La mosquée Al-Irsyad, Bandung, Indonésie, 2010

La mosquée Al-Irsyad, Bandung (Indonésie), 2010. 
Béton, métal 
970 m2
Bandung, région du Parahyangan, Indonésie
© ARSITAG

La mosquée Al-Irsyad se situe à Bandung, en Indonésie. Cet édifice de forme cubique a été inauguré en 2010, sur le projet de l’architecte indonésien Ridwan Kamil (Urbane Indonesia) qui a également été maire de la ville. Elle est érigée dans un parc entouré par un étang. Quels sont les impacts de ces éléments sur son architecture ?

Des blocs de béton posés succinctement scandent les façades de cette mosquée, laissant parfois place à des grilles qui les perforent et qui créent des motifs d’écriture. Ceux-ci sont semblables, dans leur esthétique et dans leur construction, à un style calligraphique des plus anciens, le coufique, ici dit « géométrique ». Le bâtiment repose sur une série de colonnes architecturales qui allègent la massivité du cube, tel des pilotis, et qui permettent d’inscrire l’édifice dans toute la lignée des bâtiments modernistes.

© Urbane Indonesia

La structure cubique est aérée par un ajourage qui forme des motifs calligraphiques sur chacun des côtés. Ceux-ci font référence aux inscriptions en arabe que l’on trouve sur les lieux de culte islamique. Elles évoquent le plus souvent la construction de l’édifice, le commanditaire, et peuvent également être des extraits du texte coranique. La succession de pierres et d’espaces ouverts entre celles-ci serait également un moyen de ventiler naturellement ces espaces pouvant accueillir jusqu’à mille personnes. De plus, un bassin d’eau entoure la structure ce qui permet de tempérer le climat.

© Emilio Photoimagination

Ce jeu visuel et architectural entre le massif et le léger, l’ouvert et le fermé, permet d’établir une certaine sérénité pour les personnes qui se trouvent à l’intérieur. Les fidèles peuvent observer l’extérieur en étant protégés par cette structure. Son percement rappelle l’esthétique et l’usage des moucharabieh. Elles sont traditionnellement utilisées en contexte domestique pour ventiler l’intérieur et étaient souvent placées à proximité de points d’eau, ce qui a été fait ici. En effet, le bassin est ici le lieu de contact entre l’intérieur et l’extérieur puisqu’il se situe à la fois dans et en dehors de la mosquée, permettant d’apporter la fraîcheur nécessaire. Il comporte une sculpture circulaire sur laquelle est creusé le mot Allah. Cette eau se reflète sur le plafond des espaces intérieurs, créant alors un espace de contemplation face à cette inscription qui semble flotter.

L’architecture de cette mosquée et de son environnement, pensés comme autosuffisants en température, en fait un édifice remarquable par la justesse de ces choix. Des formes géométriques, simples et élémentaires (cube, sphère, rectangle), sont choisies de sorte à créer des espaces dépouillés magnifiés par les éléments naturels du parc et du bassin d’eau. 

Tamara Choukair

Webographie 

• Site Archdaily www.archdaily.com/87587/al-irsyad-mosque-urbane

• Site Archify www.archify.com/id/project/al-irsyad-mosque

• Site de Urbane Indonesia : www.urbane.co.id/project/al-irsyad-mosque/

Vernissage public – Exposition Croyances : Faire et défaire l’invisible à l’ICI de Paris – 11/03/2020 à 18h30

L’exposition se déroule à l’ICI du 12.03.20 au 26.07.20
Le parcours de l’exposition “Croyances : faire et défaire l’invisible” débute à l’ICI Léon (19 rue Léon) et se poursuit 270 mètres plus loin, à l’ICI Stephenson (56 rue Stephenson).
Commissariat : Jeanne Mercier, co-fondatrice de la plateforme Afrique in Visu

Informations supplémentaires et Inscription obligatoire ici

Avec l’exposition Croyances : faire et défaire l’invisible, l’Institut des Cultures d’Islam et Afrique in Visu interrogent la puissance évocatrice des religions, superstitions et mythes du continent africain, revendiqué par les artistes comme lieu d’expérimentation, de glissements, de frictions et de négociations.

