La mosquée Al-Irsyad, Bandung, Indonésie, 2010

La mosquée Al-Irsyad, Bandung (Indonésie), 2010. 
Béton, métal 
970 m2
Bandung, région du Parahyangan, Indonésie
© ARSITAG

La mosquée Al-Irsyad se situe à Bandung, en Indonésie. Cet édifice de forme cubique a été inauguré en 2010, sur le projet de l’architecte indonésien Ridwan Kamil (Urbane Indonesia) qui a également été maire de la ville. Elle est érigée dans un parc entouré par un étang. Quels sont les impacts de ces éléments sur son architecture ?

Des blocs de béton posés succinctement scandent les façades de cette mosquée, laissant parfois place à des grilles qui les perforent et qui créent des motifs d’écriture. Ceux-ci sont semblables, dans leur esthétique et dans leur construction, à un style calligraphique des plus anciens, le coufique, ici dit « géométrique ». Le bâtiment repose sur une série de colonnes architecturales qui allègent la massivité du cube, tel des pilotis, et qui permettent d’inscrire l’édifice dans toute la lignée des bâtiments modernistes.

© Urbane Indonesia

La structure cubique est aérée par un ajourage qui forme des motifs calligraphiques sur chacun des côtés. Ceux-ci font référence aux inscriptions en arabe que l’on trouve sur les lieux de culte islamique. Elles évoquent le plus souvent la construction de l’édifice, le commanditaire, et peuvent également être des extraits du texte coranique. La succession de pierres et d’espaces ouverts entre celles-ci serait également un moyen de ventiler naturellement ces espaces pouvant accueillir jusqu’à mille personnes. De plus, un bassin d’eau entoure la structure ce qui permet de tempérer le climat.

© Emilio Photoimagination

Ce jeu visuel et architectural entre le massif et le léger, l’ouvert et le fermé, permet d’établir une certaine sérénité pour les personnes qui se trouvent à l’intérieur. Les fidèles peuvent observer l’extérieur en étant protégés par cette structure. Son percement rappelle l’esthétique et l’usage des moucharabieh. Elles sont traditionnellement utilisées en contexte domestique pour ventiler l’intérieur et étaient souvent placées à proximité de points d’eau, ce qui a été fait ici. En effet, le bassin est ici le lieu de contact entre l’intérieur et l’extérieur puisqu’il se situe à la fois dans et en dehors de la mosquée, permettant d’apporter la fraîcheur nécessaire. Il comporte une sculpture circulaire sur laquelle est creusé le mot Allah. Cette eau se reflète sur le plafond des espaces intérieurs, créant alors un espace de contemplation face à cette inscription qui semble flotter.

L’architecture de cette mosquée et de son environnement, pensés comme autosuffisants en température, en fait un édifice remarquable par la justesse de ces choix. Des formes géométriques, simples et élémentaires (cube, sphère, rectangle), sont choisies de sorte à créer des espaces dépouillés magnifiés par les éléments naturels du parc et du bassin d’eau. 

Tamara Choukair

Webographie 

• Site Archdaily www.archdaily.com/87587/al-irsyad-mosque-urbane

• Site Archify www.archify.com/id/project/al-irsyad-mosque

• Site de Urbane Indonesia : www.urbane.co.id/project/al-irsyad-mosque/

La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn)

La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn), Penang, 31 Juillet 1824 (4 Zulhijah 1239), par le copiste Muhammad Umar bin Syaikh Farid
Manuscrit, papier anglais, 191 feuillets. 
240 x 180 mm
Londres, British Library, Département d’Asie du Sud-Est, Or. 13295

© British Library

Le texte du Tāj al-salāṭīn est ce qu’on appelle un « miroir des princes ». Il était principalement utilisé par les souverains pour s’informer sur les obligations et devoirs. Ce texte précis fut écrit par Bukhari al-Johori en 1603 dans la région d’Aceh, soit la pointe nord de l’île indonésienne de Sumatra. Cependant, ce manuscrit, qui reprend le texte du XVIIe siècle, a été produit bien plus tard, au milieu du XIXe siècle à Penang. Cette région, située sur la côte ouest de la péninsule malaisienne, présente un intérêt particulier, puisque de par son emplacement, elle a été le centre d’une communauté cosmopolite.

