Un calligraphe à la cour safavide : ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī

Un artiste œuvrant pour Shāh ‘Abbās Ier

‘Alī-Rezā ‘Abbāsī est né à Tabriz, au milieu du XVIème siècle. En 1585, en raison de l’invasion ottomane, il quitte sa ville natale pour Qasvīn. Il y étudie la calligraphie sous l’égide de deux grands maîtres, ‘Alā-al-Din Tabrizi et Mohammad Hoseyn Tabrīzī avant d’entrer au service du général Farhād Khān Qarāmānlu. 

Continuer la lecture de « Un calligraphe à la cour safavide : ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī »

Enjeux autour de la production de Farid Belkahia

Dans l’histoire des modernités, Farid Belkahia (1934-2014) est l’un des artistes ayant marqué l’art contemporain marocain. Comme beaucoup de personnalités de sa génération, sa démarche est fondée sur la quête d’une symbiose entre les héritages passés et les expérimentations que l’on peut en faire à travers l’art visuel. Belkahia ayant circulé entre l’Europe et le Maroc, ses expériences soulignent l’historicité de son œuvre et ce à travers les sujets abordés, les techniques, les matériaux, mais également le rôle qu’il a joué au sein de l’École des beaux-arts de Casablanca. 

Continuer la lecture de « Enjeux autour de la production de Farid Belkahia »

Les collections des arts de l’Islam au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon

musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon (Doubs)
© Yohan Zerdoun

Introduction
Le patrimoine national des arts de l’Islam en région est de mieux en mieux connu en France, grâce à des appuis institutionnels comme le RAIF (Réseau d’Art Islamique en France, piloté par le Musée du Louvre), des initiatives d’études isolées ou croisées et des recherches liées à des sujets de mémoires ou de thèses. Toutes ces actions visent à valoriser des collections présentes mais souvent mal repérées ou peu exposées. 

En effet, les objets islamiques sont conservés en nombre : la carte du RAIF mentionne près de 120 lieux de conservation, regroupant à la fois des musées, des châteaux, des bibliothèques et des édifices religieux. Chaque édifice possède une histoire unique ; les objets des arts de l’Islam conservés provenant tantôt de missions évangéliques, de souvenirs de voyages, de fouilles archéologiques ou encore de rapports ethnographiques.

Ces collections regroupent un nombre d’objets très variable, parfois insuffisant pour constituer une section muséographique dédiée ou pour les exposer de manière cohérente. De même, il peut arriver que ces collections, plus ou moins anciennes, parfois encombrantes, ne correspondent pas ou plus au projet scientifique et culturel du musée ou encore même qu’elles ne soient pas (re)connues. 

Il faut tout de même mentionner des redécouvertes et études d’envergure récentes comme celle de la collection du Musée des Beaux-Arts de Lyon (Palais Saint-Pierre), celle du Musée Ingres de Montauban ou encore la publication des actes du colloque « Les arts de l’Islam de al-Andalus à l’Occitanie – Regards croisés », qui regroupent des études de collections de toute la région Occitanie. Grâce à ces travaux de localisation, de recensement et de description, la compréhension des collections et leur constitution au fil du temps se font plus précises dans le contexte français.

Continuer la lecture de « Les collections des arts de l’Islam au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon »

Compte-rendu de Finbarr Barry Flood, Gülru Necipoğlu (éds.), A Companion to Islamic Art and Architecture, John Wiley & Sons Inc. , 2017

