L’islamisation des sociétés des premiers siècles de l’islam à travers l’étude des pierres tombales.

Pierre tombale de ‘Abd al-Raḥmān ibn Ḫayr al-Ḥaǧrī, Égypte, VIIe siècle.
Calcaire sculpté.
Inscription en coufique primitif.
Museum of Islamic art, Le Caire, Égypte. 
n°d’inventaire MIA no. 1508/20  

Au nom de Dieu,le Clément, le
Miséricordieux.
Cette tombe appartient à ‘Abd
al-Raḥmān ibn Ḫayr al-Ḥaǧrī.
Pardonne-lui, ô Dieu, et donne lui accès [au
paradis] par ta miséricorde, et laisse nous y
entrer avec lui.
Demandez pardon pour lui à chaque lecture
de cette inscription et dîtes Amen.
Cette inscription fut écrite en Jumāda II
de l’année 31 [janvier ou février 652].

L’étude du processus d’islamisation des sociétés des premiers temps de l’islam au lendemain des conquêtes se révèle être un travail difficile pour l’historien. Comprendre le processus par lequel s’est opérée la « transition des sociétés pré-islamiques vers l’Islam » et la manière dont s’est forgée la dynamique identitaire de la société islamique -ainsi que ses limites- est rendu ardu par la question des sources textuelles, tardives au regard de l’époque concernée. Étudier l’Islam des premiers temps, ne peut se faire sans une extrême vigilance à l’égard des sources musulmanes, à savoir des récits retraçant les origines d’un empire dans lequel les normes sociales, religieuses et juridiques islamiques sont héritées d’un terreau socio-culturel mixte. Religion d’empire, l’islam -ou les islams- pratiqué(s) par les peuples musulmans des IXème et Xème siècles diffère(nt) de celui des musulmans des trois premiers siècles de l’hégire dont la pratique et la spiritualité furent imprégnées des judaïsmes, christianismes, zoroastrismes et autres croyances orientales de l’Antiquité tardive. La religion musulmane serait de fait, d’après certains historiens tels que Crone, Cook ou encore Wansbrough, le produit d’un syncrétisme d’éléments judaïques et chrétiens dont l’héritage antique fut blanchi par les sources arabes dans le but de cristalliser le message divin transmis aux différents prophètes et de mieux renforcer le statut d’exception de l’islam. Dans la société primitive musulmane qui était de fait une société de conquêtes unissant des peuples de différents héritages antiques, il est clair que la conception de l’identité islamique différait de celle présentée par les sources écrites médiévales. 

Continuer la lecture de « L’islamisation des sociétés des premiers siècles de l’islam à travers l’étude des pierres tombales. »

Appel à communication : Actual Problems of Theory and History of Art (St. Petersburg, 26-31 Oct 20)

Actual Problems of Theory and History of Art (St. Petersburg, 26-31 Oct 20)

St. Petersburg State University, The State Hermitage Museum, St. Petersburg, Russia, October 26 – 31, 2020
Deadline: Jun 1, 2020

9th international academic conference
Actual Problems of Theory and History of Art

Continuer la lecture de « Appel à communication : Actual Problems of Theory and History of Art (St. Petersburg, 26-31 Oct 20) »

La coupe de Palmer

Verre émaillé et doré
Première moitié du XIIIe siècle
Monture en argent occidentale, du XIIIe siècle
British Museum, WB. 53

©British Museum

La coupe de Palmer – nommée ainsi d’après la famille Palmer, anciens propriétaires privés de l’objet -, date de la première moitié du XIIIe siècle.

Continuer la lecture de « La coupe de Palmer »

Ashmolean Museum : 6 expositions virtuelles du Yousef Jameel Centre for Islamic and Asian Art

Le Yousef Jameel Centre for Islamic and Asian Art offre un accès en ligne aux collections du département d’art oriental de l’Ashmolean Museum à Oxford. L’APAMi vous a sélectionné six expositions virtuelles à explorer depuis chez soi !

