Humanités numériques : La Bibliothèque du Congrès met en ligne pour la première fois sa collection de manuscrits persans

SaʻDī, Jāmī, and Active 14Th Century Ḥāfiẓ. Excerpts from classical Persian poetry. [1833 or 1834 in a Later Hand, 1833] Manuscript/Mixed Material, https://www.loc.gov/item/2017406025/.

A l’occasion du Nouvel An persan (Norouz), la Bibliothèque du Congrès a numérisé et mis en ligne pour la première fois en ligne sa collection de manuscrits rares en persan en ce mois d’avril 2019.

Constituée de 150 manuscrits dont certains remontant au XIIIe siècle, cette collection présente, entre autres, des anthologies de poésie magnifiquement illuminées par des poètes classiques, écrits dans des styles calligraphiques raffinés et illustrés. On retrouve notamment le Shahnamah, un poème épique relatant l’histoire de la Perse préislamique, mais également des poèmes de Saadi, Hafez, Rumi et Jami et Nizami Ganjavi.

L’un des documents historiques les plus importants retrace la vie de Shah Jahan (1592-1666), un souverain indien de la dynastie moghole, sous le règne duquel le Taj Mahal et d’autres merveilles architecturales ont été construits.

 

«Ces rares manuscrits en langue persane reflètent clairement la diversité et la nature cosmopolite de la collection», déclare Hirad Dinavari, référent de la collection au Département Afrique et Moyen-Orient de la bibliothèque. «Étant donné que de nombreux articles proviennent d’Inde, d’Asie centrale, du Caucase et de régions sous domination ottomane, en plus des terres de langue persane d’Iran, d’Afghanistan et du Tadjikistan.»

 

En plus des manuscrits, la bibliothèque élargira très bientôt sa collection numérique persane de lithographies, de livres anciens et de reliures de livres. La plupart de ces manuscrits et livres lithographiques persans ont été achetés pour la bibliothèque dans les années 1930 par Kirkor Minassian (1874-1944), un marchand renommé dans le domaine des arts islamiques. Ces acquisitions comprenaient des livres et des manuscrits rares en langues arabe, persane, turque et arménienne.

La numérisation de la collection de manuscrits persans fait partie du plan quinquennal visant à élargir l’accès aux collections. 

Pour rappel, la Bibliothèque du Congrès est la plus grande bibliothèque du monde, offrant un accès libre aux archives des États-Unis et à de nombreux documents du monde entier. C’est la principale branche de recherche du Congrès américain et le siège du Bureau américain du droit d’auteur. Son Département  Afrique et Moyen-Orient (AMED) est créé en 1978 dans le cadre d’une réorganisation générale de la Bibliothèque du Congrès. Il comprend trois sections : Afrique, Hébraïque et Proche-Orient. Parmi ces trois sections se trouvent près de 78 pays et régions allant de l’Afrique australe au Maghreb et Moyen-Orient à l’Asie centrale ainsi que le Caucase.

 

Source : https://www.loc.gov/item/prn-19-036/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.