Une aiguière indo-islamique de l’Ashmolean Museum : l’aiguière Butler

L’aiguière Butler est un chef d’œuvre de l’Ashmolean Museum d’Oxford (EA1976.43). Datable du XVIe ou du XVIIe siècle, début de l’époque moghole (1526-1857) dans le Nord de l’Inde ou bien fin de la période des Sultanats dans le Deccan (1487-1687). Elle est en laiton et mesure cinquante centimètres de haut pour vingt de large et seize de profondeur.

Cet objet à l’allure élégante est une production harmonieuse et proportionnée dont les parties sommitales s’affinent au fil de leur ascension. En effet, l’aspect d’équilibre est renforcé par la régularité hypnotisante des sillons légèrement courbés et déployés sur la panse, qui se prolongent et se densifient sur la forme effilée du bec verseur. Cependant, ce motif simple reste délicat et parcimonieux car il est alterné de plages lisses comme sur le col et la partie supérieure du couvercle à clapet. Ainsi, cette aiguière est empreinte d’un certain minimalisme et d’une élégance se résumant en deux motifs qui sont les sillons et les petites têtes de dragons ou de makara répétés de manière équilibrée. Enfin, La brillance de l’alliage cuivreux obtenue sûrement par polissage lui confère une certaine préciosité.

fig. 1 : aiguière Butler, XVIe-XVIIe siècle, Deccan ou Nord de l’Inde, laiton, 50 x 20 x 16 cm, Ashmolean Museum, Oxford (INV. EA1976.43)

© Ashmolean Museum, University of Oxford

Continuer la lecture de « Une aiguière indo-islamique de l’Ashmolean Museum : l’aiguière Butler »

Un manuscrit coranique chinois de la BnF (Arabe 7270)

Vingt-septième juz’ d’un coran copié en Chine conservé à la BnF (Arabe 7270)
© Gallica

La Bibliothèque nationale de France conserve quatre juz’ (une des trente parties dans lesquelles le Coran est parfois divisé) de coran chinois. L’un de ces juz’ est particulièrement intéressant par son décor et les écritures qui s’y déploient. Le manuscrit ne présente pas de colophon, ce qui rend plus difficile sa remise en contexte. 

Continuer la lecture de « Un manuscrit coranique chinois de la BnF (Arabe 7270) »

Un plateau de meuble au musée du Louvre

Dessus de meuble-support, Égypte-Syrie, 2e quart du XIVe siècle, alliage cuivreux martelé, musée du Louvre, N° inv. OA 5701. ©2004 Musée du Louvre. Photographe : Raphaël Chipault.

Au sein des collections islamiques du musée du Louvre se distingue un objet précieux de par la qualité de ses inscriptions. 

Ce plateau de meuble mesure 44,3 cm en hauteur, 51 cm en largeur, a une épaisseur de 0,1 cm et pèse 1, 702 kg. Répertorié comme dessus de meuble, il est confectionné en laiton gravé, incrusté d’or et d’argent. Sur les deux faces, on observe des motifs floraux et végétaux se mêlant aux écritures. Le cartel indique une provenance égyptienne et une attribution au sultanat Mamelouk. Il aurait ainsi été produit entre 1340 et 1350. 

Continuer la lecture de « Un plateau de meuble au musée du Louvre »

Une statue féminine au palais Omeyyade de Mshatta

Torse de femme, c.743/44, Calcaire, Mshatta, Jordanie, 72 cm / 52 cm, Jordan Archeological Museum, Amman, J.16585

Construits sous la dynastie Omeyyade (661-750), les « châteaux du désert » (qusur) demeurent aujourd’hui encore sujets à question quant à leur fonction réelle. Ils semblent cependant liés d’une manière ou d’une autre à des figures du pouvoir, notamment du fait de la présence de décors souvent signifiants. Le torse de femme du musée d’Amman provient lui du Qasr al-Mshatta, en actuelle Jordanie, vraisemblablement bâti pour le calife al-Walid II entre 743 et 744 (H. 133). Ce qasr présente une superficie deux fois plus importante que celle moyenne des autres châteaux du désert, ainsi qu’un plan original. Les bâtiments se déploient autour d’un axe longitudinal entre le massif d’entrée et celui palatial, au nord du complexe. C’est dans une salle au bout de cet axe qu’a été retrouvé le torse, pièce sur laquelle s’ouvre un portique à 3 arches, et dont la typologie proviendrait de l’architecture impériale romaine, évoquant une possible salle du trône. 

