Portrait de Camille Celier, experte en Arts de l’Islam et enseignante à l’Ecole du Louvre

http://www.experts-antiquite.com/experts/797

” Je suis spécialisée en arts de l’Islam et exerce ma passion dans des missions d’enseignement et d’expertise. En expertise, mon travail consiste à situer les objets qui me sont confiés dans un cadre spatio-temporel de création, et chercher toutes informations qui puissent aider à reconstituer leur contexte de commande. “

Camille Celier

APAMi : Bonjour, merci d’avoir accepté cet entretien. Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter brièvement et parler en quelques mots de votre profession, en quoi elle consiste et quelles sont les tâches que vous effectuez au quotidien ?

Camille Celier :

Je suis spécialisée en arts de l’Islam et exerce ma passion dans des missions d’enseignement et d’expertise. En expertise, mon travail consiste à situer les objets qui me sont confiés dans un cadre spatio-temporel de création, et chercher toutes informations qui puissent aider à reconstituer leur contexte de commande. Ces informations ne sont pas toujours disponibles car les objets sont souvent anonymes sauf pour les arts du livre où il est plus fréquent d’avoir des signatures. Mais être expert, c’est aussi analyser leur état de conservation à l’aide d’outils comme la lampe UV ou la loupe et se soucier de leur historique d’acquisition par le vendeur. Toute cette recherche mène à une estimation qui est par la suite inscrite sur la notice pour donner un ordre d’idée à l’acheteur. Ces chiffres ne sont pas innés pour moi, je suis constamment l’évolution du marché pour situer l’objet dans une fourchette de prix. 

Au quotidien, je me déplace dans les études de commissaires-priseurs qui font appel à moi pour que je vienne étudier les objets sur place. Puis, je travaille chez moi et à la bibliothèque pour effectuer mes recherches personnelles et rédiger mes notices au calme. Mes recherches découlent bien évidemment des observations et manipulations des œuvres que j’ai pu faire sur place. Le contact avec les objets et le travail de recherches est sans doute ce que j’apprécie le plus dans mon métier qui m’offre aussi de fabuleux contacts avec des gens de tous horizons et souvent de cet Orient que j’aime tant.

Je pratique des expertises pour des ventes publiques. Ce qui me plaît dans les ventes aux enchères est la possibilité de laisser une trace des objets par leur publication dans des catalogues préparés avec des équipes très souvent sympathiques !

APAMi : Comment vous êtes-vous tournée vers le monde du marché de l’art et surtout le milieu de l’expertise ?

Camille Celier :

Ce que je vais vous dire peut paraître fou, mais lorsque j’étais étudiante je m’étais promis de ne jamais travailler dans le marché de l’art. Je n’étais pas attirée par le milieu et je me destinais plutôt aux métiers de la conservation. A la fin de mes études, je suis partie faire de la recherche sur le terrain, en Syrie, pendant deux mois pour étudier la céramique architecturale ottomane des monuments de Damas. A mon retour en France, je me suis concentrée sur l’apprentissage de l’arabe afin de pouvoir retourner dans ce pays qui était devenu ma terre d’adoption ! L’année suivante, j’ai multiplié les expériences culturelles là-bas, d’un travail dans une ONG locale pour élaborer un parcours touristique dans la région du Wadi al-Nasara, à six semaines de bénévolat pour inventorier les objets de fouilles d’un monastère de la région de Homs, en passant par des ateliers culturels et artistiques organisés pour des enfants d’une école damascène dans le cadre d’une association montée avec une amie. Ensuite, je suis partie à Amman en Jordanie, où j’ai travaillé dans la section culturelle du bureau irakien de l’Unesco tout en montant une exposition de jeunes artistes locaux, toujours dans le cadre de notre association. Lorsque je suis revenue j’ai travaillé au service international de l’Ecole du Louvre comme responsable du master Histoire de l’art et métiers des musées de Paris Sorbonne et ai commencé à donner des cours magistraux pour auditeurs et des TDO d’art islamique à l’Ecole du Louvre pour « entretenir ma spécialité ». Comme cela était trop peu à mon goût, je suis allée à la rencontre de la grande experte Marie-Christine David pour découvrir son métier. Elle a accepté de me « mettre à l’essai » et de me tester sur quelques objets simples qu’elle expertisait pour le compte de l’ancienne plateforme de vente en ligne Expertissim. Je me souviens qu’au début, elle me reprochait souvent ma déformation muséale dans la rédaction de mes fiches jugées peu adaptées à des catalogues de vente ! Je me souviens aussi que l’apprentissage de l’estimation était pour moi un cap difficile. Mais je me suis accrochée ! Puis les mois et les années ont passé, j’ai pris goût à ce métier et la rencontre avec Marie-Christine, sa grande érudition et la confiance qu’elle m’a accordée avec le temps m’ont donné envie de l’exercer à mon tour. J’ai réalisé que l’expertise me permettait d’être on ne peut plus proche des objets, qu’elle me permettait de renouer avec la recherche que j’avais tant aimée étudiante, et finalement, de travailler sur des pièces inédites et encore jamais publiées.