Continuer la lecture de « La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn) »

Compte-rendu des conférences de Finbarr Barry Flood – Technologies de dévotion dans les arts de l’Islam – La Chaire du Louvre – Septembre-Octobre 2019

Invité à présider la Chaire du Louvre à l’automne 2019, Finbarr Barry Flood présenta à cette occasion un cycle de cinq conférences autour des problématiques liées aux technologies de dévotion dans les arts de l’Islam. Professeur à l’Université de New York, ses recherches portent principalement sur l’histoire et l’historiographie de l’art islamique, la théorie de l’image et les représentations.

L’expression « technologie de dévotion » peut s’avérer déroutante car peu usitée ; elle concerne selon F. B. Flood l’application des connaissances technologiques à des fins sacrées. Les conférences avaient pour principal objectif de définir les objets porteurs de dévotion, d’expliquer leur système de production et d’évoquer le statut de la copie dans le cadre de la religion musulmane et la civilisation islamique. 

Poires de poussière compactée, provenant de l’intérieur de la Kaaba
© Khalili Collection

La première conférence, intitulée « Prendre la mesure », permit de poser les fondements de la réflexion de F. B. Flood et de comprendre en quoi le phénomène de copie est plus complexe que l’imitation formelle à laquelle le monde occidental est habitué. En effet, si la reproduction des lieux saints chrétiens est bien documentée, peu de monuments islamiques reproduisent la forme cubique de la Ka’ba, édifice central autour duquel les musulmans déambulent lors du pèlerinage à la Mecque. Or, les sources textuelles mentionnent de nombreuses tentatives de reproduction de ce lieu saint. Plutôt que de dupliquer la forme cubique, les architectes ont préféré évoquer la Ka’ba en copiant certaines de ses mesures comme le nombre de coudées ou le nombre de portes. Les dimensions apparaissent alors autant voire plus importantes que l’apparence visuelle. C’est le cas de la mosquée de Sankoré au Mali, construite à partir d’un bout de corde ayant servi à mesurer les dimensions exactes de la Ka’ba. Le fait de copier fidèlement les dimensions de l’édifice investit le monument de la nature sacrée de la Mecque et rappelle le caractère obligatoire du pèlerinage, tout en servant possiblement de substitut de la Ka’ba pour ceux ne pouvant se rendre à Jérusalem. Ces copies peuvent également posséder un rôle didactique afin de préparer à l’avance les rites propres et complexes du pèlerinage. 

Ainsi, le contact physique avec le sol des sanctuaires sacrés transforme les matériaux les plus banals. Si le cordon ayant servi à mesurer les dimensions de la Ka’ba revêt un caractère sacré, il en va de même pour la poussière ramassée lors du nettoyage des sanctuaires, sujet au cœur de la deuxième conférence. Grattée sur les murs ou récupérée sur le sol, la poussière était ensuite moulée en forme de petits cônes ou en pastilles d’argile estampillés de mots et d’images non figuratives. Cette pratique, apparue à la période médiévale, est de nos jours encore utilisée dans les lieux de pèlerinages musulmans, notamment chiites, et dérive d’une pratique chrétienne datant de l’Antiquité tardive. Les usages des cônes et des jetons d’argile sont multiples : souvenirs de pèlerinage, ils sont également investis d’une partie de l’aura sacrée du lieu. Certains sont par ailleurs utilisés comme amulettes ou remèdes. En grattant les pastilles, la poudre obtenue est mélangée à de l’eau puis ingérée en tant que médicaments. Ces objets sont réputés efficaces notamment en cas de morsures d’animaux venimeux (serpent, scorpions) ou de maladies oculaires. Les lieux de pèlerinage transforment ainsi la matière première en substance magique capable de guérir ou protéger le croyant.

Mais les jetons d’argile ne sont pas les seuls éléments efficaces pour guérir les maux. Dès le début du XIIe siècle sont produites des coupes en laiton ou en bronze destinées à ingérer de l’eau à des fins curatives ou prophylactiques. Ces pièces, désignées sous le terme « coupes magico-médicinales », étaient gravées de versets coraniques et de symboles magiques : soleils, lunes, ou encore figures du zodiaque. Selon F. B. Flood, le contact de l’eau sur le métal active les inscriptions et les motifs gravés et donne au contenu de la coupe un pouvoir de guérison à celui qui l’ingère. La datation et la provenance précises de ces coupes restent sujets à débats : certaines pièces portent la date 580 de l’Hégire (1184) ; néanmoins, les variations iconographiques suggèrent une production s’étalant sur plusieurs siècles. Ainsi, la présence d’une date unique symboliserait la reproduction à partir d’un même modèle. 

