Exposition – Set in stone: gems and jewels from Royal Indian courts – Qatar, Museum of Islamic Art – 23 October 2019 – 18 January 2020

Turban ornament (sarpech) Deccan, mid-18th century Emeralds, diamonds, enamel and gold MIA.2013.178

Plus d’infos ici

Exposition – Seerah of the Prophet Muhammad – Islamic Museum of Australia – 12 décembre 2019/6 mars 2020

Plus d’infos ici

Exposition – “Longing for Mecca”, Troopeen Muuseeum, Amsterdam, Netherlands – until 12/01/2020

Ahmed Mater, Magnetism

Through special objects and personal stories of Dutch pilgrims, this exhibition takes you on a pilgrimage to Mecca.

Plus d’informations ici

Exposition – “Tlemcen à travers les âges : architecture et spiritualité de la ville”- Vernissage vendredi 06 décembre 2019 à 18h30 – Centre culturel algérien, Paris

Exposition élaborée par Le Centre des arts et des expositions de Tlemcen (CAREX), E2ID (Alger), La galerie Dar el- Djazaïr (Valence)

Ouverte du 06 décembre au 04 janvier 2020, au centre culturel algérien de Paris

Plus d’informations ici

[Portraits] Rim Laredj, artiste plasticienne, auteure et réalisatrice

Poursuivant notre série de Portraits, nous avons eu le plaisir d’échanger avec Rim Laredj, une artiste rencontrée lors de notre première édition des Rencontres de la Calligraphie !

Continuer la lecture de « [Portraits] Rim Laredj, artiste plasticienne, auteure et réalisatrice »

Exposition – « Kharmohra. L’Afghanistan au risque de l’art » — Mucem (Marseille), du 22 novembre 2019 au 1 mars 2020

Mohsin Taasha, série « Tavalod-e dobareh-ye sorkh » [La renaissance du rouge], Kaboul, 2017. Gouache et feuilles d’argent sur papier wasli, 70 x 56 cm. Collection de l’artiste © Mohsin Taasha

— Commissariat : Guilda Chahverdi, coordinatrice de projets culturels et artistiques, directrice de l’Institut français d’Afghanistan (2010-2013)
— Conseil scientifique : Agnès Devictor, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, chercheuse à l’HICSA (Histoire culturelle et sociale de l’art)
— Scénographie : Anaïde Nayebzadeh

Plus d’informations ici

Exposition – L’Oeil et la Nuit – ICI, Paris

Du 19 septembre 2019 au 09 février 2020, l’Institut des Cultures d’Islam présente “L’œil et la nuit”, exposition curatée par Géraldine Bloch. Les œuvres de dix-huit artistes originaires d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Europe interrogent notre perception du monde de la nuit, entre profane et sacré, réel et imaginaire.

Plus d’information ici

Exposition – Yémen, la guerre qu’on nous cache – Véronique de Viguerie – Maupetit, côté Galerie, Marseille

Jusqu’au 16 novembre

Plus d’informations ici

[Portraits] Hind Ben Jabeur, artiste-designer

A l’occasion de la Journée du Monde arabe organisée par l’Association al-Wissal à l’INALCO le 19 mars 2019, l’APAM présente cinq artistes contemporains du monde arabe qui pratiquent la calligraphie. Découvrez ici le portrait de Hind ben Jabeur et sa série “Chachouta” !

 

Cités millénaires : un voyage virtuel d’une réalité destructrice


© Auriane Beurdeley 

« On dormait pour ainsi dire au milieu des ruines, la tête dans les étoiles et les rêves anciens, bercés par les conversations de Baalshamin, dieu du soleil et de la rosée, avec Ishtar la déesse au lion. »

Mathias Enard à propos de la destruction de Palmyre en 2015.

Avec Cités Millénaires, l’Institut du Monde Arabe cherche à ce que les visiteurs prennent conscience des enjeux immédiats de la conservation du patrimoine architectural dans les pays arabes. À travers cette exposition numérique, en partenariat avec Iconem, l’IMA s’interroge sur la problématique de la destruction du patrimoine arabe de ces dernières années notamment due aux guerres. Entre reconstitutions 3D, interviews des témoins directs de ces ravages, et vieilles photographies, l’exposition évolue à travers les villes de Mossoul, Alep, Palmyre et Leptis Magna. L’exposition reprend ainsi les mêmes idées déjà évoquées au Grand Palais en 2016 lors de l’exposition Sites éternels.

Continuer la lecture de « Cités millénaires : un voyage virtuel d’une réalité destructrice »

REPOST – Au vu de la situation actuelle à Jérusalem et du risque qu’encourt la mosquée Al-Aqsa, l’une des plus anciennes mosquées du monde Islamique, l’Apami épingle un article publié il y a deux ans. Cet article marquait la (re)naissance de l’association et accompagnait une exposition photographique. Il nous semblait plus qu’adapté de le mettre en avant et de rappeler sa triste actualité.

© Sarah Samya Anfis, Mosquée Al-Aqsa, esplanade des mosquées, Jérusalem-Est, juillet 2017

Architecture : refuge et symbole

 « Menacer, attaquer, détruire et piller le patrimoine, revient à s’en prendre aux fondements même de l’identité des peuples, de l’histoire dans laquelle ils s’inscrivent et des repères sur lesquels ils se construisent. Sans ce patrimoine, c’est l’identité entière d’un peuple qui disparaît, sa mémoire qui s’efface et son avenir qui se trouve compromis. »[1]

            L’exposition Architecture : refuge et symbole, présentée à l’occasion de la journée du Monde Arabe de l’INALCO, offre à voir une sélection de photographies de Zakaria Abdelkafi et Sarah Samya Anfis soulevant la question de l’architecture détruite ou préservée dans les zones de guerre ou politiquement instables. L’architecture, qu’elle soit comprise comme un bâtiment d’habitation ou comme un monument, souffre des vicissitudes de la vie politique et économique. Elle est une marque de l’histoire du pays et des villes. Les photographies de Zakaria Abdelkafi nous entraînent dans la ville détruite d’Alep, tandis que celles de Sarah Samya Anfis nous dévoilent les refuges et les lieux de vie privilégiés par les palestiniens. Continuer la lecture de «  »