Continuer la lecture de « Une statue féminine au palais Omeyyade de Mshatta »

Un mihrab portatif au Musée du Louvre

Mihrab (محراب) portatif, Egypte, Xe-XIe 
Bois sculpté (micocoulier)
19,7 cm x 10,9 cm
Paris, Musée du Louvre, DAI, MAO 421
© 2009 Musée du Louvre / Hughes Dubois

La dynastie des Fatimides (969-1171) est au pouvoir en Égypte au moment de la réalisation de cet objet religieux. Revendiquant ses liens avec la famille du Prophète, en tant que descendants d’Ali son gendre et cousin, les Fatimides placent le chiisme au cœur de leur politique en opposition au sunnisme du califat abbasside. D’abord implantés au Maghreb et en Ifriqiya (Afrique du Nord actuelle), ils conquièrent le Caire (al-Qahira) en 969 et en font leur capitale. A l’acmé de leur pouvoir, leur territoire couvre le Maghreb et l’Ifriqiya, la Sicile, la Syrie et le Hijaz (péninsule arabique). 

Continuer la lecture de « Un mihrab portatif au Musée du Louvre »

La mosquée de Rüstem Paşa : un joyau discret au cœur d’Istanbul

Le 29 mai 1453, la ville d’Istanbul, alors nommée Constantinople, tombe aux mains des Ottomans. Cette dynastie, qui tire son nom de son fondateur Osman, s’affirme au sein d’une principauté d’Anatolie à la fin du XIIIème siècle. Elle étend son empire jusqu’au XVIème siècle, depuis les Balkans jusqu’au Maghreb, avant de se désagréger progressivement à partir du XVIIème siècle, pour laisser place, au lendemain de la Première Guerre mondiale, à la République de Turquie. Si l’empire des Ottomans regroupe des populations fort diverses, il est néanmoins régi par une structure gouvernementale et administrative efficace. L’organisation très centralisée de l’empire trouve d’ailleurs un écho dans l’ensemble de la création artistique. Un corps hiérarchisé, dirigé par l’architecte en chef de l’empire, encadre ainsi les chantiers de construction des monuments publics et religieux, favorisant le développement d’un canon artistique. Constantinople, nouvelle capitale après Bursa et Edirne, est profondément modifié sous les Ottomans : les citernes datant de l’Antiquité sont restaurées, le palais de Topkapı voit le jour tandis que sont édifiées de nombreuses mosquées. 

Continuer la lecture de « La mosquée de Rüstem Paşa : un joyau discret au cœur d’Istanbul »

Un manuscrit coranique chinois de la Khalili Collection

Juz’ 29 d’un coran, feuillet 2a, encre, or et aquarelle opaque sur papier, reliure en cuir avec rabat, 24.5 x 17.5cm, Grande mosquée de Khanbaliq (ancienne Beijing), daté du 9 octobre 1401 (30 Muharram 804), The Khalili Collections, inv. QUR 974 © The Khalili Collection

La Khalili Collection conserve quatre manuscrits arabes chinois : deux ‘a’jzā’ (singulier : juz’ ; littéralement « partie » ou « section ») de deux corans du XVe siècle, un coran complet du début du XVIIe siècle et un recueil de textes de dévotion. L’un de ces ‘a’jzā’ de coran est particulièrement intéressant. Il s’agit d’un des plus anciens exemplaires de manuscrit coranique chinois qui nous soit parvenu, notamment parce qu’il comporte un colophon daté, indiquant aussi le lieu de production de l’objet et le nom de l’artiste. Le scribe et enlumineur est connu sous le nom de Hajji Rashad ibn ‘Ali al-Sini et son travail a été terminé le 9 octobre 1401 (30 Muharram 804) à la Grande Mosquée de Khanbaliq, ancien nom de l’actuelle Beijing. Ces informations, très précises, facilitent la remise en contexte du manuscrit. 

Continuer la lecture de « Un manuscrit coranique chinois de la Khalili Collection »

La coupe talismanique du calife Mamûn ibn Harûn du musée de Niort.

Coupe talismanique, Irak, IXe siècle, alliage cuivreux doré, D.13,5 ; H. 3. 
Musée Bernard d’Agesci de Niort. Leg Piet-Lataudrie, N° inv. 914.1.96 (Autre n° :14.1.96). 
©Alienor.org, Conseil des musées. Photographe : Texier Fabienne. 

Les coupes magico-thérapeutiques sont des objets de sciences occultes utilisés pour soigner diverses maladies, symptômes physiques ou encore prédire l’avenir. En cela, elles se distinguent des bols pré-islamiques araméens, qui eux, invoquent esprits et démons dans un but protecteur. Généralement en bronze ou en laiton, ces récipients sont assez communs et arborent un abondant champ lexical de la magie : versets coraniques, carrés magiques, formules numériques ou encore images astrologiques ou apotropaïques. Ces décors permettent aux produits qui y sont mis – souvent de l’eau, du miel ou autres substances – d’être “infusés” grâce aux vertus des inscriptions et des décors. Le bol et ses décors fonctionnent alors comme un intermédiaire afin d’intercéder avec le divin pour guérir le mal. 

