La coupe talismanique du calife Mamûn ibn Harûn du musée de Niort.

Coupe talismanique, Irak, IXe siècle, alliage cuivreux doré, D.13,5 ; H. 3. 
Musée Bernard d’Agesci de Niort. Leg Piet-Lataudrie, N° inv. 914.1.96 (Autre n° :14.1.96). 
©Alienor.org, Conseil des musées. Photographe : Texier Fabienne. 

Les coupes magico-thérapeutiques sont des objets de sciences occultes utilisés pour soigner diverses maladies, symptômes physiques ou encore prédire l’avenir. En cela, elles se distinguent des bols pré-islamiques araméens, qui eux, invoquent esprits et démons dans un but protecteur. Généralement en bronze ou en laiton, ces récipients sont assez communs et arborent un abondant champ lexical de la magie : versets coraniques, carrés magiques, formules numériques ou encore images astrologiques ou apotropaïques. Ces décors permettent aux produits qui y sont mis – souvent de l’eau, du miel ou autres substances – d’être “infusés” grâce aux vertus des inscriptions et des décors. Le bol et ses décors fonctionnent alors comme un intermédiaire afin d’intercéder avec le divin pour guérir le mal. 

Continuer la lecture de « La coupe talismanique du calife Mamûn ibn Harûn du musée de Niort. »

Gobelet aux sphinx et aux musiciennes

Gobelet aux sphinx et aux musiciennes,  
Iran (Monde iranien – Caucase), 
4ème quart du XIIe siècle ; 1er quart du XIIIe siècle (1185 – 1215), 
Céramique minā’i, 
Diamètre : 7,9 cm ; Diamètre : 11,5 cm ; Epaisseur : 0,2 cm ; Hauteur : 11,7 cm ; Poids : 0,276 kg
Paris, Musée du Louvre, Département des Arts de l’Islam, OA 7356.
© Musée du Louvre
Continuer la lecture de « Gobelet aux sphinx et aux musiciennes »

Appel à communication – “La création et ses processus, une appropriation culturelle ?”, 3 fév. 2022, Paris (date limite : 10 janv. 2022)

EXPOSITION « CARTIER ET LES ARTS DE L'ISLAM. AUX SOURCES DE LA MODERNITÉ »  - YouTube

Dans le cadre de l’exposition consacrée à Cartier et les arts de l’Islam, qui explore l’impact de la découverte des
Arts de l’Islam sur les créateurs de la maison, à la recherche des sources d’inspiration directe des dessinateurs et de l’exploration du processus créatif, une journée d’étude sera organisée le jeudi 3 février 2022 au musée des Arts
décoratifs.

Continuer la lecture de « Appel à communication – “La création et ses processus, une appropriation culturelle ?”, 3 fév. 2022, Paris (date limite : 10 janv. 2022) »

Offre d’emploi – Médiateur culturel pour expo d’arts de l’Islam, Médiathèque de Rilleux-la-Pape (Lyon) – CDD début dès que possible

MÉDIATEUR CULTUREL (H/F)

Employeur : COMMUNE DE RILLIEUX-LA-PAPE
165 RUE AMPERE B.P. 111
69140 RILLIEUX-LA-PAPE
Poste à pourvoir dès que possible
Type d’emploi : CDD
Temps de travail : Complet 35h00
Nombre de postes : 1
Lieu de travail :
Médiathèque L’échappée
165 RUE AMPERE B.P. 111
69140 RILLIEUX-LA-PAPE


Contrat initial pour une durée du 01/12/21 au 15/04/22

La ville de Rillieux-la-Pape accueillera du 20 novembre 2021 au 27 mars 2022, une exposition nationale sur le thème des arts de l’Islam. 12 œuvres seront présentées en provenance du musée du Louvre, du musée des beaux-arts, du musée des tissus, du Musée de Confluence et de la Bibliothèque municipale de Lyon. Cette exposition destinée à tous les publics ciblera particulièrement les jeunes de 15 à 25 ans.