APAMi : Qu’est-ce qui vous a motivé à fréquenter les arts de l’Islam de si près ?

Camille Celier :

A l’Ecole du Louvre, on choisit une spécialité dès la première année, mon premier cours de synthèse portait sur les dynasties Aq Qonyonlu et Qara Qonyonlu, qui me paraissaient très étrangères, je me souviens avoir pris mes notes en phonétique tout en ne comprenant pas grand-chose … !  J’aurais pu abandonner cent fois mais j’ai été curieuse et je me suis accrochée. Aussi, juste avant ma rentrée à l’Ecole du Louvre, j’ai fait un voyage en famille en Andalousie, où j’ai fait la découverte du patrimoine islamique espagnol. Je crois que ma révélation s’est faite lors de ma visite de l’Alhambra, surtout lorsque je me suis retrouvée en dessous des coupoles de la Salle des Deux Sœurs et de la Salle des Abencérages.

APAMi : Est-ce qu’en ce moment vous travaillez sur un projet en particulier, pouvez-vous nous le décrire, ou nous renseigner la collection sur laquelle vous travaillez ?

Camille Celier :

Je travaille principalement pour la maison Ader & Nordmann avec qui nous réalisons des ventes cataloguées complètes deux fois par an. J’ai fait mes premiers pas dans l’expertise chez eux avec Marie-Christine David, et à sa mort, ils ont continué à m’accorder leur confiance et ont décidé de me donner ma chance. C’est grâce à eux que je suis là où j’en suis aujourd’hui. Nous sommes en ce moment en train de préparer une vente pour juin. J’apporte également mon expertise ponctuellement pour d’autres maisons de vente à Paris et dans d’autres villes de France. En parallèle, je continue à donner des cours à l’Ecole du Louvre et apporte ma contribution dans la naissance d’un musée sur le soufisme qui verra le jour prochainement cette année, on espère, à Chatou (78).

APAMi : Avez-vous rencontré des experts étrangers et si oui pensez-vous qu’ils travaillent d’une manière différente qu’en France ?

Camille Celier :

Oui, je me rends chaque année aux « Islamic Weeks » à Londres pour admirer les expositions des grandes maisons de vente et des galeries. Les œuvres exposées là-bas sont fabuleuses, souvent de qualité muséale, c’est très instructif. Ces voyages sont aussi de bonnes occasions d’entretenir le lien avec des professionnels avec qui nous échangeons le plus souvent à distance au sujet d’objets ou de provenances, point sur lequel l’Angleterre est devenue très stricte. En Angleterre, les experts sont généralement salariés de leur maison, ce qui est moins courant en France.

APAMi : Quelles définitions générales donneriez-vous des arts de l’Islam ?

Camille Celier :

Ma définition est forcément liée à l’enseignement que j’ai suivi à l’Ecole du Louvre et que je transmets aujourd’hui à mon tour à mes étudiants. Les arts de l’Islam avec un grand « I » correspondent aux arts d’une civilisation vaste géographiquement allant de l’Espagne à l’Inde et qui s’étend sur une période chronologique allant du VIIe au XIXe siècle. Cette civilisation recoupe tout un tas de cultures, de langues et de modes de vie différents mais qui partagent de mêmes codes artistiques.