Coupe magico-médicinale en laiton moulé portant des traces d’incrustations en argent (détail). L’inscription sur la base indique qu’elle a été produite à La Mecque en 580 / 1184
© The al-Sabah Collection, Dar al-athar al-Islamiyyah, Kuwait

Les deux dernières conférences avaient pour principal thème les relations entre l’original et la copie. Transformées par le contact avec le corps de Muhammad, les sandales du Prophète devinrent de véritables reliques. L’une d’entre elle, conservée à Damas à la période médiévale, fut à de nombreuses reprises posée sur des feuilles de parchemins pour en tracer le contour. Ces tracés, copiés à leur tour, entraînent une série de dessins accompagnés de chaînes écrites de transmission, fonctionnant ainsi comme une garantie de leur authenticité. Les contours des sandales se retrouvent sur plusieurs supports : parchemins, rouleaux de pèlerinages, chemises talismaniques portées sous les armures ottomanes ou ‘alam (enseignes processionnelles). La sandale est chargée par les musulmans d’un pouvoir talismanique, qui s’active en touchant l’objet ou en frottant son image. Ainsi, les bénédictions du Prophète fonctionnent autant à partir de la relique – la sandale – qu’à partir des images produites d’après celle-ci.

Le désir de répliquer l’image de la sandale rappelle les écrits de Walter Benjamin sur la reproductibilité technique des œuvres d’art. Si pour le théoricien moderne, la reproduction technologique diminue l’aura sacrée de l’œuvre, dans le monde islamique, le fait de copier la sandale amplifie l’aura de la relique. Les tracés transmettent les prédications des croyants en servant d’intermédiaire entre le musulman et la relique, bien avant l’apparition de l’impression et de la photographie. Ainsi, les techniques modernes ne modifient pas le regard ou le pouvoir donné à l’objet originel, elles augmentent simplement le volume et la rapidité des copies. 

Les sujets des conférences, peu abordés dans l’historiographie des arts de l’Islam, ont permis de mettre en exergue les objets porteurs de dévotion en insistant sur leur fabrication et leur statut dans le monde islamique. Il fut surprenant de constater à quel point les pratiques musulmanes et chrétiennes sont similaires. En effet, la reproduction des mesures de lieux saints, la transformation d’objets banals en objets sacrés par contact avec les sanctuaires ou l’ingestion de poussière à des fins curatives se retrouvent autant dans le christianisme que dans l’islam. Les objets fabriqués à proximité des sanctuaires permettent au pèlerin de ramener une partie de l’aura sacrée du site et de communiquer plus facilement avec le divin. Le choix de conférences thématiques révèle toutefois un ordre plus ou moins chronologique permettant de conclure sur la fausse croyance selon laquelle l’ère moderne fait face à de nouvelles problématiques. Pour F. B. Flood, les XIXe et XXe siècles s’inscrivent dans une longue tradition de reproductibilité, l’impression et la photographie constituant un accomplissement ultime des techniques de reproduction.

Fanny Roilette

Bibliographie : 

Finbarr Barry Flood, Technologies de dévotion dans les arts de l’Islam, Pèlerins, reliques et copies, Paris, Hazan, Louvre Editions, 2019.

Les conférences sont désormais mises à ligne sur la chaîne Youtube du musée du Louvre. 

Exposition – Furûsiyya, l’art de la chevalerie entre Orient et Occident – Louvre Abu Dhabi – 19/02 – 30/05

Casque turban, Aq-Qoyunlu ou Ottoman, Turquie, 1450–1500, Louvre Abu Dhabi
© Department of Culture and Tourism – Abu Dhabi / Photo by : Thierry Ollivier

Cette exposition majeure explore les liens uniques et extraordinaires entre la furûsiyya orientale et la chevalerie en occidentale, révélant les origines de l’émergence d’une classe et d’une culture chevaleresques dans l’Orient islamique et l’Occident chrétien.

