Un manuscrit coranique chinois de la Khalili Collection

Juz’ 29 d’un coran, feuillet 2a, encre, or et aquarelle opaque sur papier, reliure en cuir avec rabat, 24.5 x 17.5cm, Grande mosquée de Khanbaliq (ancienne Beijing), daté du 9 octobre 1401 (30 Muharram 804), The Khalili Collections, inv. QUR 974 © The Khalili Collection

La Khalili Collection conserve quatre manuscrits arabes chinois : deux ‘a’jzā’ (singulier : juz’ ; littéralement « partie » ou « section ») de deux corans du XVe siècle, un coran complet du début du XVIIe siècle et un recueil de textes de dévotion. L’un de ces ‘a’jzā’ de coran est particulièrement intéressant. Il s’agit d’un des plus anciens exemplaires de manuscrit coranique chinois qui nous soit parvenu, notamment parce qu’il comporte un colophon daté, indiquant aussi le lieu de production de l’objet et le nom de l’artiste. Le scribe et enlumineur est connu sous le nom de Hajji Rashad ibn ‘Ali al-Sini et son travail a été terminé le 9 octobre 1401 (30 Muharram 804) à la Grande Mosquée de Khanbaliq, ancien nom de l’actuelle Beijing. Ces informations, très précises, facilitent la remise en contexte du manuscrit. 

Continuer la lecture de « Un manuscrit coranique chinois de la Khalili Collection »

La coupe talismanique du calife Mamûn ibn Harûn du musée de Niort.

Coupe talismanique, Irak, IXe siècle, alliage cuivreux doré, D.13,5 ; H. 3. 
Musée Bernard d’Agesci de Niort. Leg Piet-Lataudrie, N° inv. 914.1.96 (Autre n° :14.1.96). 
©Alienor.org, Conseil des musées. Photographe : Texier Fabienne. 

Les coupes magico-thérapeutiques sont des objets de sciences occultes utilisés pour soigner diverses maladies, symptômes physiques ou encore prédire l’avenir. En cela, elles se distinguent des bols pré-islamiques araméens, qui eux, invoquent esprits et démons dans un but protecteur. Généralement en bronze ou en laiton, ces récipients sont assez communs et arborent un abondant champ lexical de la magie : versets coraniques, carrés magiques, formules numériques ou encore images astrologiques ou apotropaïques. Ces décors permettent aux produits qui y sont mis – souvent de l’eau, du miel ou autres substances – d’être “infusés” grâce aux vertus des inscriptions et des décors. Le bol et ses décors fonctionnent alors comme un intermédiaire afin d’intercéder avec le divin pour guérir le mal. 

Continuer la lecture de « La coupe talismanique du calife Mamûn ibn Harûn du musée de Niort. »