Continuer la lecture de « Vernissage public – Exposition Croyances : Faire et défaire l’invisible à l’ICI de Paris – 11/03/2020 à 18h30 »

Rencontres de la Calligraphie 2020 !

LES INSCRIPTIONS POUR LES RENCONTRES SONT DÉSORMAIS CLOSES !
Pour tous ceux qui ne pourront pas nous rejoindre, un compte-rendu sera disponible sur le blog de l’association !

Continuer la lecture de « Rencontres de la Calligraphie 2020 ! »

JAVA ART ENERGY, exposition à l’Institut des Cultures d’Islam (ICI), Paris – 27/09/18 au 24/02/19

©Marc Domage

Vous l’avez ratée ? L’APAMi vous en parle !

À travers cette exposition, l’ICI sort des sentiers battus et explore une production contemporaine peu connue et peu convoquée lorsqu’il s’agit de parler des « arts de l’Islam », à savoir l’Indonésie et plus particulièrement la scène contemporaine javanaise. Cette exposition présente un éventail assez diversifié d’œuvres d’art, avec 13 artistes exposés. Certaines oeuvres étaient pour la première fois montrées en France et d’autres avaient été créées spécialement pour l’exposition.

Continuer la lecture de « JAVA ART ENERGY, exposition à l’Institut des Cultures d’Islam (ICI), Paris – 27/09/18 au 24/02/19 »

Vernissage – Artistes de la Fraternité algérienne 1963-2020 – Vendredi 31 janvier, 18h30 – Centre culturel algérien Paris

Exposition du 31 janvier au 28 mars 2020

En partenariat avec le Fonds Claude & France Lemand-IMA, le Musée de l’Institut du monde arabe et  l’Ambassade d’Algérie

Œuvres de : Aksouh, Baya, Bénaboura, Benanteur, Bouzid, Guermaz, Issiakhem, Khadda, Jean de Maisonseul, Mammeri, Mesli, Martinez, Louis Nallard, Angel-Diaz-Ojeda, Mohamed Racim, René Sintès, Yellès, Zérarti.

Dans le cadre de Passions algériennes 2020, le Centre culturel algérien de Paris, le Fonds Claude & France Lemand-IMA et le Musée de l’Institut du monde arabe ont souhaité rendre hommage au poète et critique d’art Jean Sénac (Algérie, 1926-1973), algérien chrétien, socialiste et libertaire, fervent partisan de l’indépendance de l’Algérie et promoteur passionné de la jeune création algérienne littéraire et artistique, mort assassiné à Alger en août 1973.Pour célébrer l’indépendance de l’Algérie, Jean Sénac avait organisé une première exposition, dont il avait écrit la préface du catalogue.

Elle regroupait 18 artistes, tous peintres, d’abord au Musée des beaux-arts d’Alger en 1963, puis au Musée des arts décoratifs de Paris en 1964. Jean Sénac l’avait appelée Peintres algériens, un titre qui sonnait comme le manifeste de la naissance et de l’existence d’artistes algériens, sans distinction d’origine.Nous avons appelé cette nouvelle exposition Artistes de la Fraternité algérienne 1963-2020, pour témoigner à nouveau de l’esprit fraternel qui régnait après l’indépendance de l’Algérie entre les artistes issus des différentes générations, régions et communautés et rendre hommage à la passion et à l’action de Jean Sénac, qui avait écrit et publié des textes sur tous ces artistes devenus ses amis

Commissariat d’exposition : Amina Far et Claude Lemand

Plus d’infos ici

Exposition au Sharjah Calligraphy Museum ‘Music of Letters’ – jusqu’en mars 2020

Bahman Panahi, Musicalligraphy, Lines and points III, Acrylic on canvas, 105 x 120 cm, 2019 / Courtesy of Sharjah Museums Authority (SMA)

The exhibition ‘Music of Letters’ features more than 30 paintings in which Panahi, being trained in calligraphy as well as music, was inspired by different musical pieces.

More infos here

La mosquée de l’émir Shakib Arslan, Moukhtara (Liban), 2016.

