Compte-rendu des conférences de Finbarr Barry Flood – Technologies de dévotion dans les arts de l’Islam – La Chaire du Louvre – Septembre-Octobre 2019

Invité à présider la Chaire du Louvre à l’automne 2019, Finbarr Barry Flood présenta à cette occasion un cycle de cinq conférences autour des problématiques liées aux technologies de dévotion dans les arts de l’Islam. Professeur à l’Université de New York, ses recherches portent principalement sur l’histoire et l’historiographie de l’art islamique, la théorie de l’image et les représentations.

L’expression « technologie de dévotion » peut s’avérer déroutante car peu usitée ; elle concerne selon F. B. Flood l’application des connaissances technologiques à des fins sacrées. Les conférences avaient pour principal objectif de définir les objets porteurs de dévotion, d’expliquer leur système de production et d’évoquer le statut de la copie dans le cadre de la religion musulmane et la civilisation islamique. 

Poires de poussière compactée, provenant de l’intérieur de la Kaaba
© Khalili Collection

La première conférence, intitulée « Prendre la mesure », permit de poser les fondements de la réflexion de F. B. Flood et de comprendre en quoi le phénomène de copie est plus complexe que l’imitation formelle à laquelle le monde occidental est habitué. En effet, si la reproduction des lieux saints chrétiens est bien documentée, peu de monuments islamiques reproduisent la forme cubique de la Ka’ba, édifice central autour duquel les musulmans déambulent lors du pèlerinage à la Mecque. Or, les sources textuelles mentionnent de nombreuses tentatives de reproduction de ce lieu saint. Plutôt que de dupliquer la forme cubique, les architectes ont préféré évoquer la Ka’ba en copiant certaines de ses mesures comme le nombre de coudées ou le nombre de portes. Les dimensions apparaissent alors autant voire plus importantes que l’apparence visuelle. C’est le cas de la mosquée de Sankoré au Mali, construite à partir d’un bout de corde ayant servi à mesurer les dimensions exactes de la Ka’ba. Le fait de copier fidèlement les dimensions de l’édifice investit le monument de la nature sacrée de la Mecque et rappelle le caractère obligatoire du pèlerinage, tout en servant possiblement de substitut de la Ka’ba pour ceux ne pouvant se rendre à Jérusalem. Ces copies peuvent également posséder un rôle didactique afin de préparer à l’avance les rites propres et complexes du pèlerinage. 

Ainsi, le contact physique avec le sol des sanctuaires sacrés transforme les matériaux les plus banals. Si le cordon ayant servi à mesurer les dimensions de la Ka’ba revêt un caractère sacré, il en va de même pour la poussière ramassée lors du nettoyage des sanctuaires, sujet au cœur de la deuxième conférence. Grattée sur les murs ou récupérée sur le sol, la poussière était ensuite moulée en forme de petits cônes ou en pastilles d’argile estampillés de mots et d’images non figuratives. Cette pratique, apparue à la période médiévale, est de nos jours encore utilisée dans les lieux de pèlerinages musulmans, notamment chiites, et dérive d’une pratique chrétienne datant de l’Antiquité tardive. Les usages des cônes et des jetons d’argile sont multiples : souvenirs de pèlerinage, ils sont également investis d’une partie de l’aura sacrée du lieu. Certains sont par ailleurs utilisés comme amulettes ou remèdes. En grattant les pastilles, la poudre obtenue est mélangée à de l’eau puis ingérée en tant que médicaments. Ces objets sont réputés efficaces notamment en cas de morsures d’animaux venimeux (serpent, scorpions) ou de maladies oculaires. Les lieux de pèlerinage transforment ainsi la matière première en substance magique capable de guérir ou protéger le croyant.

Mais les jetons d’argile ne sont pas les seuls éléments efficaces pour guérir les maux. Dès le début du XIIe siècle sont produites des coupes en laiton ou en bronze destinées à ingérer de l’eau à des fins curatives ou prophylactiques. Ces pièces, désignées sous le terme « coupes magico-médicinales », étaient gravées de versets coraniques et de symboles magiques : soleils, lunes, ou encore figures du zodiaque. Selon F. B. Flood, le contact de l’eau sur le métal active les inscriptions et les motifs gravés et donne au contenu de la coupe un pouvoir de guérison à celui qui l’ingère. La datation et la provenance précises de ces coupes restent sujets à débats : certaines pièces portent la date 580 de l’Hégire (1184) ; néanmoins, les variations iconographiques suggèrent une production s’étalant sur plusieurs siècles. Ainsi, la présence d’une date unique symboliserait la reproduction à partir d’un même modèle. 

Coupe magico-médicinale en laiton moulé portant des traces d’incrustations en argent (détail). L’inscription sur la base indique qu’elle a été produite à La Mecque en 580 / 1184
© The al-Sabah Collection, Dar al-athar al-Islamiyyah, Kuwait

Les deux dernières conférences avaient pour principal thème les relations entre l’original et la copie. Transformées par le contact avec le corps de Muhammad, les sandales du Prophète devinrent de véritables reliques. L’une d’entre elle, conservée à Damas à la période médiévale, fut à de nombreuses reprises posée sur des feuilles de parchemins pour en tracer le contour. Ces tracés, copiés à leur tour, entraînent une série de dessins accompagnés de chaînes écrites de transmission, fonctionnant ainsi comme une garantie de leur authenticité. Les contours des sandales se retrouvent sur plusieurs supports : parchemins, rouleaux de pèlerinages, chemises talismaniques portées sous les armures ottomanes ou ‘alam (enseignes processionnelles). La sandale est chargée par les musulmans d’un pouvoir talismanique, qui s’active en touchant l’objet ou en frottant son image. Ainsi, les bénédictions du Prophète fonctionnent autant à partir de la relique – la sandale – qu’à partir des images produites d’après celle-ci.

