marie Tuffery.

Dans Stream of Stories, Katia Kameli endosse le rôle de traductrice et de passeuse entre les cultures, en jonglant entre les langues et en mariant les styles plastiques. L’artiste met en évidence les enrichissements et les transformations des narrations qui surgissent à chaque déplacement et à chaque traduction du texte. Stream of Stories est une véritable analyse détaillée des mouvements textuels et des résonances iconographiques. Dans un entretien réalisé en préparation de l’exposition, Katia Kameli reprend l’expression de Françoise Vergès et affirme vouloir « décoloniser les pensées ». Elle propose ainsi un nouveau point de vue, une nouvelle compréhension de Kalila wa Dimna et des Fables de La Fontaine en recontextualisant le récit qui en est fait. En filigrane de l’installation apparaît une critique, plus ouvertement formulée dans certaines œuvres, celle de l’enseignement français des Fables de la Fontaine qui occulterait délibérément les origines orientales du texte. Mais ce n’est pas pour en revendiquer une origine orientale unique. Au contraire, Kameli cherche avant tout à questionner l’idée d’original, en construisant un récit plus complexe qui souligne les porosités entre les cultures et la multiplicité des acteurs qui participent à la construction d’un texte, en particulier le rôle du traducteur. L’œuvre de Katia Kameli cherche ainsi à mettre en valeur ce patrimoine pédagogique ancien que sont les fable, tout en montrant leurs origines multiculturelles et leur portée universelle.

« Décoloniser, est-ce que c’est désapprendre ou apprendre autrement ? »

Katia Kameli

Retour critique sur l’exposition 

L’exposition « Hier revient et je l’entends » retrace l’évolution artistique de Katia Kameli tout au long de ses vingt années de carrière et propose aux visiteurs des œuvres diverses tant par leur thème que par leur support – photographie, captation de performance, installations, sculpture, aquarelle, collage, etc. S’il faut être critique, on pourrait regretter le mélange d’œuvres parfois inégales, plus ou moins profondes ou abouties. Déployée sur plusieurs sites, l’exposition souffre aussi d’une rupture spatiale qui lui fait perdre un peu de sa cohérence. C’est la condition toutefois pour permettre une rétrospective exhaustive et une plongée complète dans l’univers de l’artiste. 

En tant qu’étudiants en histoire de l’art, on apprécie tout particulièrement l’originalité du travail de Katia Kameli et son ancrage dans la recherche. La rigueur quasi scientifique de sa démarche  n’enlève rien aux qualités esthétiques des œuvres, si ce n’est l’inverse. Enfin, par sa portée politique et sociale, son travail ouvre des réflexions sur le monde postcolonial et sur la façon d’écrire l’Histoire — ou plutôt, dirait-on, les histoires ?

Marie Tuffery

Bibliographie 

BRAC DE LA PERRIÈRE Eloïse, EL KHIARI Aïda et VERNAY-NOURI Annie (eds), Les périples de Kalila et Dimna: Itinéraires de fables dans les arts et la littérature du monde islamique, Brill, 2022. 

DJEBAR Assia, Femmes d’Alger dans leur appartement, Paris, Éditions des femmes, 1980. 

GRUBE Ernst J., A Mirror for Princes from India: Illustrated Versions of the Kalilah Wa Dimnah, Anvar-i Suhayli, Iyar-i Danish, and Humayun Nameh, Bombay, Marg Publications, 1991.



Citer ce billet
apam (2024, 26 février). Retour sur… « Hier revient et je l’entends » : Katia Kameli à l’ICI et à Bétonsalon – 19/01 – 16/04 2023. APAMi. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwmh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search