Détail de la couverture du tome I

A companion to Islamic Art and Architecture a été publié en 2017 sous la direction de Finbarr Barry Flood, professeur à l’Institut des Beaux-Arts et au département d’Histoire de l’Art de l’Université de New-York, et Gülru Necipoğlu, professeur d’Art Islamique au département d’Histoire de l’Art de l’université d’Harvard. Cet ouvrage se veut d’un genre nouveau : il est constitué de deux importants volumes, chacun divisés en quatre grandes parties, ouvertes par une courte introduction et réunissant plusieurs articles, en nombres et quantités variables, pour la plupart illustrés. Une liste des illustrations, des cartes, ainsi que des contributeurs est fournie en début d’ouvrage. Ce morcellement clair est indispensable au sein d’un ouvrage de cette dimension, et suit une chronologie assez précise, notamment à travers l’utilisation de nouvelles bornes temporelles, précédemment définies par G. Necipoğlu et nommées time-zones, qui n’excèdent pas plus de deux siècles et demi, intègrent les périodes modernes et contemporaines, et de ce fait contrent l’idée d’une chronologie monolithique de l’art islamique. Ce nouveau découpage se veut tout de même classique, en gardant les jalons historiques retenus par l’historiographie (avènement de la dynastie abbasside, prise de Bagdad par les Turcs Seldjoukides, puis par les Mongols, morcellement de l’empire de Tamerlan…), mais aide, par sa précision, à une meilleure compréhension, pour un public qui se doit tout de même d’être averti. Les cinquante contributions sont autant d’accès différents à des sujets très vastes, menés par d’importantes figures du paysage scientifique actuel : de l’art du livre à celui de la céramique, en passant par l’architecture et l’urbanisme, ou encore la muséologie, et des thèmes aussi variés qu’histoire des religions et pratiques de la magie. Chaque article est accompagné d’une bibliographie souvent précise et riche, quoique parfois inégale au sein de textes comparatifs. Un nouveau spectre de possibilités est offert, les différents thèmes étant traités au sein d’aires géographiques et d’ères temporelles revisitées, ne négligeant plus les périodes et zones « secondaires » de la civilisation islamique telles que la période contemporaine, ou l’Asie du Sud-Est par exemple. Les auteurs ayant offert leur contribution s’intéressent aux ruptures et échanges culturels inter-dynastiques, reléguant de ce fait l’aspect « médiévalisé » des arts de l’Islam. Le traitement de l’art islamique des périodes moderne et contemporaine n’est pas négligé, et ce nouveau canon, plus ouvert, permet une nouvelle compréhension de la nature de la contemporanéité des arts de l’Islam. L’ouvrage vise à fournir de nouveaux modes de compréhension et d’analyse, à la suite d’études récentes menant les chercheurs à s’interroger sur la place et la crédibilité des grandes idées sur lesquelles s’est construite l’historiographie de la discipline.

Continuer la lecture de « Compte-rendu de Finbarr Barry Flood, Gülru Necipoğlu (éds.), A Companion to Islamic Art and Architecture, John Wiley & Sons Inc. , 2017 »

Identité nationale et islam en Indonésie et Malaisie

Aujourd’hui, en Asie du Sud-Est, se pose la question de l’identité nationale, du fait de la richesse des cultures et de la diversité des ethnies vivant dans la région. Ces circonstances ont créé une réelle difficulté pour fusionner ces peuples après leur indépendance respective. Ainsi, comment l’islam a-t-il participé, ou non, à l’unification de l’Indonésie et de la Malaisie, deux pays possédant une population à majorité musulmane? Comment cela a-t-il influencé la politique culturelle de ces pays?

Vue de Jakarta
© Anaïs Dolz
Continuer la lecture de « Identité nationale et islam en Indonésie et Malaisie »

Le Coran dit Qarmate

Le Coran dit Qarmate est aujourd’hui dispersé dans plusieurs collections européennes et américaines. Son format remarquable, la maitrise de l’art de la calligraphie et du décor font de lui un manuscrit d’exception. Il a probablement été exécuté en Asie Centrale au V-VIème/XI-XIIème siècle et se compose de trente volumes, chacun contenant environ soixante-quinze folios. De format rectangulaire vertical, il mesure environ 340×240 mm. Ce Coran est écrit en « Nouveau style », à l’encre noire sur papier, et contient quatre lignes de texte par folio. Ce style d’écriture a été fréquemment utilisé dans la région du Khorasan au IXème siècle pour orner des céramiques et des plats qui comportent des textes profanes. L’identification textuelle révèle que tous les folios conservés proviennent de la cinquième et la sixième sourate du Coran. 

Continuer la lecture de « Le Coran dit Qarmate »

L’islamisation des sociétés des premiers siècles de l’islam à travers l’étude des pierres tombales.

Pierre tombale de ‘Abd al-Raḥmān ibn Ḫayr al-Ḥaǧrī, Égypte, VIIe siècle.
Calcaire sculpté.
Inscription en coufique primitif.
Museum of Islamic art, Le Caire, Égypte. 
n°d’inventaire MIA no. 1508/20  

Au nom de Dieu,le Clément, le
Miséricordieux.
Cette tombe appartient à ‘Abd
al-Raḥmān ibn Ḫayr al-Ḥaǧrī.
Pardonne-lui, ô Dieu, et donne lui accès [au
paradis] par ta miséricorde, et laisse nous y
entrer avec lui.
Demandez pardon pour lui à chaque lecture
de cette inscription et dîtes Amen.
Cette inscription fut écrite en Jumāda II
de l’année 31 [janvier ou février 652].

