Les collections des arts de l’Islam au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon

musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon (Doubs)
© Yohan Zerdoun

Introduction
Le patrimoine national des arts de l’Islam en région est de mieux en mieux connu en France, grâce à des appuis institutionnels comme le RAIF (Réseau d’Art Islamique en France, piloté par le Musée du Louvre), des initiatives d’études isolées ou croisées et des recherches liées à des sujets de mémoires ou de thèses. Toutes ces actions visent à valoriser des collections présentes mais souvent mal repérées ou peu exposées. 

En effet, les objets islamiques sont conservés en nombre : la carte du RAIF mentionne près de 120 lieux de conservation, regroupant à la fois des musées, des châteaux, des bibliothèques et des édifices religieux. Chaque édifice possède une histoire unique ; les objets des arts de l’Islam conservés provenant tantôt de missions évangéliques, de souvenirs de voyages, de fouilles archéologiques ou encore de rapports ethnographiques.

Ces collections regroupent un nombre d’objets très variable, parfois insuffisant pour constituer une section muséographique dédiée ou pour les exposer de manière cohérente. De même, il peut arriver que ces collections, plus ou moins anciennes, parfois encombrantes, ne correspondent pas ou plus au projet scientifique et culturel du musée ou encore même qu’elles ne soient pas (re)connues. 

Il faut tout de même mentionner des redécouvertes et études d’envergure récentes comme celle de la collection du Musée des Beaux-Arts de Lyon (Palais Saint-Pierre), celle du Musée Ingres de Montauban ou encore la publication des actes du colloque « Les arts de l’Islam de al-Andalus à l’Occitanie – Regards croisés », qui regroupent des études de collections de toute la région Occitanie. Grâce à ces travaux de localisation, de recensement et de description, la compréhension des collections et leur constitution au fil du temps se font plus précises dans le contexte français.

Continuer la lecture de « Les collections des arts de l’Islam au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon »

L’islamisation des sociétés des premiers siècles de l’islam à travers l’étude des pierres tombales.

Pierre tombale de ‘Abd al-Raḥmān ibn Ḫayr al-Ḥaǧrī, Égypte, VIIe siècle.
Calcaire sculpté.
Inscription en coufique primitif.
Museum of Islamic art, Le Caire, Égypte. 
n°d’inventaire MIA no. 1508/20  

Au nom de Dieu,le Clément, le
Miséricordieux.
Cette tombe appartient à ‘Abd
al-Raḥmān ibn Ḫayr al-Ḥaǧrī.
Pardonne-lui, ô Dieu, et donne lui accès [au
paradis] par ta miséricorde, et laisse nous y
entrer avec lui.
Demandez pardon pour lui à chaque lecture
de cette inscription et dîtes Amen.
Cette inscription fut écrite en Jumāda II
de l’année 31 [janvier ou février 652].

L’étude du processus d’islamisation des sociétés des premiers temps de l’islam au lendemain des conquêtes se révèle être un travail difficile pour l’historien. Comprendre le processus par lequel s’est opérée la « transition des sociétés pré-islamiques vers l’Islam » et la manière dont s’est forgée la dynamique identitaire de la société islamique -ainsi que ses limites- est rendu ardu par la question des sources textuelles, tardives au regard de l’époque concernée. Étudier l’Islam des premiers temps, ne peut se faire sans une extrême vigilance à l’égard des sources musulmanes, à savoir des récits retraçant les origines d’un empire dans lequel les normes sociales, religieuses et juridiques islamiques sont héritées d’un terreau socio-culturel mixte. Religion d’empire, l’islam -ou les islams- pratiqué(s) par les peuples musulmans des IXème et Xème siècles diffère(nt) de celui des musulmans des trois premiers siècles de l’hégire dont la pratique et la spiritualité furent imprégnées des judaïsmes, christianismes, zoroastrismes et autres croyances orientales de l’Antiquité tardive. La religion musulmane serait de fait, d’après certains historiens tels que Crone, Cook ou encore Wansbrough, le produit d’un syncrétisme d’éléments judaïques et chrétiens dont l’héritage antique fut blanchi par les sources arabes dans le but de cristalliser le message divin transmis aux différents prophètes et de mieux renforcer le statut d’exception de l’islam. Dans la société primitive musulmane qui était de fait une société de conquêtes unissant des peuples de différents héritages antiques, il est clair que la conception de l’identité islamique différait de celle présentée par les sources écrites médiévales. 

Continuer la lecture de « L’islamisation des sociétés des premiers siècles de l’islam à travers l’étude des pierres tombales. »