Continuer la lecture de « Offre d’emploi – Médiateur culturel pour expo d’arts de l’Islam, Médiathèque de Rilleux-la-Pape (Lyon) – CDD début dès que possible »

L’aiguière du Louvre

Aiguière au nom du sultan al-Malik al-Muzaffar Shams al-Din Yusuf, par Ali bn Husayn bn Muhammad al-Mawsili, Le Caire (Egypte), 1275-1276

Aiguière au nom du sultan al-Malik al-Muzaffar Shams al-Din Yusuf, par Ali bn Husayn bn Muhammad al-Mawsili
Le Caire (Egypte), 1275-1276
Cuivre incrusté d’argent, gravé et repoussé
Largeur : 22,7 cm ; Hauteur : 49,5 cm ; Poids : 3,164 kg
Musée du Louvre, AD 4412 
© https://collections.louvre.fr/en/ark:/53355/cl010332485
Continuer la lecture de « L’aiguière du Louvre »

Appel à communication – Forum Insaniyyat انسانيّات , Tunis 2022 (date limite : 15 nov. 2021)

RAPPEL : date limite pour la participation le 15 novembre

Forum Insaniyyat انسانيّات, Tunis 2022

Les versions arabe, anglaise, espagnole, italienne, et turque de l’appel sont jointes en fin d’article.

Présentation générale du Forum Insaniyyat

Insaniyyat انسانيّات est un Forum international des sciences humaines et sociales visant à offrir aux chercheur.e.s, de provenance et d’horizons variés et de toutes générations, un espace de débat scientifique entre pairs et d’échange avec la société sur la recherche en train de se faire. Ancrée dans le contexte que connaissent la Tunisie, le Maghreb et l’ensemble de la région (Moyen-Orient, Afrique, Europe), et en prise avec les défis urgents à relever ensemble, cette rencontre d’envergure contribuera à revaloriser le statut des sciences humaines et sociales dans l’enseignement et la recherche, à expliquer l’importance de celles-ci dans l’administration des affaires de la Cité, et à ouvrir un espace de réflexion autour de leurs dynamiques récentes, dans une perspective pluridisciplinaire.

Continuer la lecture de « Appel à communication – Forum Insaniyyat انسانيّات , Tunis 2022 (date limite : 15 nov. 2021) »

De l’intérêt du numérique dans les arts de l’Islam : axes de réflexion

« […] scholars of Euro-American art, for example, will be better positioned than Islamic world art historians to take advantage of digital technology to develop their fields. »1

En 2004, le programme régional Euromed Heritage lance un projet de musée virtuel réunissant les arts islamiques produits autour de la Méditerranée2. Son musée, Discover Islamic Art3, conçu par l’équipe de Museum with no Frontiers (MWNF) en 2017 regroupe la participation de quatorze pays4. Il s’agit d’un grand projet de numérisation et d’éditorialisation collective d’une partie des collections conservées dans ces pays, dans le but de donner une large vision de ce que sont les collections d’art de l’Islam méditerranéen. Plus récemment en 2019, à l’occasion du Nouvel An persan (Norouz), la Bibliothèque du Congrès de New York a numérisé et mis en ligne pour la première fois sa collection de manuscrits persans5. Ce projet fait partie d’un plan quinquennal (2019-2023) visant à élargir l’accès aux collections de la bibliothèque par le numérique6. L’ensemble de ces projets sur plusieurs années semblent donc indiquer que les collections dites d’art de l’Islam sont en voie de numérisation dans différentes parties du monde. 

Continuer la lecture de « De l’intérêt du numérique dans les arts de l’Islam : axes de réflexion »
  1. « Les spécialistes de l’art euro-américain, par exemple, seront mieux placés que les historiens de l’art du monde islamique pour tirer parti de la technologie numérique pour développer leurs domaines. » [Traduction de l’auteur] Hussein Keshani, « Digitizing Islamic world visual cultural heritage: recolonizing or decolonizing cultural memory, or both? », In Bernadette Dufrêne (dir.), Patrimoines du Maghreb à l’ère numérique, Paris, Hermann Editeurs, 2014, p. 68 []
  2. “Discover Islamic Art : Realisation of a virtual museum on Islamic art in the Mediterranean”, http://www.euromedheritage.net/intern.cfm?menuID=12&submenuID=14 consulté le 02/03/2019 []
  3.  Discover Islamic Art, http://islamicart.museumwnf.org/ consulté le 02/03/2019 []
  4. Algérie, Allemagne, Autorité palestinienne, Egypte, Espagne, Italie, Jordanie, Maroc, Portugal, Royaume-Uni, Suède, Syrie, Tunisie, Turquie []
  5. « 1,000 Years of Literary Tradition in Rare Persian-Language Manuscripts Now Online at Library of Congress », 1er avril 2019, https://www.loc.gov/item/prn-19-036/ consulté le 16 avril 2019 []
  6.  « Enriching the Library Experience : The FY2019-2023 Strategic Plan of the Library of Congress », https://www.loc.gov/strategic-plan/ []