Le désir de répliquer l’image de la sandale rappelle les écrits de Walter Benjamin sur la reproductibilité technique des œuvres d’art. Si pour le théoricien moderne, la reproduction technologique diminue l’aura sacrée de l’œuvre, dans le monde islamique, le fait de copier la sandale amplifie l’aura de la relique. Les tracés transmettent les prédications des croyants en servant d’intermédiaire entre le musulman et la relique, bien avant l’apparition de l’impression et de la photographie. Ainsi, les techniques modernes ne modifient pas le regard ou le pouvoir donné à l’objet originel, elles augmentent simplement le volume et la rapidité des copies. 

Les sujets des conférences, peu abordés dans l’historiographie des arts de l’Islam, ont permis de mettre en exergue les objets porteurs de dévotion en insistant sur leur fabrication et leur statut dans le monde islamique. Il fut surprenant de constater à quel point les pratiques musulmanes et chrétiennes sont similaires. En effet, la reproduction des mesures de lieux saints, la transformation d’objets banals en objets sacrés par contact avec les sanctuaires ou l’ingestion de poussière à des fins curatives se retrouvent autant dans le christianisme que dans l’islam. Les objets fabriqués à proximité des sanctuaires permettent au pèlerin de ramener une partie de l’aura sacrée du site et de communiquer plus facilement avec le divin. Le choix de conférences thématiques révèle toutefois un ordre plus ou moins chronologique permettant de conclure sur la fausse croyance selon laquelle l’ère moderne fait face à de nouvelles problématiques. Pour F. B. Flood, les XIXe et XXe siècles s’inscrivent dans une longue tradition de reproductibilité, l’impression et la photographie constituant un accomplissement ultime des techniques de reproduction.

Fanny Roilette

Bibliographie : 

Finbarr Barry Flood, Technologies de dévotion dans les arts de l’Islam, Pèlerins, reliques et copies, Paris, Hazan, Louvre Editions, 2019.

Les conférences sont désormais mises à ligne sur la chaîne Youtube du musée du Louvre. 

Troisième Biennale des photographes du Monde Arabe Contemporain à l’Institut du Monde Arabe – 11/09/19 – 24/11/19 (Prolongation jusqu’au 01/12)

Affiche de l’exposition

Vous l’avez raté ? L’APAMi vous en parle !

Pour la troisième année consécutive, l’Institut du Monde Arabe (IMA) et la Maison Européenne de la Photographie (MEP) se sont associés à la rentrée pour proposer la troisième édition de la Biennale des Photographes du Monde Arabe contemporain. Cette manifestation se déroulait dans sept autres lieux parisien : la Cité internationale des arts où l’Égypte était à l’honneur avec « Hakawi, récits d’une Égypte contemporaine » ; la Mairie du 4e arrondissement où un « Aller, retour » vers l’Algérie était signé Lynn S.K ; la Galerie Clémentine de la Féronnière où trois expositions traitaient du Maroc ; tout comme la Galerie Graine de Photographe ; la Galerie Agathe Gaillard exposait « Le Don », autour des rites ancestraux liés à l’islam ; la Galerie XII exposait des photographies d’ « Un Orient alors en paix » ; et la Galerie Basia Embiricos proposait une plongée dans la région syro-libanaise du 11 septembre au 24 novembre 2019. 

Continuer la lecture de « Troisième Biennale des photographes du Monde Arabe Contemporain à l’Institut du Monde Arabe – 11/09/19 – 24/11/19 (Prolongation jusqu’au 01/12) »

JAVA ART ENERGY, exposition à l’Institut des Cultures d’Islam (ICI), Paris – 27/09/18 au 24/02/19

©Marc Domage

Vous l’avez ratée ? L’APAMi vous en parle !

À travers cette exposition, l’ICI sort des sentiers battus et explore une production contemporaine peu connue et peu convoquée lorsqu’il s’agit de parler des « arts de l’Islam », à savoir l’Indonésie et plus particulièrement la scène contemporaine javanaise. Cette exposition présente un éventail assez diversifié d’œuvres d’art, avec 13 artistes exposés. Certaines oeuvres étaient pour la première fois montrées en France et d’autres avaient été créées spécialement pour l’exposition.

Continuer la lecture de « JAVA ART ENERGY, exposition à l’Institut des Cultures d’Islam (ICI), Paris – 27/09/18 au 24/02/19 »

Architecture : refuge et symbole

 « Menacer, attaquer, détruire et piller le patrimoine, revient à s’en prendre aux fondements même de l’identité des peuples, de l’histoire dans laquelle ils s’inscrivent et des repères sur lesquels ils se construisent. Sans ce patrimoine, c’est l’identité entière d’un peuple qui disparaît, sa mémoire qui s’efface et son avenir qui se trouve compromis. »[1]

            L’exposition Architecture : refuge et symbole, présentée à l’occasion de la journée du Monde Arabe de l’INALCO, offre à voir une sélection de photographies de Zakaria Abdelkafi et Sarah Samya Anfis soulevant la question de l’architecture détruite ou préservée dans les zones de guerre ou politiquement instables. L’architecture, qu’elle soit comprise comme un bâtiment d’habitation ou comme un monument, souffre des vicissitudes de la vie politique et économique. Elle est une marque de l’histoire du pays et des villes. Les photographies de Zakaria Abdelkafi nous entraînent dans la ville détruite d’Alep, tandis que celles de Sarah Samya Anfis nous dévoilent les refuges et les lieux de vie privilégiés par les palestiniens. Continuer la lecture de « Architecture : refuge et symbole »