Continuer la lecture de « Ashmolean Museum : 6 expositions virtuelles du Yousef Jameel Centre for Islamic and Asian Art »

7e Colloque annuel du Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO) – « Images et imaginaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord » — Hôtel de Ville de Paris et EHESS (Campus Condorcet), 23-24/01/2020

Programme complet ici

Séminaires « Économie, Société et Culture » – La représentation du pouvoir en Méditerranée médiévale [2] – LA3M – UMR 7298 • UNIVERSITÉ D’AIX-MARSEILLE • CNRS

Prochain séminaire du programme : le 13 janvier de 14h à 17h, Salle Georges Duby, MMSH

Thème : Géographie et pouvoir
Le pouvoir politique et le territoire : comment les géographes arabes ont conçu l’État ? – Jean-Charles Ducène (EPHE)

Séances suivantes :
– La représentation du pouvoir à travers la table : 17.02.2020, 14h00 – 17h00, Salle Georges Duby, MMSH
L’alimentation carnée dans l’Occident islamique médiéval : vecteur de cohésion et de distinction. – Marianne Brisville (CIHAM)
Le pouvoir et la table abbassides à travers les livres de cuisine. – Limor Yungman (EHESS)

– Inventer la représentation d’un nouveau pouvoir : 23.03.2020, 14h00 – 17h00, Salle Georges Duby, MMSH
La représentation du pouvoir omeyade : le premier calife omeyade Mu’âwiya. – Hayet Amamou (Université de Tunis)

Programme complet ici


La reconstruction de la mosquée al-Nouri de Mossoul débutera en 2020

Etat actuel de la mosquée depuis sa destruction en 2017
© wikicommon

L’UNESCO, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, a annoncé le mercredi 11 septembre 2019 qu’une reconstruction historique de la mosquée irakienne Al-Nouri à Mossoul débutera au début de l’année 2020.

C’est en avril 2018 qu’avait été évoquée la première fois la reconstruction de la mosquée emblématique Al-Nouri et du minaret Al-Hadba de Mossoul par une équipe qui impliquant l’ICCROM et l’UNESCO, dans le cadre d’un projet quinquennal financé par les Émirats arabes unis. Il s’agissait d’une promesse de Noura Al Kaabi, Ministre de la culture et du développement des savoirs des Émirats arabes unis, prononcée dans le cadre d’une conférence de presse, où ont par ailleurs été promis 50,4 millions de dollars de la part des États-Unis pour soutenir le projet. 

La chronologie du plan de restauration du monument du XIIe siècle, célèbre pour son minaret penché, a été tracée lors d’une réunion à Paris entre autres menée par la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, et plusieurs responsables irakiens, dont le ministre de la Culture de l’Iraq, Abdulameer Al-Dafar Hamdani, et le gouverneur de la province de Ninive, Mansour Al-Mareed.

Lancé donc pour la première fois en 2018, le plan de restauration de la mosquée sera la partie la plus frappante de la reconstruction du patrimoine de Mossoul, dirigée par l’UNESCO et dotée de 100 millions de dollars selon le Greenwichtime.

Ainsi, « Revivre l’esprit de Mossoul » est le plus important plan de restauration de l’histoire irakienne, et vient deux ans après la destruction de la vieille ville par des terroristes.

« Nous avons convenu d’un calendrier qui verrait la reconstruction commencer au premier semestre de 2020 pour la mosquée », a annoncé Audrey Azoulay.

Le minaret en 1932
© wikicommon

Pour rappel, la grande mosquée al-Nouri est une mosquée connue dans le monde pour son ancienneté et de son minaret penché, surnommé al-Hadba (« la Bossue »). Sa construction avait été ordonnée par Noureddine Al-Zink en 1172. Elle a été démantelée à l’exception de son minaret, puis reconstruite en 1942 dans le cadre d’une campagne de rénovation. En 2014, le dirigeant de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, a déclaré un califat islamique de la mosquée Al-Nouri, avant que les extrémistes de l’EI ne la réduisent en ruines en juin 2017. 

L’initiative de l’UNESCO va bien au-delà de la simple restauration de la mosquée et visera à utiliser cet argent pour reconstruire des églises, des écoles et une rue de la vieille ville de Mossoul, célèbre pour ses librairies.

Sarah Lakhal

Emission « Les chemins de la Foi : La calligraphie », France TV, Partie 1 & 2

 

Continuer la lecture de « Emission « Les chemins de la Foi : La calligraphie », France TV, Partie 1 & 2 »

APAM – Promouvoir les arts de l’Islam

L’APAM (Association pour la Promotion de l’Art Musulman) tend à faire connaitre à un large public l’histoire de l’art et l’archéologie des pays d’Islam grâce à l’organisation de : colloques, cours, séminaires, conférences, expositions, visite-conférences, ateliers et rédaction d’articles; à faciliter la circulation de l’information par l’alimentation d’un carnet en ligne qui rassemble toutes les informations concernant les arts de l’Islam en France et à l’étranger; par l’édition de dossiers thématiques variés afin de favoriser le développement de la recherche et de la formation et, d’établir une coopération plus étroite entre les étudiants, les chercheurs et les centres de recherches, mais également de permettre une vulgarisation de l’information spécialisée en art islamique.