Un manuscrit coranique chinois de la BnF (Arabe 7270)

Vingt-septième juz’ d’un coran copié en Chine conservé à la BnF (Arabe 7270)
© Gallica

La Bibliothèque nationale de France conserve quatre juz’ (une des trente parties dans lesquelles le Coran est parfois divisé) de coran chinois. L’un de ces juz’ est particulièrement intéressant par son décor et les écritures qui s’y déploient. Le manuscrit ne présente pas de colophon, ce qui rend plus difficile sa remise en contexte. 

Il s’agit d’un juz’ appartenant à un coran constitué de 30 juz’, comme la plupart des corans chinois. Chaque page est pourvue de cinq lignes d’écriture à l’encre noire, encadrées d’un jadval (encadrement) réalisé à l’encre rouge. Certains signes de ponctuation sont copiés en rouge, on observe des motifs décoratifs dans les marges et les titres de sourates sont copiés à l’encre rouge dans un bandeau tracé à l’encre rouge. L’ouvrage contient de riches enluminures dorées et en couleurs. La calligraphie employée est une variante de muhaqqaq que l’on retrouve dans de nombreux corans chinois. Plusieurs éléments sont caractéristiques de ce muhaqqaq chinois : une horizontalité particulièrement marquée ; l’aspect tranchant des angles des lettres ; la finesse des traits verticaux ; le fait que l’empâtement en haut des hampes des lettres comme le alif, le lām et le tā’ soit souvent réalisé à part du trait vertical ; l’aspect assez plat, droit et étiré des queues des lettres comme le rā’, le zā’, le wāw et le ṣād en position finale ; et la taille excessivement large de certaines lettres comme le wāw, le rā’, le zā’ et le mīm.

Détail d’une page du manuscrit
© Johanna Cozzolino

En ce qui concerne les décors, le manuscrit s’ouvre sur un double frontispice présentant un encadrement composé de deux larges panneaux rectangulaires inférieur et supérieur et de deux panneaux latéraux plus fins. Les panneaux supérieurs présentent au centre une fleur de lotus en dégradé de roses entourée d’un motif végétal décoratif vert sur fond doré. Les panneaux inférieurs sont affectés d’un décor végétal s’apparentant à des pivoines dans les mêmes coloris. Les panneaux latéraux quant à eux sont constitués de motifs de tresse dorés. Les décors végétaux ont prédominé dans l’art islamique dès les origines. En outre, les fleurs et les plantes jouent un rôle important dans la pensée et l’art chinois. Il n’est donc pas étonnant que les corans chinois foisonnent de motifs végétaux et floraux. Les fleurs de lotus constituent la majorité des motifs végétaux, on les trouve de manière récurrente dans les manuscrits coraniques chinois. Il s’agit d’une fleur qui revêt de très nombreuses significations en Chine, par jeux d’homonymie ou en fonction des autres éléments avec lesquels elle est associée. Le décor de ce manuscrit montre donc une abondance de couleurs et la présence de décors végétaux et floraux plus ou moins naturalistes. La préciosité des matériaux indique l’importance et le soin apporté à la production de ces objets de culte. 

Aucune description disponible.

Aucune description disponible.

Détails des décors du manuscrit
© Johanna Cozzolino

Pour ce qui est des matériaux, au premier abord, le papier de ces feuillets semble être typiquement arabe : dense, blanc-jaune, lisse et ferme, très différent des papiers chinois traditionnels, blancs, fins et presque transparents. Mais l’aspect « arabe » du papier de ce manuscrit résulte en réalité d’une technique de fabrication spéciale qui consiste en l’agrégation de plusieurs épaisseurs d’un papier très fin pour former une feuille. L’usure du manuscrit est particulièrement localisée sur le coin des pages, ce qui indique une utilisation fréquente. En effet, les corans chinois ont de toute évidence été souvent feuilletés et utilisés sûrement dans le cadre de lectures et récitations dans des mosquées. Ces dommages permettent cependant de distinguer clairement les différentes couches de papier d’un même feuillet.