Continuer la lecture de « Exposition – Furûsiyya, l’art de la chevalerie entre Orient et Occident – Louvre Abu Dhabi – 19/02 – 30/05 »

Séminaire The European Qu’ran – The Qu’ran and the Reformation – 27/02/20 – Reid Hall, Paris

12h-18h
Reid Hall, 4 rue des Chevreuses, Paris 6

Plus d’informations ici

Programme
12.00 Jan Loop, University of Kent
Introduction

12.30 Lunch

13.00 Asaph Ben-Tov, University of Kent
The Qur’an and confessional scholarship: the case of seventeenth-century Germany

14.00 Lot Brouwer, University of Kent
A first non-polemical Qur’an translation? Salomon Schweigger’s Alcoranus Mahometicus (1616)

15.00 Refreshments

15.45 Alastair Hamilton, Warburg Institute
Le Coran et les protestants allemands au XVIIIe siècle

16.45 Pierre-Olivier Léchot, Institut Protestant de Théologie
La conversion des musulmans au protestantisme (XVIe-XVIIIe siècles)

Lectures at the KRC, Oxford – 2020

The KRC offers severals types of lectures
Teaching staff involved in this term’s lectures – Professor Alain George, Professor Zeynep Yürekli-Görkay, Dr Umberto Bongianino, Dr Luke Treadwell, Dr Teresa Fitzherbert

Introduction to Islamic Art & Architecture
KRC lecture room, Tuesdays 15.00 – 17.00 hrs, Alain George, Umberto Bongianino, Luke Treadwell, Zeynep Yürekli-Görkay, and Teresa Fitzherbert

Week 1 (21 January): Fatimid Architecture and its Messages (Umberto Bongianino)

Week 2 (28 January): Images of Sovereignty from the Abbasids to the Seljuqs: The Evidence of the Coinage (Luke Treadwell)

Week 3 (4 February): The Seljuq Empire and its Legacy (Zeynep Yürekli-Görkay)

Week 4 (11 February): Figural Art and Manuscript Illustration in the Near East (Zeynep Yürekli-Görkay)

Week 5 (18 February): India from Early Islam to the Sultanates (Alain George)

Week 6 (25 February): The Arts under the Almoravids and Almohads (Umberto Bongianino)

Week 7 (3 March): Iran under Mongol Rule (Teresa Fitzherbert)

Week 8 (10 March): The Mamluk “Public Text”: Epigraphy and Calligraphy (Umberto Bongianino)

Approaches to Islamic Art & Architecture (Weeks 2,4,6,8)
KRC lecture room, Thursdays 14.00 – 16.00 hrs, Alain George, Umberto Bongianino, Luke Treadwell, and Zeynep Yürekli-Görkay

Week 2 (30 January): Museums and Collections (Luke Treadwell)

Week 4 (13 February): Islamic Aesthetics (Alain George)

Week 6 (27 February): Beauty and the Qur’an (Alain George)

Week 8 (12 March): Travellers’ Perceptions of the Built Environment (Umberto Bongianino and Zeynep Yürekli-Görkay)

KRC Research Seminars
KRC Lecture Room, Thursdays, 17:15-18:30 hrs
Convenor: Umberto Bongianino

Week 1 (23 January): Christian Sahner (St Cross College): New thoughts about the edict of Yazid II (ca. 723) and Palestinian iconoclasm

Week 2 (30 January): Nilay Özlü (KRC Barakat Postdoctoral Scholar): Displaying the Royal Collections of the Topkapi Palace: The Imperial Treasury, the Chamber of Sacred Relics, and the Ottoman Imperial Museum

Week 3 (6 February): Jeremy Johns (KRC, Wolfson College): How to create a new multicultural art form: the opus sectile Arabic verse inscriptions from Norman Sicily

Week 4 (13 February): Karin Scheper (Leiden University): In Search of Local Characteristics: Manuscript making in the Islamic world

Week 5 (20 February): Ronny Vollandt (Ludwig-Maximilians-Universität, Munich): Palimpsests from the Cairo Genizah and the Qubbat al-Khazna

Week 6 (27 February): Yusen Yu (Corpus Christi College): Ways of Viewing: Persianate Reception of Chinese Painting (15th to mid-16th Centuries)

Week 7 (5 March): Tom Nickson (Courtauld Institute): The Palace of Pedro I in Seville: Ornament and Epigraphy between Granada and Toledo

Week 8 (12 March): Atri Hatef Naiemi (KRC Barakat Postdoctoral Fellow): A Dialogue between Friends and Foes: Transcultural Interactions in Ilkhanid Capital Cities (1256-1335 AD) 

More infos

The Khalili Research Centre
3 St John Street
Oxford, OX1 2LG
Tel. +44 (0)1865 278222
krc@orinst.ox.ac.uk

Call for papers: Rethinking Narratives of China and the Middle East: The Silk Roads and Beyond – Center for East Asian Studies, University of Pennsylvania, Philadelphia April 8th-10th, 2021

Abstracts are due on 21 January 2020

Please send abstracts (350 word limit) and a 1-page CV to this address by 11:59 PM EST Monday, January 21st, 2020

More infos

Journée d’études : “Le Coran Byzantin” – Nantes – 18/12/2019

Cette journée d’études s’inscrit dans le cadre du programme de recherche “The European Qur’an. Islamic Scripture in European Culture and Religion 1150-1850” (EuQu) qui a reçu une bourse « Synergy Grant » du Conseil européen de la recherche pour 6 ans.