Étude d’une peinture montrant Majnûn au désert, issue d’un manuscrit contenant le Haft Âwrang de Jâmî (seconde moitié du XVIsiècle, Iran), Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a

Haft Âwrang de Jâmî, seconde moitié du XVIe siècle, Iran, Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a
© https://digital.bodleian.ox.ac.uk/objects/dab179f1-21bb-4dfd-a14b-b6d3a534e6ed/

Les origines de l’histoire de Leylî et Majnûn demeurent floues. Pour André Miquel, elle est inspirée de tribus évoluant dans le désert d’Arabie au VIIe siècle de notre ère et parmi lesquelles circulent des poèmes chantant un amour parfait et impossible. Cette histoire, évoquée au sein de plusieurs sources arabes, conserve une trame sensiblement identique : un jeune homme du nom de Qeys Ibn al-Mulawwah, appartenant à la tribu des Banû Âmîr, tombe amoureux de sa belle cousine. Il ne peut cependant s’empêcher de chanter son amour pour elle, à l’encontre des règles des tribus bédouines qui imposent le silence avant l’union. Celui que l’on nomme dorénavant Majnûn, en raison de la folie dans laquelle il sombre, se voit donc refuser la main de sa bien-aimée. Peu à peu, il se retire du monde pour vivre entouré d’animaux et meurt finalement d’épuisement. 

Continuer la lecture de « Étude d’une peinture montrant Majnûn au désert, issue d’un manuscrit contenant le Haft Âwrang de Jâmî (seconde moitié du XVIsiècle, Iran), Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a »

La mosquée-mâristân de Divriği

© Umut Özdemir, Ministry of Culture and Tourism

Depuis 1071 et la bataille de Mantzikert, les Seldjoukides, puis la branche locale nommée Seldjoukides de Rûm (du nom de la Roumélie, région historique englobant l’actuelle Turquie et les Balkans) dominent la région anatolienne. Ils sont secondés par plusieurs dynasties vassales, dont les Mendjudjékides, alors qu’une autre partie du territoire reste aux mains des Byzantins. Dans ce contexte géographique complexe, les influences mutuelles se croisent, entre héritage arménien, byzantin et syrien, pour créer des monuments uniques à l’instar de la mosquée-mâristân de Divriği, construite en 1229.

Continuer la lecture de « La mosquée-mâristân de Divriği »

Un calligraphe à la cour safavide : ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī

Un artiste œuvrant pour Shāh ‘Abbās Ier

‘Alī-Rezā ‘Abbāsī est né à Tabriz, au milieu du XVIème siècle. En 1585, en raison de l’invasion ottomane, il quitte sa ville natale pour Qasvīn. Il y étudie la calligraphie sous l’égide de deux grands maîtres, ‘Alā-al-Din Tabrizi et Mohammad Hoseyn Tabrīzī avant d’entrer au service du général Farhād Khān Qarāmānlu. 

Continuer la lecture de « Un calligraphe à la cour safavide : ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī »

Le Croissant d’al-Zahir

Croissant d’al-Zahir,
Cristal de roche : Égypte XIe siècle, Monture : Europe XIVe siècle
h. 41,7 cm ; l. 15,6 cm
Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, inv. KG 685
© Germanisches Nationalmuseum, Monika Runge

            Exécutés en Égypte entre le Xe siècle et le début du XIe siècle, les cristaux de roche fatimides ont, pour un grand nombre d’entre eux, rejoint l’Europe dès le Moyen Âge où ils ont été très grandement appréciés pour leur préciosité et effet de transparence. Certains ont été transformés par l’ajout d’éléments annexes, modifiant ainsi leur apparence et leur fonction d’origine. C’est le cas du croissant d’al-Zahir, constitué d’un cristal de roche exécuté en Égypte au début du XIe siècle et d’une monture orfévrée européenne datable du XIVe siècle.

