Bniqa

Bonnet de sortie de bain, Bniqa, Alger, lin et soie, XVIIIe siècle, inv. 74.1962.0.786, Paris, Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Utilisé traditionnellement dans les hammams par les femmes d’Alger, la bniqa est un bonnet brodé de soie et quelquefois de fils d’or. Il est utilisé après le bain pour sécher les cheveux. Aujourd’hui encore, il fait partie du trousseau de mariée des femmes d’Alger, de Constantine ou d’Oran. 

Continuer la lecture de « Bniqa »

Conférence en ligne : L’Égypte médiévale et le Sahel : une histoire à écrire, Hadrien Collet

Résumé :

Pour les musulmans des sociétés sahéliennes, l’Égypte est devenue très tôt un lieu de séjour sur la route du pèlerinage à La Mecque. Cette première mobilité religieuse a entraîné le développement de liens économiques et diplomatiques. A l’époque mamelouke, l’Égypte devient horizon de voyage en soi, puis lieu de résidence, temporaire ou permanente, de communautés ouest-africaines. C’est à la présentation de l’ébauche de cette histoire, et des pistes de recherche qu’elle offre, que sera consacrée cette présentation.

Continuer la lecture de « Conférence en ligne : L’Égypte médiévale et le Sahel : une histoire à écrire, Hadrien Collet »

La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn)

La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn), Penang, 31 Juillet 1824 (4 Zulhijah 1239), par le copiste Muhammad Umar bin Syaikh Farid
Manuscrit, papier anglais, 191 feuillets. 
240 x 180 mm
Londres, British Library, Département d’Asie du Sud-Est, Or. 13295

© British Library

Le texte du Tāj al-salāṭīn est ce qu’on appelle un « miroir des princes ». Il était principalement utilisé par les souverains pour s’informer sur les obligations et devoirs. Ce texte précis fut écrit par Bukhari al-Johori en 1603 dans la région d’Aceh, soit la pointe nord de l’île indonésienne de Sumatra. Cependant, ce manuscrit, qui reprend le texte du XVIIe siècle, a été produit bien plus tard, au milieu du XIXe siècle à Penang. Cette région, située sur la côte ouest de la péninsule malaisienne, présente un intérêt particulier, puisque de par son emplacement, elle a été le centre d’une communauté cosmopolite.

Continuer la lecture de « La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn) »

La coupe de Palmer

Verre émaillé et doré
Première moitié du XIIIe siècle
Monture en argent occidentale, du XIIIe siècle
British Museum, WB. 53

©British Museum

La coupe de Palmer – nommée ainsi d’après la famille Palmer, anciens propriétaires privés de l’objet -, date de la première moitié du XIIIe siècle.

Continuer la lecture de « La coupe de Palmer »

Krishna soutenant le mont Govardhan pour protéger les villageois de Braj – Page d’un Harivamsa

Krishna soutenant le mont Govardhan pour protéger les villageois de Braj, Page d’un Harivamsa,
Fin du XVIème siècle, Lahore, Pakistan,
Encre, or et pigments opaques sur papier,
Metropolitan Museum de New York, 
28.63.1

© Purchase, Edward C. Moore Jr. Gift, 1928

Pour les Moghols, qui règnent sur l’Inde entre 1526 et 1858, la possession d’une bibliothèque est un élément de prestige. En 1526, lorsque Babur parvient au pouvoir, il conserve précieusement les manuscrits de ses ancêtres.
En 1540, Humayun, son fils, part en exil en Iran à l’époque où le souverain safavide Shah Tahmasp ferme son atelier royal de peintures. Quinze ans plus tard, il revient en Inde avec les peintres iraniens Mir Said Ali et Abd al-Sahmad, à l’origine du premier noyau de l’atelier moghol.

Continuer la lecture de « Krishna soutenant le mont Govardhan pour protéger les villageois de Braj – Page d’un Harivamsa »

Céramique glaçurée turquoise « Modèle de maison »

Modèle de maison 
Iran, probablement Kachan
XIIe – XIIIe siècle
Céramique glaçurée turquoise
H. 5 cm ; L. 15,9 cm ; P. 10,8 cm 
© Victoria & Albert Museum, Londres, 2017

La céramique est sans aucun doute l’un des médiums les plus largement représentés au sein des collections d’arts islamiques. Elle illustre en partie la grande diversité des arts de l’Islam à travers la pluralité des matières, des techniques, ainsi que des décors choisis. Utilisée à des fins utilitaires mais aussi décoratives, elle connaît à la fin du XIe siècle un essor particulier. Les céramistes, devant faire face à une demande croissante, innovent dans les formes sculpturales et élargissent le répertoire des compositions. 