Détail de l’usure du papier du manuscrit
© Johanna Cozzolino

La reliure en cuir du manuscrit est composée d’un dos et de plats auxquels viennent s’ajouter un rabat et un recouvrement. La technique de décoration des manuscrits en cuir qui revient le plus souvent est l’estampage. Le relieur utilise des outils sur lesquels sont gravés en relief ou en creux des décors qu’il imprime sur la surface du cuir en frappant avec un maillet ou à l’aide d’une presse. Il semble que ce soit la technique qui ait été utilisée pour la reliure du manuscrit Arabe 7270 de la Bibliothèque nationale de France. L’aspect décoratif des motifs est très marqué et l’on constate une prédominance des décors géométriques avec beaucoup de cercles, de losanges ou de simples lignes droites, même si on observe quelques motifs végétaux comme des frises de fleurs. Même le rabat est décoré d’un cartouche et de quelques motifs géométriques. On peut alors noter la restauration de la reliure qui semble avoir été recousue. En effet, l’intégralité de la reliure en cuir qui apparaît déchirée dans sa partie inférieure a été recousue avec du fil épais.

Aucune description disponible.

Restauration de la reliure du manuscrit
© Johanna Cozzolino

Pour conclure, il est intéressant de comparer ce manuscrit de la Bibliothèque nationale de France à un autre manuscrit coranique chinois conservé à l’Islamic Art Museum Malaysia de Kuala Lumpur. Les décors des frontispices des deux manuscrits présentent des similitudes frappantes, jusque dans la présence d’un sceau circulaire imprimé à l’encre noire avec une inscription en caractères arabes en réserve. Il en va de même pour l’écriture où l’on retrouve une angularité très marquée dans la forme des wāw et des qāf ainsi qu’un ha’ en position finale de forme assez singulière ; ces éléments suggérant la possibilité que les deux manuscrits aient été écrits par une même main. De cette façon, il apparaît pertinent d’établir un lien entre ces deux juz’ qui faisaient peut-être partie d’un même coran. Cette comparaison est d’autant plus importante que le manuscrit conservé à l’Islamic Art Museum Malaysia est daté de 1730 par le sceau circulaire imprimé sur le frontispice, ce qui remet en question la datation XVIIe siècle du manuscrit Arabe 7270 proposée par la Bibliothèque nationale de France à l’époque de l’acquisition du juz’ dans les années 2000.

Juz’ d’un coran conservé à l’Islamic Art Museum Malaysia
© Publication Instagram du compte certifié de l’Islamic Arts Museum Malaysia publiée le 29/07/2019 (https://www.instagram.com/p/B0e7EOphhbz/?img_index=4)

Johanna Cozzolino

Bibliographie :

Fiche du manuscrit sur Gallica : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc45783 

BAYANI, Manijeh, CONTADINI, Anna, STANLEY, Tim, et al. The decorated word: Qurʾans of the 17th to 19th centuries. London, The Nour Foundation, 1999.

DEROCHE, François. Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe. Etudes et recherches. Paris: Bibliothèque nationale de France, 2000.

FRASER, Marcus. « Beyond the Taklamakan: The Origins and Stylistic Development of Qur’an Manuscripts in China ». In Fruit of Knowledge, Wheel of Learning (Vol II): Essays in Honour of Professor Robert Hillenbrand, édité par Melanie GIBSON, The University of Chicago Press, 2022.

HUMBERT, Geneviève, VERNAY-NOURI, Annie. « De quelques corans chinois et leur papier ». In : Mélanges de l’Université Saint-Joseph, LIX, 2006, p. 253-267.

ZHANG, Yingxue 张迎雪. « Shandong sheng tushuguan guancang “gulanjing” zhuangzheng fengge bianqian yanjiu 山东省图书馆馆藏《 古兰经》 装帧风格变迁研究 (Recherche sur les changements du style de reliure du Coran à la bibliothèque provinciale du Shandong) ». Hubei University for Nationalities, 2017.



Citer ce billet
apam (2024, 26 février). Un manuscrit coranique chinois de la BnF (Arabe 7270). APAMi. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwmi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search