Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval

Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval
Inde moghole, XVIIe siècle
Manche en jade, rubis, émeraudes, et or – lame en acier damassé et damasquiné d’or
Hauteur : 50,5 cm – Largeur : 9,1 cm
Paris, musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, n°inv. R 890

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Hughes Dubois

Entre 1526 et 1858, les Moghols règnent sur le sous-continent indien. Originaires d’Asie centrale, les  artisans moghols allient les motifs iraniens à un goût prononcé pour la nature et le monde vivant. L’Inde moghole est particulièrement réputée pour la production d’objets en pierres dures incrustés de gemmes.

Légué par la Baronne Salomon de Rothschild en 1922, le poignard à manche en tête de cheval  conservé au musée du Louvre peut certainement être considéré comme l’un des joyaux de la collection du département des arts de l’Islam. Désigné sous le terme khandjar, cet objet adopte une forme caractéristique de l’époque moghole : la lame incurvée est contrebalancée par la contre-courbe du manche. Ce dernier a exécuté en jade, pierre réputée pour ses vertus talismaniques aux yeux des moghols. Les empereurs lui prêtent des pouvoirs apotropaïques. Le jade est également réputé favoriser la victoire lors de combats, si bien qu’il est régulièrement utilisé pour embellir les armes.

Les manches en forme de tête d’animaux sont attestés dès le règne de l’empereur Jahangir (1605-1627) et deviennent particulièrement fréquents sous Shah Jahan (1627-1658). Ils ornent les armes d’apparat utilisées lors de cérémonies. Les manches se déclinent sous diverses formes : bélier, lion, faucon, etc. La représentation du cheval sur le poignard du Louvre illustre toute la minutie et le savoir-faire des artisans. La bouche ouverte, les naseaux dilatés et les oreilles rabattues vers l’arrière dénotent la représentation d’un véritable pur-sang.  L’artisan a représenté le moindre détail : le toupet passe au-dessus du chanfrein, la crinière est travaillée en mèches. L’incrustation de pierres précieuses accentue d’autant plus le réalisme de l’objet : les pièces d’harnachement ornées de gemmes ont bien existé à la cour moghole. La préciosité de l’objet n’enlève cependant rien à son efficacité : la lame pouvait transpercer une cotte de mailles.

Détail du manche
© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Hughes Dubois

Contrairement à la plupart des armes aujourd’hui conservées, la lame du poignard semble être d’origine. Elle est ornée d’une veine centrale et présente un décor damasquiné à l’or.

L’objet, extrêmement luxueux, a peut-être été offert à un haut dignitaire lors d’une audience publique.

Fanny Roilette

Bibliographie :

MAKARIOU, Sophie (dir.), Les arts de l’Islam au Musée du Louvre, Paris, Hazan, 2012, p. 332-334, 382.

Three Empires of Islam, Istanbul, Isfahan, Delhi, Master pieces of the Louvre Collection, Valence, Fundacion Bankaca (18 mai -30 septembre 2008), Valence, Fundacion Bancaja, 2008, p. 416.Site du musée du Louvre : https://www.louvre.fr/oeuvre-notices/poignard-khandjar-manche-en-tete-de-cheval, dernière consultation le 01/02/2019.


Une réflexion sur « Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.