Continuer la lecture de « Céramique glaçurée turquoise « Modèle de maison » »

Le Griffon de Pise

Bronze fondu, décor gravé
107 cm x 87 cm x 43 cm
Pise, Museo dell’Opera del Duomo

© Wikimedia Commons

Le Griffon de Pise, ainsi qu’il est nommé aujourd’hui, est une large sculpture en bronze, réalisée en Andalousie au tournant XIIe siècle. Fixé dès le XIIe ou le XIIIe siècle sur le toit de la cathédrale de Pise, pris pour cible et abîmé par des tirs de mousquets, il intrigue depuis lors artistes comme chercheurs et de nombreuses hypothèses quant à sa provenance ou son utilité ont été émises au XIXe siècle. Ôté de la toiture en 1828, il est exposé depuis 1984 au musée du Duomo et a été remplacé en 2015 par une copie. Il a également été le sujet – en même temps que le Lion Mari-Cha, longtemps considéré comme son pendant – en 2018 d’un ouvrage dirigé par Anna Contadini : The Pisa Griffin and the Mari-Cha Lion. Metalwork, Art, and Technology in the Medieval Islamicate Mediterranean. Ce livre donne les clés pour résoudre tous les mystères entourant l’œuvre depuis plusieurs siècles : provenance, fabrication, décors, sens des inscriptions dédicatoires et interprétations par l’Occident. 

Continuer la lecture de « Le Griffon de Pise »

La mosquée de l’émir Shakib Arslan, Moukhtara (Liban), 2016.

La mosquée de l’émir Shakib Arslan, Moukhtara (Liban), 2016. 
Pierre, acier blanc, métal
100 m2
Moukhtara, région du Chouf, Liban

Vue de l’entrée : on y lit « Allah » et « Al-Insan »
© LE.FT

La mosquée de l’émir Shakib Arslan s’élève dans le paysage montagneux du Chouf comme un bâtiment surprenant depuis 2016. Le Chouf est un district du Liban, qui compte une majorité de ressortissants druzes. Les druzes forment une branche hétérodoxe de l’Islam qui naît sous le règne du calife fatimide al-Hakim (996-1021, Egypte). À la fin de sa vie, ce dernier déclare relever d’une incarnation divine. Autour du vizir d’al-Hakim, al-Darazi, se forme une collectivité ayant pour point commun cette croyance autour du caractère divin du calife. La petite communauté des druzes est dispersée majoritairement entre la Syrie et le Liban. Malgré son faible nombre de ressortissants, au Liban, le système politique actuel veut que chaque confession soit représentée par un élu du gouvernement. 

Continuer la lecture de « La mosquée de l’émir Shakib Arslan, Moukhtara (Liban), 2016. »

Fath Ali Shah en audience

Fath Ali Shah en audience,
Page d’un Shahinshahnameh de Saba,
1ère moitié du XIXème siècle, Iran, Téhéran,
Encre, pigments et or sur papier
MAO 798, Musée du Louvre
© Musée du Louvre, dist. RMN / Raphaël Chipault

Les Qadjars ont régné sur l’Iran de 1786 à 1925. Si la dynastie est parvenue à maintenir sa domination face aux attaques ottomanes et russes, l’intervention croissante des puissances occidentales sur leur territoire a affaibli leur pouvoir. 

Continuer la lecture de « Fath Ali Shah en audience »

Panneau à l’oiseau fleur

Panneau à l’oiseau fleur, Egypte, IX e siècle
Bois sculpté
H. 73 ; L. 33 cm
Paris, musée du Louvre, département des arts de l’islam, don D. Fouquet, 1892, OA 6023

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Hughes Dubois

La taille oblique ou en biseau du bois, du stuc et du verre a été développée dans les ateliers abbassides, notamment à Samarra, dès le début du IXe siècle. Rapidement, les ateliers égyptiens font leurs cette technique, qu’ils utilisent afin de créer des œuvres stylisées, parfois abstraites, tel cet oiseau mi-animal mi-végétal, sculpté dans un panneau de bois aujourd’hui fragmentaire.

