Une aiguière indo-islamique de l’Ashmolean Museum : l’aiguière Butler

L’aiguière Butler est un chef d’œuvre de l’Ashmolean Museum d’Oxford (EA1976.43). Datable du XVIe ou du XVIIe siècle, début de l’époque moghole (1526-1857) dans le Nord de l’Inde ou bien fin de la période des Sultanats dans le Deccan (1487-1687). Elle est en laiton et mesure cinquante centimètres de haut pour vingt de large et seize de profondeur.

Cet objet à l’allure élégante est une production harmonieuse et proportionnée dont les parties sommitales s’affinent au fil de leur ascension. En effet, l’aspect d’équilibre est renforcé par la régularité hypnotisante des sillons légèrement courbés et déployés sur la panse, qui se prolongent et se densifient sur la forme effilée du bec verseur. Cependant, ce motif simple reste délicat et parcimonieux car il est alterné de plages lisses comme sur le col et la partie supérieure du couvercle à clapet. Ainsi, cette aiguière est empreinte d’un certain minimalisme et d’une élégance se résumant en deux motifs qui sont les sillons et les petites têtes de dragons ou de makara répétés de manière équilibrée. Enfin, La brillance de l’alliage cuivreux obtenue sûrement par polissage lui confère une certaine préciosité.

fig. 1 : aiguière Butler, XVIe-XVIIe siècle, Deccan ou Nord de l’Inde, laiton, 50 x 20 x 16 cm, Ashmolean Museum, Oxford (INV. EA1976.43)

© Ashmolean Museum, University of Oxford

fig 2 : zoom de la fig.1, vue sur la partie médiane du col

© Ashmolean Museum, University of Oxford

Cette verseuse repose sur un piédouche ajouré de motifs triangulaires organisés en deux registres. Les à jour sur le piètement des aiguières indiennes de cette époque ne constituent pas une constante, ils sont souvent destinés aux objets les plus prestigieux. Cependant, lorsque le piètement n’est pas ajouré, on retrouve des motifs dynamiques gravés ou en relief (triangles, fleurs, etc) imitant certainement les à jour. Ensuite, le piétement est surmonté de la panse globulaire ornée de sillons spiralés aux contours adoucis et sûrement obtenus grâce à une fonte métallique prévue dans un moule. La transition entre la panse et le col est soignée et de fait, l’épaule de l’aiguière est ménagée en une courbe douce qui s’affine petit à petit vers le sommet du col. Ce col tubulaire en forme de trompette laissé lisse, est inscrit en partie médiane d’un médaillon où figure un nom en persan, Hajji ‘Abd Rahim, correspondant peut-être à celui du commanditaire, qui n’est pas connu par ailleurs. Le col est aussi muni, dans la partie supérieure, d’un petit anneau en relief surmonté d’une sphère servant d’ouverture pour le remplissage de l’objet. En effet, l’ouverture de la verseuse s’effectue à l’aide d’un clapet hémisphérique surmonté d’un bouton de préhension en forme de bourgeon floral stylisé. Le clapet repose sur une base, également hémisphérique, décorée du même motif de sillons spiralés que l’on retrouve sur la panse. Le clapet est relié à l’extrémité supérieure de l’anse par un système de rivetage qui s’échappe de la gueule du makara stylisée. L’anse et le bec verseur, identiques par leur forme verticale puis courbe en partie supérieure, sont situés de part et d’autre du col effilé. Ils sont fondus à part et adjoints ensuite par soudure sur la partie supérieure de la panse globulaire. En effet, le bec verseur, orné du motif de sillons enroulés, se dresse verticalement pour aboutir en une courbe douce dont l’extrémité est matérialisée par une tête d’animal hybride et stylisée parfois identifiée comme un dragon ou un makara. Le makara est un motif décoratif vernaculaire indien qui provient de la tradition védique (premiers siècles avant notre ère). Cet animal hybride mélange l’éléphant pour la trompe, le serpent pour le corps et le poisson pour les ouïes, trois animaux qui sont des symboles de fertilité, fécondité et prospérité évoquant le monde aquatique. Ainsi, le motif est tout à fait approprié pour un objet destiné à contenir de l’eau, élément fondamental à la fois dans la sphère religieuse notamment pour les ablutions, mais aussi dans un domaine profane pour le banquet, par exemple. L’anse tubulaire, qui répond exactement à la forme du bec verseur, est cependant plus fine et gravée de simples lignes graphiques. Elle est soudée sur la panse de manière symétrique au bec verseur.

fig. 3 : zoom de la fig.1, vue sur l’embouchure du bec verseur à tête de dragon ou de makara

© Ashmolean Museum, University of Oxford

On observe quelques défauts, notamment sur la panse ou sur le col, qui peuvent être des dégradations ou bien des accidents survenus lors de la conception, soit pendant le moulage ou le travail de finition. Le clapet, qui constitue la partie supérieure du couvercle, est une restauration plus tardive selon les dires de Navina Najat Haidar (HAIDAR N., 2015, p.128), ce qui induit en erreur dans la pensée que c’est un des rares exemples d’aiguière indienne complète à nous être parvenu. La chercheuse mentionne également que la dorure partiellement conservée donne un aspect illusoire de doré argenté à l’objet. La fine couche de métal qui constitue l’objet est sûrement le résultat d’une fonte d’alliage cuivreux à la cire perdue qui est ensuite retravaillé avec des gravures et un polissage. Cette technique connaît un succès depuis des temps anciens en Inde et elle a notamment atteint des sommets dans le Sud de l’Inde sous la dynastie des Chola (IXe-XIIIe siècles). Ainsi, l’artisanat du métal en Inde est pratiqué de manière continue et ce processus semble se passer de générations en générations. À l’époque moghole, les ateliers impériaux sont rigoureusement organisés et hiérarchisés de manière à concevoir des œuvres d’exception pour l’empereur et son entourage. Les artisans venus de toutes parts effectuent des tâches spécialisées, cependant, l’artisanat est un savoir-faire qui se transmet de père en fils. Cette organisation peut alors prendre ses racines dans des systèmes plus anciens et on peut penser que l’artisanat prolifique que nous ont transmis les Sultanats du Deccan est peut-être le produit d’une hiérarchisation rigoureuse et organisée telle que celle qu’on retrouve à l’époque moghole. 