A partir du XXè siècle, l’art en terres d’Islam rentre dans le mouvement de l’art contemporain, détaché d’une culture islamique même si l’on y trouve parfois des références anciennes.  Des institutions telles que l’Institut du Monde Arabe, montrent d’ailleurs une certaine continuité artistique en mettant en regard les arts anciens et les arts contemporains dans leurs expositions. Cela questionne les limites de la définition de notre domaine…

APAMi : Y intégrez-vous les objets contemporains ou dits « ethnographiques » ? Si oui, êtes-vous parfois sollicitée à en expertiser ?

Camille Celier :

En ce qui concerne les arts contemporains, je ne suis absolument pas qualifiée pour les expertiser et c’est pourquoi je ne peux pas les intégrer dans ma discipline, ces productions doivent pour moi être expertisées par des spécialistes d’art contemporain.

A propos des objets dits « Ethnographiques » comme des costumes, des bijoux, des instruments de musique, des pièces de monnaies, des ustensiles, j’estime qu’ils sont de beaux témoignages d’une culture, d’un mode de vie, de savoir-faire, alors j’en expertise de temps en temps. 

APAMi : Quelle est pour vous la plus grande difficulté que vous rencontrez dans votre métier ?

Camille Celier :

Une des difficultés que je rencontre dans mon métier est l’estimation des objets, cela n’a jamais été vraiment naturel. Le marché fluctue et il est parfois difficile de satisfaire les attentes de certains clients : lorsque les estimations sont trop basses ils peuvent être déçus et lorsqu’elles sont trop hautes, ils peuvent prendre peur ou s’emballer. L’estimation est un véritable cas de conscience pour moi-même ainsi que pour le client qui réalise soudain la valeur de sa collection. A cela s’ajoute le fait que le marché s’amenuise de plus en plus, dénicher une collection qui a de la valeur devient de plus en plus difficile. Les chasses au trésor qui ont enflammé le marché de l’art au XIXe siècle ne sont plus si évidentes. Cependant, on perçoit certains messages d’espoir avec des objets de qualité muséale trouvés chez des gens qui n’ont aucune idée de ce qu’ils représentent sur les plans artistique et historique. Parmi mes plus grandes émotions, je pourrais citer un très beau vase d’Iznik vendu chez Ader en 2019, un folio de Coran sur parchemin du VIIIe siècle vendu chez Nabecor à Nancy la même année ou plus récemment un folio indien du tournant du XVIIe siècle que je suis convaincue provenir d’un rare manuscrit de la cour du prince Salîm appelé le Dvadasa Bhava vendu chez Ader le 6 février dernier. 

APAMi : Ressentez-vous parfois un sentiment d’aversion quand vous expertisez des objets et que vous savez qu’ils vont finir en main privée, c’est-à-dire peu accessibles à un certain public ?

Camille Celier :

Chaque fois que j’expertise un objet, mon rêve est qu’il atterrisse dans les collections publiques, afin qu’il puisse être admiré par le plus de personnes possibles. Pour l’instant, j’ai eu la chance de connaître deux préemptions de l’Etat, avec le Musée du Quai Branly qui a acquis en 2019 chez Ader des feuilles d’arbre séchées et calligraphiées à l’or qui avaient appartenu à l’artiste Lucien Lévy-Dhurmer, puis en 2022 un boitier de miroir qâjâr signé de Muhammad Isma’il J’attends maintenant avec impatience le moment où ils seront exposés !

Pour les objets qui passent entre des mains privées, je me dis que l’espoir de les revoir un jour n’est pas perdu puisque très souvent on voit repasser sur le marché des objets présentés à la vente quelques mois, ou même, années auparavant. C’est là que les catalogues des ventes passées sont pour nous une source de travail précieuse.

APAMi : Comment, selon vous, le milieu du marché de l’art vit-il avec les problématiques actuelles de restitutions et de provenance, qui touchent par ailleurs beaucoup les arts islamiques ? Et vous, qu’en pensez-vous ?

