Contrat doctoral : 2019 – 2022 Projet “MIDA”

Photographie en temps de guerre et portrait dans l’Iran de Khomeiny et de l’après Khomeiny

La photographie, medium moderne par excellence, est arrivée au Moyen-Orient moins de dix ans après son invention en Europe en 1839. Initialement limitée à un art de cour dans l’Iran de la dynastie Qajar, elle a progressivement imprégné la société et est devenue un genre artistique et documentaire à part entière pratiqué largement par la société. Des motifs visuels empruntés à un éventail de cultures visuelles, allant de l’imagerie locale à celle venue de l’étranger, de la peinture classique (miniature) à l’iconographie contemporaine (presse) en passant par la culture des élites, étaient incorporés dans les images.

L’étude faite sur les portraits iraniens réalisés sur plaques de verre au XIXe siècle ont conduit à forger la notion d’ « esthétique mixte » pour définir ces contributions artistiques (Gonzalez, 2012). Après la révolution islamique en 1979, et particulièrement pendant le conflit Iran-Irak (1980-1988), le reportage de guerre devint la principale, sinon unique, façon de pratiquer la photographie, et fut enseignée en tant que telle dans les premières écoles de photographie qui ouvrirent dans le pays.

Environ 75 photographes professionnels et amateurs ont participé à la première grande exposition sur la guerre organisée au Musée d’art contemporain de Téhéran en 1981. Le sujet et la composition des images produites, exposées et finalement imprimées dans la presse constituent des documents éloquents pour étudier la représentation du martyr, de la guerre, de l’altérité et du for intérieur à la fin du XXe siècle en Iran. Certaines de ces images ont été reproduites sur des murs et les peintures murales ont servi de propagande au régime.

Aujourd’hui, la réception de telles images par les artistes – et même chez les artistes qui les ont produites- ainsi que par la société en général peut aussi être considérée comme l’indice d’un changement significatif en Iran. La photographie d’aujourd’hui demeure un moyen important pour inventorier les questions sujettes à controverse au sein de la société iranienne, cependant les modalités de sa diffusion ont radicalement changé. Ce sous-projet comparera les expositions de la photographie de guerre, ses représentations de la société iranienne, son langage visuel et les conditions dans lesquelles cette imagerie a été produite et reçue, avec les opportunités offertes par les médias numériques.

Contexte de travail

Employé par le CNRS, le/la candidat.e sera inscrit.e à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et devra développer son propre sujet de recherche dans le cadre de la description du poste. Il/elle interagira sur une base régulière avec les autre membres et partenaires du projet et collaborera avec les autres jeunes chercheur.e.s/doctorant.e.s lorsque cela sera requis.
Le/la candidat.e sera inscrit.e à l’ED 441, sous la direction du Professeur de l’équipe InVisu, et bénéficiera de l’expertise de deux spécialistes, l’un de l’Université de Leyde) et l’autre basé au Centre Pompidou. Le/la candidat.e travaillera dans une équipe interdisciplinaire et internationale en interaction régulière avec les autres partenaires du projet et les autres jeunes chercheur.e.s/doctorant.e.s quand cela est requis. Des voyages à l’étranger seront à prévoir, ainsi que deux stages professionnalisants auprès du Centre Pompidou de Paris et au Tropenmuseum d’Amsterdam. Le réseau comprend 25 participants issus d’entités académiques et non-académiques, de petites et moyennes entreprises et d’organisations non gouvernementales de Belgique, Bosnie-Herzégovine, France, Allemagne, Pays-Bas et Espagne.
Le/la doctorante sera accueilli au laboratoire InVisu, L’information visuelle et textuelle en histoire de l’art: nouveaux terrains, corpus, outils, qui est spécialisé en accompagnement au numérique ouvert.

Contraintes et risques

Critères essentiels au recrutement :
  • Master ou équivalent en Études sur le Moyen-Orient, Histoire de l’Art, Histoire de la photographie, ou autres domaines similaires
  • Excellente connaissance et maîtrise de la langue anglaise (thèse à rédiger en anglais).
  • Maîtrise du persan écrit
  • Engagement à collaborer au développement général du projet

Critères souhaitables :
  • Une expérience de travail au sein d’une équipe interdisciplinaire
  • Maîtrise des outils numériques pour la gestion des données visuelles
  • Une connaissance du français ou volonté de l’apprendre au cours de la période du contrat

Critères d’éligibilité :
  • ne pas avoir résidé en France plus de 12 mois au cours des 3 années précédant la date du recrutement
  • 4 ans d’expérience au plus dans la recherche, après le Master
  • les postes ne sont pas réservés aux citoyens de l’UE

Le/la candidate intéressé.e devra soumettre un CV et une lettre de motivation. Il/elle devra également postuler sur le site : https://www.itn-mida.org/applicationform, où il/elle devra télécharger:
  • une copie des diplômes (Master ou équivalent)
  • un curriculum vitæ
  • une liste des publications (si applicable)
  • une lettre de recommandation
  • une proposition de recherche de 2 pages
  • une courte lettre de motivation

Informations complémentaires

Le salaire sera supérieur à celui indiqué dans cette fiche de poste. Il sera déterminé par les grilles salariales propres aux subventions des actions Marie Skłodowska-Curie du programme-cadre de recherche et développement Horizon 2020 de la Commission européenne.



Candidater 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.