L’étude du processus d’islamisation des sociétés des premiers temps de l’islam au lendemain des conquêtes se révèle être un travail difficile pour l’historien. Comprendre le processus par lequel s’est opérée la « transition des sociétés pré-islamiques vers l’Islam » et la manière dont s’est forgée la dynamique identitaire de la société islamique -ainsi que ses limites- est rendu ardu par la question des sources textuelles, tardives au regard de l’époque concernée. Étudier l’Islam des premiers temps, ne peut se faire sans une extrême vigilance à l’égard des sources musulmanes, à savoir des récits retraçant les origines d’un empire dans lequel les normes sociales, religieuses et juridiques islamiques sont héritées d’un terreau socio-culturel mixte. Religion d’empire, l’islam -ou les islams- pratiqué(s) par les peuples musulmans des IXème et Xème siècles diffère(nt) de celui des musulmans des trois premiers siècles de l’hégire dont la pratique et la spiritualité furent imprégnées des judaïsmes, christianismes, zoroastrismes et autres croyances orientales de l’Antiquité tardive. La religion musulmane serait de fait, d’après certains historiens tels que Crone, Cook ou encore Wansbrough, le produit d’un syncrétisme d’éléments judaïques et chrétiens dont l’héritage antique fut blanchi par les sources arabes dans le but de cristalliser le message divin transmis aux différents prophètes et de mieux renforcer le statut d’exception de l’islam. Dans la société primitive musulmane qui était de fait une société de conquêtes unissant des peuples de différents héritages antiques, il est clair que la conception de l’identité islamique différait de celle présentée par les sources écrites médiévales. 

Continuer la lecture de « L’islamisation des sociétés des premiers siècles de l’islam à travers l’étude des pierres tombales. »

[Carte interactive] Sur les pas d’un sultan ottoman

© Facsimilefinder

L’été 1534, les troupes du sultan Soliman le Magnifique quittent Constantinople pour conquérir Bagdad, Tabriz et Alep. Le peintre Matrakçı Nasuh a décrit son voyage de deux ans dans les moindres détails. Facsimilefinder en a fait une carte interactive !

Continuer la lecture de « [Carte interactive] Sur les pas d’un sultan ottoman »

[Vidéo] Seul au musée | Museum für Islamische Kunst avec Stefan Weber (vost anglais)

Une visite exclusive des points forts du Musée d’art islamique à Berlin avec le directeur Stefan Weber.
Venez découvrir la façade murale du château du désert Mschatta de Jordanie, le dôme du palais de l’Alhambra de Grenade, une niche de Damas et bien sûr la salle d’Alep de renommée mondiale.

Continuer la lecture de « [Vidéo] Seul au musée | Museum für Islamische Kunst avec Stefan Weber (vost anglais) »

[Video] Art in Peril: The Case of the Negarestan Museum and its Collection of 18th and 19th century Iranian Art

Art in Peril: The Case of the Negarestan Museum and its Collection of 18th and 19th century Iranian Art

Continuer la lecture de « [Video] Art in Peril: The Case of the Negarestan Museum and its Collection of 18th and 19th century Iranian Art »

13 visites virtuelles de musées et monuments historiques depuis chez soi (pour voir des arts de l’Islam évidemment) !

En cette période de confinement, vous regrettez de ne pouvoir flâner dans les couloirs d’un musée ? L’APAMi vous propose treize visites virtuelles de musées pour continuer vos explorations depuis votre canapé !

Continuer la lecture de « 13 visites virtuelles de musées et monuments historiques depuis chez soi (pour voir des arts de l’Islam évidemment) ! »

Ashmolean Museum : 6 expositions virtuelles du Yousef Jameel Centre for Islamic and Asian Art

Le Yousef Jameel Centre for Islamic and Asian Art offre un accès en ligne aux collections du département d’art oriental de l’Ashmolean Museum à Oxford. L’APAMi vous a sélectionné six expositions virtuelles à explorer depuis chez soi !

Continuer la lecture de « Ashmolean Museum : 6 expositions virtuelles du Yousef Jameel Centre for Islamic and Asian Art »

Discover Islamic Art : 18 expositions virtuelles par l’équipe de Museum With No Frontiers

En 2004, le programme régional Euromed Heritage lance un projet de musée virtuel d’art islamique en Méditerranée. Son musée Discover Islamic Art conçu par l’équipe de Museum with no Frontiers (MWNF) en 2017 regroupe la participation de quatorze pays. Il s’agit d’un grand projet de numérisation et d’éditorialisation collective d’une partie de leurs collections, dans le but de donner une large vision de ce que sont les collections d’art de l’Islam méditerranéen. Découvrez 18 de leurs expositions !

Continuer la lecture de « Discover Islamic Art : 18 expositions virtuelles par l’équipe de Museum With No Frontiers »

[Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Faire une impression (5/5), 10 octobre 2019

Texte de la conférence de Finbarr Barry Flood (New York University) lu par Annabelle Collinet (musée du Louvre) (10/10/2019)

Continuer la lecture de « [Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Faire une impression (5/5), 10 octobre 2019 »

[Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Tracer les contours (4/5), 7 octobre 2019

Conférence par Finbarr Barry Flood, New York University (Auditorium du Louvre, 7/10/2019)

Continuer la lecture de « [Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Tracer les contours (4/5), 7 octobre 2019 »