Camille Celier :

Il est évident qu’avec les problématiques de restitution et de revendication de certaines œuvres, il devient difficile de vendre. Même si la France est un peu moins restrictive que l’Angleterre par exemple, la provenance de certaines pièces, comme des objets de fouille ou des décors architecturaux par exemple, méritent toute notre attention. En tant qu’expert, j’ai un véritable devoir de vigilance et de veille permanente sur les objets qui se présentent à moi. J’ai eu la chance de suivre une formation de l’OCBC (Office Central de lutte contre le trafic de Biens Culturels), qui m’a permis de savoir comment réagir face à des objets qui paraissent douteux. On travaille avec des listes rouges et des applications telles que iDArt, qui permettent, grâce à une recherche visuelle, manuelle de mots-clés, ou photographique, de vérifier si l’objet en question est issu d’un pillage.  

APAMi : Que conseillerez-vous aux jeunes personnes qui souhaitent embrasser une carrière telle que la vôtre ?

Camille Celier :

Il faut y croire ! Je suis extrêmement contente d’être arrivée là où je suis et les conseils que je peux transmettre sont de ne surtout pas se mettre d’œillères, de suivre sa passion et rester curieux. On fait toujours de belles rencontres et c’est cela qui m’a menée jusqu’à ce parcours loin d’être tout tracé. Pour ce métier, il faut aimer apprendre en continu, mais aussi avoir l’humilité de ne pas tout savoir et de pouvoir s’enrichir au quotidien. Le maître mot reste la patience. Il y a parfois certains objets face auxquels on est pris de doutes quant à leur attribution ou leur authenticité. Il ne faut alors pas se démonter, prendre le temps de creuser, chercher, dialoguer autour de l’œuvre et savoir émettre des hypothèses et les accepter quitte à avoir la solution beaucoup plus tard. Il faut aussi admettre que l’on peut se tromper. Cela m’est déjà arrivé et arrivera encore et je sais que l’erreur est une expérience enrichissante.

APAMi : Avez-vous un ouvrage, une œuvre ou une exposition favorite ou quelque chose qui vous a récemment marqué ? 

Camille Celier :

Une pièce qui m’a tout particulièrement marquée est la page du Shâh-Nâme de Shah Tahmasp, passée en vente chez Christie’s il y a deux ans. J’ai été émue déjà de voir une page d’un manuscrit si célèbre, et étudié de près pendant ma formation, mais aussi de pouvoir admirer la maîtrise du pinceau, le sens du détail de cette peinture qui m’a également fait sourire avec le comique de son sujet, le héros Rostam repoussant de son pied le rocher poussé par Balwan tout en faisant tranquillement rôtir sa grillade sur le feu… 

APAMi : Connaissiez-vous l’APAMi, si oui comment ?

Camille Celier :

 Je la connais par le biais de membres très sympathiques comme Sarah Lakhal, Killian Lécuyer ou encore Camille Grandpierre. Tous sont passionnés et il est agréable de pouvoir échanger avec eux sur des sujets qui nous rassemblent. La newsletter, les post Instagram et LinkedIn de l’association sont très réguliers et vraiment intéressants à suivre pour se tenir informé de l’actualité des arts de l’Islam mais aussi compléter ses connaissances grâce aux sujets développés dans les articles. L’association propose de beaux projets autour d’une passion commune et j’admire ce rassemblement de jeunes étudiants impliqués. C’est un honneur pour moi d’avoir répondu à leurs questions aujourd’hui et j’espère que cela suscitera des vocations.

APAMi : Un grand merci, Camille, pour cet entretien sympathique et d’une grande qualité. Il nous offre à tous une vision plus directe de votre métier et de votre passion, qui est par ailleurs agrémentée de plusieurs anecdotes croustillantes ! Par dessus tout, c’est certain que votre expérience passionnante suscite des vocations.

Propos recueillis par Léa Cantyn.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
apam (1 mai 2024). Portrait de Camille Celier, experte en Arts de l’Islam et enseignante à l’Ecole du Louvre. APAMi. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://apam.hypotheses.org/6383


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search