Continuer la lecture de « Le Croissant d’al-Zahir »

Enjeux autour de la production de Farid Belkahia

Dans l’histoire des modernités, Farid Belkahia (1934-2014) est l’un des artistes ayant marqué l’art contemporain marocain. Comme beaucoup de personnalités de sa génération, sa démarche est fondée sur la quête d’une symbiose entre les héritages passés et les expérimentations que l’on peut en faire à travers l’art visuel. Belkahia ayant circulé entre l’Europe et le Maroc, ses expériences soulignent l’historicité de son œuvre et ce à travers les sujets abordés, les techniques, les matériaux, mais également le rôle qu’il a joué au sein de l’École des beaux-arts de Casablanca. 

Continuer la lecture de « Enjeux autour de la production de Farid Belkahia »

“Combat de lance entre Rostam et Isfandiyar”, Page d’un Shâhnâmeh, début du XVIIe siècle Mss. Supp. Persan 490, folio 260v., BnF

Combat de lance entre Rostam et Isfandiyar, page de Shâhnâmeh, début du XVIIe siècle, Shiraz ou Ispahan, Iran., Mss. Supplément persan 490 folio 260v. Bibliothèque Nationale de France. 225 x 480 mm.
© Gallica, BnF

La page ici présentée est un folio d’une copie d’un manuscrit du Shâhnâmeh. Il s’agit du Supplément Persan 490 entré dans les collections de la Bibliothèque Nationale au cours des premières années du XIXe siècle. Il date probablement du début du XVIIe siècle, et a été réalisé dans un atelier safavide, au cours du règne de Shah Abbas (1587-1629). 

Continuer la lecture de « “Combat de lance entre Rostam et Isfandiyar”, Page d’un Shâhnâmeh, début du XVIIe siècle Mss. Supp. Persan 490, folio 260v., BnF »

La Wade Cup

La « Wade Cup », 1200-1221, laiton incrusté d’argent, Iran, XIIIe siècle, H. 11,5 cm / D. 16,1 cm, Cleveland, Cleveland Museum of Art. 
Numéro d’inventaire: 1944. 485 
© The Cleveland Museum of Art

   La Wade Cup du musée de Cleveland, nommée d’après l’homme qui en a permis l’acquisition, est un objet important de l’histoire de l’art du métal islamique pour lequel il existe pourtant peu d’études. Cette coupe proviendrait du Khorasan, une région regroupant l’actuel Iran du Nord et une partie de l’Afghanistan, et daterait du début du XIIIe siècle. Il s’agit d’une large coupe de laiton incrusté d’argent, de 11 centimètres de hauteur et de 16 centimètres de diamètre environ. Elle se caractérise par la richesse de ses décors, ornant l’intérieur et l’extérieur de la pièce. 

Continuer la lecture de « La Wade Cup »

Les collections des arts de l’Islam au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon

musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon (Doubs)
© Yohan Zerdoun

Introduction
Le patrimoine national des arts de l’Islam en région est de mieux en mieux connu en France, grâce à des appuis institutionnels comme le RAIF (Réseau d’Art Islamique en France, piloté par le Musée du Louvre), des initiatives d’études isolées ou croisées et des recherches liées à des sujets de mémoires ou de thèses. Toutes ces actions visent à valoriser des collections présentes mais souvent mal repérées ou peu exposées. 

En effet, les objets islamiques sont conservés en nombre : la carte du RAIF mentionne près de 120 lieux de conservation, regroupant à la fois des musées, des châteaux, des bibliothèques et des édifices religieux. Chaque édifice possède une histoire unique ; les objets des arts de l’Islam conservés provenant tantôt de missions évangéliques, de souvenirs de voyages, de fouilles archéologiques ou encore de rapports ethnographiques.

Ces collections regroupent un nombre d’objets très variable, parfois insuffisant pour constituer une section muséographique dédiée ou pour les exposer de manière cohérente. De même, il peut arriver que ces collections, plus ou moins anciennes, parfois encombrantes, ne correspondent pas ou plus au projet scientifique et culturel du musée ou encore même qu’elles ne soient pas (re)connues. 

Il faut tout de même mentionner des redécouvertes et études d’envergure récentes comme celle de la collection du Musée des Beaux-Arts de Lyon (Palais Saint-Pierre), celle du Musée Ingres de Montauban ou encore la publication des actes du colloque « Les arts de l’Islam de al-Andalus à l’Occitanie – Regards croisés », qui regroupent des études de collections de toute la région Occitanie. Grâce à ces travaux de localisation, de recensement et de description, la compréhension des collections et leur constitution au fil du temps se font plus précises dans le contexte français.

Continuer la lecture de « Les collections des arts de l’Islam au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon »