De l’intérêt du numérique dans les arts de l’Islam : axes de réflexion

« […] scholars of Euro-American art, for example, will be better positioned than Islamic world art historians to take advantage of digital technology to develop their fields. »1

En 2004, le programme régional Euromed Heritage lance un projet de musée virtuel réunissant les arts islamiques produits autour de la Méditerranée2. Son musée, Discover Islamic Art3, conçu par l’équipe de Museum with no Frontiers (MWNF) en 2017 regroupe la participation de quatorze pays4. Il s’agit d’un grand projet de numérisation et d’éditorialisation collective d’une partie des collections conservées dans ces pays, dans le but de donner une large vision de ce que sont les collections d’art de l’Islam méditerranéen. Plus récemment en 2019, à l’occasion du Nouvel An persan (Norouz), la Bibliothèque du Congrès de New York a numérisé et mis en ligne pour la première fois sa collection de manuscrits persans5. Ce projet fait partie d’un plan quinquennal (2019-2023) visant à élargir l’accès aux collections de la bibliothèque par le numérique6. L’ensemble de ces projets sur plusieurs années semblent donc indiquer que les collections dites d’art de l’Islam sont en voie de numérisation dans différentes parties du monde. 

Continuer la lecture de « De l’intérêt du numérique dans les arts de l’Islam : axes de réflexion »
  1. « Les spécialistes de l’art euro-américain, par exemple, seront mieux placés que les historiens de l’art du monde islamique pour tirer parti de la technologie numérique pour développer leurs domaines. » [Traduction de l’auteur] Hussein Keshani, « Digitizing Islamic world visual cultural heritage: recolonizing or decolonizing cultural memory, or both? », In Bernadette Dufrêne (dir.), Patrimoines du Maghreb à l’ère numérique, Paris, Hermann Editeurs, 2014, p. 68 []
  2. “Discover Islamic Art : Realisation of a virtual museum on Islamic art in the Mediterranean”, http://www.euromedheritage.net/intern.cfm?menuID=12&submenuID=14 consulté le 02/03/2019 []
  3.  Discover Islamic Art, http://islamicart.museumwnf.org/ consulté le 02/03/2019 []
  4. Algérie, Allemagne, Autorité palestinienne, Egypte, Espagne, Italie, Jordanie, Maroc, Portugal, Royaume-Uni, Suède, Syrie, Tunisie, Turquie []
  5. « 1,000 Years of Literary Tradition in Rare Persian-Language Manuscripts Now Online at Library of Congress », 1er avril 2019, https://www.loc.gov/item/prn-19-036/ consulté le 16 avril 2019 []
  6.  « Enriching the Library Experience : The FY2019-2023 Strategic Plan of the Library of Congress », https://www.loc.gov/strategic-plan/ []

Étude d’une peinture montrant Majnûn au désert, issue d’un manuscrit contenant le Haft Âwrang de Jâmî (seconde moitié du XVIsiècle, Iran), Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a

Haft Âwrang de Jâmî, seconde moitié du XVIe siècle, Iran, Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a
© https://digital.bodleian.ox.ac.uk/objects/dab179f1-21bb-4dfd-a14b-b6d3a534e6ed/

Les origines de l’histoire de Leylî et Majnûn demeurent floues. Pour André Miquel, elle est inspirée de tribus évoluant dans le désert d’Arabie au VIIe siècle de notre ère et parmi lesquelles circulent des poèmes chantant un amour parfait et impossible. Cette histoire, évoquée au sein de plusieurs sources arabes, conserve une trame sensiblement identique : un jeune homme du nom de Qeys Ibn al-Mulawwah, appartenant à la tribu des Banû Âmîr, tombe amoureux de sa belle cousine. Il ne peut cependant s’empêcher de chanter son amour pour elle, à l’encontre des règles des tribus bédouines qui imposent le silence avant l’union. Celui que l’on nomme dorénavant Majnûn, en raison de la folie dans laquelle il sombre, se voit donc refuser la main de sa bien-aimée. Peu à peu, il se retire du monde pour vivre entouré d’animaux et meurt finalement d’épuisement. 

Continuer la lecture de « Étude d’une peinture montrant Majnûn au désert, issue d’un manuscrit contenant le Haft Âwrang de Jâmî (seconde moitié du XVIsiècle, Iran), Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a »