La mosquée de l’émir Shakib Arslan, Moukhtara (Liban), 2016. 
Pierre, acier blanc, métal
100 m2
Moukhtara, région du Chouf, Liban

Vue de l’entrée : on y lit « Allah » et « Al-Insan »
© LE.FT

La mosquée de l’émir Shakib Arslan s’élève dans le paysage montagneux du Chouf comme un bâtiment surprenant depuis 2016. Le Chouf est un district du Liban, qui compte une majorité de ressortissants druzes. Les druzes forment une branche hétérodoxe de l’Islam qui naît sous le règne du calife fatimide al-Hakim (996-1021, Egypte). À la fin de sa vie, ce dernier déclare relever d’une incarnation divine. Autour du vizir d’al-Hakim, al-Darazi, se forme une collectivité ayant pour point commun cette croyance autour du caractère divin du calife. La petite communauté des druzes est dispersée majoritairement entre la Syrie et le Liban. Malgré son faible nombre de ressortissants, au Liban, le système politique actuel veut que chaque confession soit représentée par un élu du gouvernement. 

Continuer la lecture de « La mosquée de l’émir Shakib Arslan, Moukhtara (Liban), 2016. »

Exposition – L’Oeil et la Nuit – ICI, Paris

Du 19 septembre 2019 au 09 février 2020, l’Institut des Cultures d’Islam présente “L’œil et la nuit”, exposition curatée par Géraldine Bloch. Les œuvres de dix-huit artistes originaires d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Europe interrogent notre perception du monde de la nuit, entre profane et sacré, réel et imaginaire.

Plus d’information ici

Exposition – Yémen, la guerre qu’on nous cache – Véronique de Viguerie – Maupetit, côté Galerie, Marseille

Jusqu’au 16 novembre

Plus d’informations ici

Appel à participation : 5th EDITION / ‘Friends of the Arab World Institute PRIZE for young contemporary Arab artists

The ‘Friends of the Arab World Institute (AWI) Prize for young contemporary Arab artists ’ highlights emerging visual artists from the Arab World. 

The new Edition of the call for applications is now opened !

AWI Friends Prize : to support young artists  

The Prize for young contemporary Arab artists highlights emerging visual artists from the Arab World.

Continuer la lecture de « Appel à participation : 5th EDITION / ‘Friends of the Arab World Institute PRIZE for young contemporary Arab artists »

Appel à contribution : La pratique du Graffiti dans le contexte maghrébin de l’Underground, Université d’Oran 2 / CRASC / CEMA

Coordonnateur du numéro : Karim Ouaras, Université d’Oran 2 / CRASC / CEMA

Des temps reculés à nos jours, les inscriptions murales, les gravures rupestres et les graffiti (Tags, street art) ne cessent d’interpeller nos regards et nos certitudes. La pérennité de ces pratiques scripturales et leur saillance à travers l’espace et le temps suscitent des interrogations et présentent un intérêt particulier pour les sciences sociales et humaines.

Continuer la lecture de « Appel à contribution : La pratique du Graffiti dans le contexte maghrébin de l’Underground, Université d’Oran 2 / CRASC / CEMA »

Appel à artistes 2019 : Heavenly Words

In the Islamic tradition Muslims believe that Quran is the literal word of God, revealed to the last Prophet Mohammad (peace be upon him) through Angel Gabriel, 1400 years ago. Its revelation was completed in 23 years. God says in the Quran:

The Heights (7:203)
“…Say (O Mohammad), “I only follow what is revealed to me from my Lord….”

Continuer la lecture de « Appel à artistes 2019 : Heavenly Words »

Rencontres de l’APAMi : Rencontres de la Calligraphie 2019

Continuer la lecture de « Rencontres de l’APAMi : Rencontres de la Calligraphie 2019 »

Appel à contribution : Photographie algérienne : de la genèse à la représentation, Continents Manuscrits, n°14, mars 2020

En Algérie, et sur l’Algérie, la photographie est une discipline peu analysée. Alors que l’image photographique y est présente depuis son invention, les modalités de constitution et de valorisation d’archives visuelles au sein de fonds publics ou privés, par des institutions, des particuliers ou des artistes, ne sont pas suffisamment connues. Cette problématique est présente dans trois moments clés de l’histoire algérienne, celui de la colonisation, de la guerre d’indépendance et pendant les années 1990.

Continuer la lecture de « Appel à contribution : Photographie algérienne : de la genèse à la représentation, Continents Manuscrits, n°14, mars 2020 »