Continuer la lecture de « La coupe talismanique du calife Mamûn ibn Harûn du musée de Niort. »

Gobelet aux sphinx et aux musiciennes

Gobelet aux sphinx et aux musiciennes,  
Iran (Monde iranien – Caucase), 
4ème quart du XIIe siècle ; 1er quart du XIIIe siècle (1185 – 1215), 
Céramique minā’i, 
Diamètre : 7,9 cm ; Diamètre : 11,5 cm ; Epaisseur : 0,2 cm ; Hauteur : 11,7 cm ; Poids : 0,276 kg
Paris, Musée du Louvre, Département des Arts de l’Islam, OA 7356.
© Musée du Louvre
Continuer la lecture de « Gobelet aux sphinx et aux musiciennes »

Un exemple de la peinture jalâyeride : une miniature du Divân de Khwâju Kirmânî

L’entrevue d’Humay et Humayun devant le château
Divân de Khwâju Kirmânî, 1396 (Bagdad)
British Library, Add MS 18113, fol. 18 v
28,8 cm x 42,0 cm
© https://www.akg-images.com/CS.aspx?VP3=SearchResult&ITEMID=2UMDHU6ZDDCC&LANGSWI=1&LANG=French
Continuer la lecture de « Un exemple de la peinture jalâyeride : une miniature du Divân de Khwâju Kirmânî »

L’aiguière du Louvre

Aiguière au nom du sultan al-Malik al-Muzaffar Shams al-Din Yusuf, par Ali bn Husayn bn Muhammad al-Mawsili, Le Caire (Egypte), 1275-1276

Aiguière au nom du sultan al-Malik al-Muzaffar Shams al-Din Yusuf, par Ali bn Husayn bn Muhammad al-Mawsili
Le Caire (Egypte), 1275-1276
Cuivre incrusté d’argent, gravé et repoussé
Largeur : 22,7 cm ; Hauteur : 49,5 cm ; Poids : 3,164 kg
Musée du Louvre, AD 4412 
© https://collections.louvre.fr/en/ark:/53355/cl010332485
Continuer la lecture de « L’aiguière du Louvre »

Étude d’une peinture montrant Majnûn au désert, issue d’un manuscrit contenant le Haft Âwrang de Jâmî (seconde moitié du XVIsiècle, Iran), Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a

Haft Âwrang de Jâmî, seconde moitié du XVIe siècle, Iran, Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a
© https://digital.bodleian.ox.ac.uk/objects/dab179f1-21bb-4dfd-a14b-b6d3a534e6ed/

Les origines de l’histoire de Leylî et Majnûn demeurent floues. Pour André Miquel, elle est inspirée de tribus évoluant dans le désert d’Arabie au VIIe siècle de notre ère et parmi lesquelles circulent des poèmes chantant un amour parfait et impossible. Cette histoire, évoquée au sein de plusieurs sources arabes, conserve une trame sensiblement identique : un jeune homme du nom de Qeys Ibn al-Mulawwah, appartenant à la tribu des Banû Âmîr, tombe amoureux de sa belle cousine. Il ne peut cependant s’empêcher de chanter son amour pour elle, à l’encontre des règles des tribus bédouines qui imposent le silence avant l’union. Celui que l’on nomme dorénavant Majnûn, en raison de la folie dans laquelle il sombre, se voit donc refuser la main de sa bien-aimée. Peu à peu, il se retire du monde pour vivre entouré d’animaux et meurt finalement d’épuisement. 

Continuer la lecture de « Étude d’une peinture montrant Majnûn au désert, issue d’un manuscrit contenant le Haft Âwrang de Jâmî (seconde moitié du XVIsiècle, Iran), Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a »

La mosquée-mâristân de Divriği

© Umut Özdemir, Ministry of Culture and Tourism

Depuis 1071 et la bataille de Mantzikert, les Seldjoukides, puis la branche locale nommée Seldjoukides de Rûm (du nom de la Roumélie, région historique englobant l’actuelle Turquie et les Balkans) dominent la région anatolienne. Ils sont secondés par plusieurs dynasties vassales, dont les Mendjudjékides, alors qu’une autre partie du territoire reste aux mains des Byzantins. Dans ce contexte géographique complexe, les influences mutuelles se croisent, entre héritage arménien, byzantin et syrien, pour créer des monuments uniques à l’instar de la mosquée-mâristân de Divriği, construite en 1229.

Continuer la lecture de « La mosquée-mâristân de Divriği »

Le Croissant d’al-Zahir

Croissant d’al-Zahir,
Cristal de roche : Égypte XIe siècle, Monture : Europe XIVe siècle
h. 41,7 cm ; l. 15,6 cm
Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, inv. KG 685
© Germanisches Nationalmuseum, Monika Runge

            Exécutés en Égypte entre le Xe siècle et le début du XIe siècle, les cristaux de roche fatimides ont, pour un grand nombre d’entre eux, rejoint l’Europe dès le Moyen Âge où ils ont été très grandement appréciés pour leur préciosité et effet de transparence. Certains ont été transformés par l’ajout d’éléments annexes, modifiant ainsi leur apparence et leur fonction d’origine. C’est le cas du croissant d’al-Zahir, constitué d’un cristal de roche exécuté en Égypte au début du XIe siècle et d’une monture orfévrée européenne datable du XIVe siècle.

Continuer la lecture de « Le Croissant d’al-Zahir »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search