fig. 4 : zoom de la fig.1, vue sur l’épaule de l’aiguière

© Ashmolean Museum, University of Oxford

En termes de style, cet objet élégant a d’abord été attribué à l’Iran safavide ou à la Turquie ottomane. Le chercheur qui a permis de reconsidérer le métal indien a d’abord été Mark Zebrowski (ALLAN J., 1995, p.159-172), il a vu en cette aiguière un objet typique du début de l’époque moghole et donc provenant du Nord de l’Inde, peut-être Lahore. Mark Zebrowski et George Michell (ZEBROWSKI M. et MICHELL G., 1999, p.1-3) rattachent notamment l’épure et la sobriété de cet objet au mécénat moghol qui s’oppose en tout point au style des Sultanats du Deccan beaucoup plus outrancier, extravagant et coloré, selon leur appréciation personnelle. Cependant, le motif des sillons spiralés est visible sur plus d’un objet issu du mécénat des sultans du Deccan ; parfois agrémenté de perles, on le retrouve sur de nombreuses typologies métalliques (boîte, crachoir, aiguière, etc), ce qui rend l’attribution de cet objet assez complexe. Navina Najat Haidar (HAIDAR N., 2015, p.128), voit plutôt un objet plus tardif datable de la première moitié du XVIIe siècle issu du mécénat des sultans du Deccan, peut-être celui des sultans de Bijapur. Cependant, les précédentes attributions n’étaient pas dénuées de sens, au contraire, elles découlent d’une grande observation des peintures de manuscrit d’époque où beaucoup d’aiguières similaires sont figurées, ce qui s’apparente à une typochronologie, tentative  de datation relative par comparaison. Néanmoins, dans la peinture deccani, de nombreux dignitaires sont représentés aux côtés de leurs objets de prestige en métal, comme sur le portrait d’Ibrahim Adil Shah II (cf. fig.6), figurant des motifs de sillons très similaires qui trouvent leur origine dans la région, notamment dans l’architecture de la dynastie  Kakatiya (1163-1323) de culture telugu. Cette attribution provient des motifs d’une boîte sphérique avec une inscription en telugu (cf. fig.7) qui présente beaucoup de parentés avec les reliefs architecturaux ouvragés de la dynastie Kakatiya.

fig. 5 : Crachoir, XVIe-XVIIe siècle, Bijapur ou Golconde, laiton, 22,9 cm, Metropolitan Museum of Art de New York, INV. 2007.287

© Metropolitan Museum

fig. 6 : Zoom du portrait d’Ibrahim Adil Shah II, peint par ‘Ali Reza, vers 1620-27, Bijapur, or et couleurs sur papier, 42 cm, British Museum, Londres (INV. 1997,1108,0.1)

© British Museum

fig. 7 : boîte sphérique à inscription telugu, XIVe siècle, Wrangal, Karimnagar, bronze, 14,5 cm de diamètre, Jagdish and Kamla Mittal Museum of Indian Art, Hyderabad (INV. 76.1295)

© Metropolitan Museum

Cette aiguière provient de l’ancienne collection du docteur A. J. Butler, un économiste du Brasenose College de l’université d’Oxford. En 1976, sa fille, Eleanor Butler, fait don de la collection de son père à l’Ashmolean Museum d’Oxford, c’est pourquoi elle est souvent intitulée « aiguière Butler ». Cependant, les collectionneurs et leurs biens sont très peu documentés. 

Léa Cantyn

Bibliographie / Webographie

https://www.ashmolean.org/collections-online#/item/ash-object-356692

HARARI Ralph, Survey of Persian Art, 1938-39

ZEBROWSKI Mark, « the Butler Brass Ewer », in ALLAN James, Islamic Art in the Ashmolean Museum, Volume X, Part Two, Oxford University Press, 1995 (p. 159-172)

ZEBROWSKI Mark, Gold, Silver and Bronze from Mughal India, 1997, Alexandria Press, Londres (p. 147, fig. 189, pl .521)

MICHELL George, ZEBROWSKI Mark, the New Cambridge History of India 1.7, Architecture and Art from the Deccan Sultanates, 1999, Cambridge University Press, Cambridge (p.1-3)

MITTAL Jagdish, Sublime Delight through works of art, 2007, Jagdish and Kamla Mittal Museum of Indian Art, New Delhi (figure 94)

HAIDAR Navina Najat, SARDAR Marika, Sultans of Deccan India 1500-1700, Opulence and Fantasy, 2015, publication du Metropolitan Museum of Art de New York, Yale University Press, New Haven et Londres (p. 128, cat. 50)



Citer ce billet
apam (2024, 25 mars). Une aiguière indo-islamique de l’Ashmolean Museum : l’aiguière Butler. APAMi. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w31x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search