Continuer la lecture de « Panneau à l’oiseau fleur »

Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval

Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval
Inde moghole, XVIIe siècle
Manche en jade, rubis, émeraudes, et or – lame en acier damassé et damasquiné d’or
Hauteur : 50,5 cm – Largeur : 9,1 cm
Paris, musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, n°inv. R 890

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Hughes Dubois

Entre 1526 et 1858, les Moghols règnent sur le sous-continent indien. Originaires d’Asie centrale, les  artisans moghols allient les motifs iraniens à un goût prononcé pour la nature et le monde vivant. L’Inde moghole est particulièrement réputée pour la production d’objets en pierres dures incrustés de gemmes.

Continuer la lecture de « Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval »

Le Coran Bleu


Coran Bleu (المصحف الأزرق / āl-Muṣḥaf āl-′Azraq), Irak? 750-850?
Parchemin, chrysographie, argent.
Jusqu’à 310x410mm, environ 100 feuillets conservés du premier volume (sur environ 600 originellement)
Raqqada, Musée de la civilisation et des Arts Islamiques, Rutbi 196 (dispersé dans plusieurs collections)

© Qantara

Les feuillets de ce Coran, somptueux et exceptionnels, sont parvenus au sein des collections muséales de façon énigmatique. Cela a ainsi créé quelques difficultés en ce qui concerne le lieu et la date de production. C’est pourquoi de nombreux chercheurs, principalement Jonathan Bloom et Alain George, l’ont étudié afin d’en déduire son origine.

Continuer la lecture de « Le Coran Bleu »

Chirin contemplant le portrait de Khosrow


Chirin contemplant le portrait de Khosrow, observé par Sapur, Peinture issue d’un manuscrit contenant une copie du Khamsa de Nizami,
1442, Hérat, Afghanistan,
Encre et pigments opaques sur papier,
Londres, British Library, Ad. 25900, folio 41r

© domaine public

Entre 1165 et 1203, le poète Nizami compose le Khamsa, un ensemble de cinq poèmes en vers. La première œuvre du recueil, le Makhzan al-asrar (Le Trésor de Mystères), est un traité mystique livrant une série de leçons morales. Il est suivi par les poèmes Khosrow va Chirin (Khosrow et Chirin), Layla va Majnun (Layla et Majnun) et le Haft Paykar (Sept portraits). Tous trois relatent des histoires d’amour tumultueuses. Finalement, l’Iskandar-nameh (Le Livre d’Iskandar) vient clôturer le recueil. Il s’agit d’un récit retraçant la vie, en grande partie romancée et imaginaire, du conquérant Alexandre le Grand.

Continuer la lecture de « Chirin contemplant le portrait de Khosrow »

Diadème Djebine

Diadème à charnière dit Djebine ou AçabaAlgérie (Aurès), début du XXe siècle, Argent, verroterie. 43,2 x 12,5 x 11,8 cm, Paris, Musée du Quai Branly- Jacques Chirac, n° inv. : 74.1961.8.41.1-9 © Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Bien souvent étudié sous l’unique prisme de l’ethnographie dans un contexte colonial, l’artisanat maghrébin des XIXe et XXe siècles présente par plusieurs aspects des influences du monde islamique. Le diadème Djebine n° 74.1961.8.41.1-9, conservé à Paris au musée du Quai Branly-Jacques Chirac en est un exemple.

Continuer la lecture de « Diadème Djebine »

Aiguière à tête de coq

Image : Une vue de l’aiguière à tête de coq au Louvre, © commons wikimedia

Aiguière à tête de coq, Iran, XIIIe siècle, Céramique siliceuse. Décor ajouré, gravé et peint sous glaçure transparente colorée, H. : 39,5 cm. D. : max 20,4 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, MAO 442.

Dès les débuts de l’empire musulman, la céramique a été un art privilégié. À partir de techniques déjà connues, les potiers ont tenté de créer des œuvres qui soient uniques. Cette quête de perfection se retrouve notamment au sein de l’aiguière dite à tête de coq, aujourd’hui conservée au musée du Louvre. Datée du premier quart du XIIIe siècle, elle aurait été réalisée sous la dynastie des Seldjoukides (1037-1194), entre autres connue pour son généreux mécénat.

Continuer la lecture de « Aiguière à tête de coq »