Le Coran Bleu


Coran Bleu (المصحف الأزرق / āl-Muṣḥaf āl-′Azraq), Irak? 750-850?
Parchemin, chrysographie, argent.
Jusqu’à 310x410mm, environ 100 feuillets conservés du premier volume (sur environ 600 originellement)
Raqqada, Musée de la civilisation et des Arts Islamiques, Rutbi 196 (dispersé dans plusieurs collections)

© Qantara

Les feuillets de ce Coran, somptueux et exceptionnels, sont parvenus au sein des collections muséales de façon énigmatique. Cela a ainsi créé quelques difficultés en ce qui concerne le lieu et la date de production. C’est pourquoi de nombreux chercheurs, principalement Jonathan Bloom et Alain George, l’ont étudié afin d’en déduire son origine.

Continuer la lecture de « Le Coran Bleu »

Chirin contemplant le portrait de Khosrow


Chirin contemplant le portrait de Khosrow, observé par Sapur, Peinture issue d’un manuscrit contenant une copie du Khamsa de Nizami,
1442, Hérat, Afghanistan,
Encre et pigments opaques sur papier,
Londres, British Library, Ad. 25900, folio 41r

© domaine public

Entre 1165 et 1203, le poète Nizami compose le Khamsa, un ensemble de cinq poèmes en vers. La première œuvre du recueil, le Makhzan al-asrar (Le Trésor de Mystères), est un traité mystique livrant une série de leçons morales. Il est suivi par les poèmes Khosrow va Chirin (Khosrow et Chirin), Layla va Majnun (Layla et Majnun) et le Haft Paykar (Sept portraits). Tous trois relatent des histoires d’amour tumultueuses. Finalement, l’Iskandar-nameh (Le Livre d’Iskandar) vient clôturer le recueil. Il s’agit d’un récit retraçant la vie, en grande partie romancée et imaginaire, du conquérant Alexandre le Grand.

Continuer la lecture de « Chirin contemplant le portrait de Khosrow »

Diadème Djebine

Diadème à charnière dit Djebine ou AçabaAlgérie (Aurès), début du XXe siècle, Argent, verroterie. 43,2 x 12,5 x 11,8 cm, Paris, Musée du Quai Branly- Jacques Chirac, n° inv. : 74.1961.8.41.1-9 © Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Bien souvent étudié sous l’unique prisme de l’ethnographie dans un contexte colonial, l’artisanat maghrébin des XIXe et XXe siècles présente par plusieurs aspects des influences du monde islamique. Le diadème Djebine n° 74.1961.8.41.1-9, conservé à Paris au musée du Quai Branly-Jacques Chirac en est un exemple.

Continuer la lecture de « Diadème Djebine »

Aiguière à tête de coq

Image : Une vue de l’aiguière à tête de coq au Louvre, © commons wikimedia

Aiguière à tête de coq, Iran, XIIIe siècle, Céramique siliceuse. Décor ajouré, gravé et peint sous glaçure transparente colorée, H. : 39,5 cm. D. : max 20,4 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, MAO 442.

Dès les débuts de l’empire musulman, la céramique a été un art privilégié. À partir de techniques déjà connues, les potiers ont tenté de créer des œuvres qui soient uniques. Cette quête de perfection se retrouve notamment au sein de l’aiguière dite à tête de coq, aujourd’hui conservée au musée du Louvre. Datée du premier quart du XIIIe siècle, elle aurait été réalisée sous la dynastie des Seldjoukides (1037-1194), entre autres connue pour son généreux mécénat.

Continuer la lecture de « Aiguière à tête de coq »

Marionnette de théâtre d’ombres, Homme portant un plateau

Image : GEORGE Alain F., “The Illustrations of the Maqâmât and the Shadow Play”, Muqarnas, Vol. 28, 2011, p.5 (© Amabilité du Musée)

Marionnette de théâtre d’ombres, Homme portant un plateau, Egypte, XIVème – XVIIIème siècle, Cuir et tissus colorés découpés, ca. 84 x 25 cm., Offenbach am Main (Offenbach-sur-le-Main, Allemagne), Ledermuseum (Musée Allemand du Cuir) – pas de numéro d’inventaire connu.

Le théâtre d’ombres est considéré comme appartenant à la catégorie des « arts populaires » et à ce titre il n’est que rarement étudié. Dans le contexte des arts islamiques, les vestiges sont rares, les matériaux étant périssables, de nombreux corpus de marionnettes ont disparu. Continuer la lecture de « Marionnette de théâtre d’ombres, Homme portant un plateau »

Paysage issu d’une Anthologie poétique copiée par Bihbihan

© Getty Image

Paysage issu d’une Anthologie poétique copiée par Bihbihan, Chiraz, Iran, 1398, Encre et pigments sur papier, Hauteur : 17,3 cm – Largeur : 12,8 cm, Istanbul (Turquie), Musée des Arts Turcs et Islamiques, T.1950, folio 26r.

Si la peinture persane regorge de représentations du monde naturel, végétal et animalier, pourtant le paysage indépendant reste rare. Toutefois, autour de 1400,une nouvelle esthétique semble se développer au sein de la peinture de manuscrit. Continuer la lecture de « Paysage issu d’une Anthologie poétique copiée par Bihbihan »

Bassin dit bassin aux cavaliers

© Lyon MBA – Photo Alain Basset

Bassin dit bassin aux cavaliers, Province du Fars, Iran, 1342, Laiton, argent, or, pâte noire – martelage, gravure, incrustation, Hauteur : 10,9 cm – Diamètre : 23,5 cm – Poids : 996,7 g, Lyon, Musée des Beaux-Arts, Département des objets d’art, n°inv. E 542-22.

Au XIVe siècle émerge dans la région du Fars en Iran une production de bassins en laiton. Ces objets métalliques, facilement reconnaissables par leur décor, sont destinés à la cour princière. Le bassin E 542-22,   dit bassin aux cavaliers, aujourd’hui conservé au musée des Beaux-Arts de Lyon, est un exemple très bien conservé de ce type de production. Continuer la lecture de « Bassin dit bassin aux cavaliers »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search