18 décembre 2019 (9h30-17h)
Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin – Salle B
5 allée Jacques Berque
44000 Nantes

Programme complet ici

International Conference – IOW-ARCH Indian Ocean World Archaeology Conference – Institute of Arab and Islamic Studies, Exeter – 10-11/01/20

Date And Time
Fri, Jan 10, 2020, 5:30 PM –Sat, Jan 11, 2020, 7:30 PM GMT

Location : Institute of Arab & Islamic Studies
Stocker Road
Exeter
EX4 4ND
United Kingdom

Reasearch meeting/conference on the archaeology, material culture and heritage of the Indian Ocean

We are in the process of establishing an annual or biennial research meeting/conference on the archaeology, material culture and heritage of the Indian Ocean (defined as from East Africa to Japan, including Australasia) from the first millennium BC to the contemporary era. The model is likely to be similar to the annual Islamic Archaeology Day at University College London, but lasting perhaps up to two-days and with the location moving between different academic host institutions. The first conference is being held at the Institute of Arab and Islamic studies (IAIS), University of Exeter, with financial sponsorship provided by the Centre for Islamic Archaeology.

The idea is born out of the significant growth in Indian Ocean archaeology that has taken place in recent years, and the fact that there is still no regular forum where researchers can meet, present on their latest research, get to know each other, and discuss relevant topics. The aim is for the forum to be international, informal and research-focussed.

Programme

Organising Committee:

Annabel Gallop, Mark Horton, Timothy Insoll, Derek Kennet, Elizabeth Lambourn, Stephanie Wynne-Jones, Ran Zhang

Plus d’infos ici

Conférence – « From biton kulubali to el haji umar tal-the rise & fall of the Bamana Empire of Segu » – Alisa LaGamma, Metropolitan Museum of Art – 10/12/19

Informations et inscriptions obligatoires (Google Form) disponibles ici

Séminaire Calligraphies aux frontières du monde islamique – Sorbonne Université

Dans le cadre du séminaire de Madame Eloïse Brac de la Perrière, Madame Cailah Jackson interviendra sur le thème « Calligraphers and Callygraphy in Late Medieval Rûm, 1720s-1370s ».

Rendez-vous le Mardi 17 décembre 2019, de 16h à 18h à l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’art, 3 rue Michelet, Salle Focillon (2ème étage)

Plus d’informations ici

Table-ronde Lions d’Orient et d’Occident : symbolismes, croyances et usages des objets en forme de lion dans les mondes anciens – Université Bordeaux-Montaigne – 18/12/19

Mercredi 18 décembre de 9h à 17h
Amphi archéo (ACH005) de la Maison de l’archéologie

De l’Antiquité au Moyen Âge, l’Orient porte un intérêt particulier pour les objets zoomorphes et notamment le Lion et les grands félins, représentants symbolismes du pouvoir, de croyance et surtout une marque identitaire. Les artefacts/objets en forme de lions et ses représentations figurées sont visibles dans toutes les cultures d’Orient et d’Occident, qui permettent d’étudier leurs aspects artistiques constant, permettant ainsi une étude comparée et transversale de leurs représentations symboliques.

Les lions étaient considérés comme des pouvoirs surnaturels, symbole de royaumes, symboles divins et symbole magiques et astrologique. Les nombreux objets zoomorphes en forme de lion renvoient généralement à ces aspects symboliques élevés. Cette journée d’étude transversale propose des regards interdisciplinaires reflétant le symbolisme et l’usage des objets du lion perpétués ou innovés durant le temps par les sociétés d’Orient comme d’Occident.

Informations et programme ici

Call for Applications: Prisma Ukraïna Visiting Fellowship 2020

The Berlin-based Forum Transregionale Studien invites scholars to apply for a three-month Visiting Fellowship in 2020 (up to 5 postdoctorals) within the framework of the research program Prisma Ukraïna – Research Network Eastern Europe.

Location: Berlin / Closing date: January 31, 2020

Ukraine is a “Gate of Europe” located at the crossroads of languages, religions and political cultures. In our program, Ukraine serves as a prism through which new perspectives on current questions become possible.

More info here and on the website