Identité nationale et islam en Indonésie et Malaisie

Aujourd’hui, en Asie du Sud-Est, se pose la question de l’identité nationale, du fait de la richesse des cultures et de la diversité des ethnies vivant dans la région. Ces circonstances ont créé une réelle difficulté pour fusionner ces peuples après leur indépendance respective. Ainsi, comment l’islam a-t-il participé, ou non, à l’unification de l’Indonésie et de la Malaisie, deux pays possédant une population à majorité musulmane? Comment cela a-t-il influencé la politique culturelle de ces pays?

Vue de Jakarta
© Anaïs Dolz
Continuer la lecture de « Identité nationale et islam en Indonésie et Malaisie »

Ressources en ligne EHESS

École des hautes études en sciences sociales (EHESS - Paris)

N’oubliez pas les contenus en ligne : l’EHESS, en plus de proposer ses séminaires et conférences en ligne, offre la possibilité de retrouver des ressources en libre accès.

Accès à une sélection de ressources en libre accès

Accès aux séminaires en ligne de l’EHESS pour les auditeurs et auditrices libres, le public étudiant étant privilégié : avant tout, vous devez demander à participer via ce formulaire ; la liste des séminaires « islam » ici

Mais aussi la vidéothèque et les podcasts, si vous les avez ratés !

Compte-rendu des conférences de Finbarr Barry Flood – Technologies de dévotion dans les arts de l’Islam – La Chaire du Louvre – Septembre-Octobre 2019

Invité à présider la Chaire du Louvre à l’automne 2019, Finbarr Barry Flood présenta à cette occasion un cycle de cinq conférences autour des problématiques liées aux technologies de dévotion dans les arts de l’Islam. Professeur à l’Université de New York, ses recherches portent principalement sur l’histoire et l’historiographie de l’art islamique, la théorie de l’image et les représentations.

L’expression « technologie de dévotion » peut s’avérer déroutante car peu usitée ; elle concerne selon F. B. Flood l’application des connaissances technologiques à des fins sacrées. Les conférences avaient pour principal objectif de définir les objets porteurs de dévotion, d’expliquer leur système de production et d’évoquer le statut de la copie dans le cadre de la religion musulmane et la civilisation islamique. 

Poires de poussière compactée, provenant de l’intérieur de la Kaaba
© Khalili Collection

La première conférence, intitulée « Prendre la mesure », permit de poser les fondements de la réflexion de F. B. Flood et de comprendre en quoi le phénomène de copie est plus complexe que l’imitation formelle à laquelle le monde occidental est habitué. En effet, si la reproduction des lieux saints chrétiens est bien documentée, peu de monuments islamiques reproduisent la forme cubique de la Ka’ba, édifice central autour duquel les musulmans déambulent lors du pèlerinage à la Mecque. Or, les sources textuelles mentionnent de nombreuses tentatives de reproduction de ce lieu saint. Plutôt que de dupliquer la forme cubique, les architectes ont préféré évoquer la Ka’ba en copiant certaines de ses mesures comme le nombre de coudées ou le nombre de portes. Les dimensions apparaissent alors autant voire plus importantes que l’apparence visuelle. C’est le cas de la mosquée de Sankoré au Mali, construite à partir d’un bout de corde ayant servi à mesurer les dimensions exactes de la Ka’ba. Le fait de copier fidèlement les dimensions de l’édifice investit le monument de la nature sacrée de la Mecque et rappelle le caractère obligatoire du pèlerinage, tout en servant possiblement de substitut de la Ka’ba pour ceux ne pouvant se rendre à Jérusalem. Ces copies peuvent également posséder un rôle didactique afin de préparer à l’avance les rites propres et complexes du pèlerinage. 

Ainsi, le contact physique avec le sol des sanctuaires sacrés transforme les matériaux les plus banals. Si le cordon ayant servi à mesurer les dimensions de la Ka’ba revêt un caractère sacré, il en va de même pour la poussière ramassée lors du nettoyage des sanctuaires, sujet au cœur de la deuxième conférence. Grattée sur les murs ou récupérée sur le sol, la poussière était ensuite moulée en forme de petits cônes ou en pastilles d’argile estampillés de mots et d’images non figuratives. Cette pratique, apparue à la période médiévale, est de nos jours encore utilisée dans les lieux de pèlerinages musulmans, notamment chiites, et dérive d’une pratique chrétienne datant de l’Antiquité tardive. Les usages des cônes et des jetons d’argile sont multiples : souvenirs de pèlerinage, ils sont également investis d’une partie de l’aura sacrée du lieu. Certains sont par ailleurs utilisés comme amulettes ou remèdes. En grattant les pastilles, la poudre obtenue est mélangée à de l’eau puis ingérée en tant que médicaments. Ces objets sont réputés efficaces notamment en cas de morsures d’animaux venimeux (serpent, scorpions) ou de maladies oculaires. Les lieux de pèlerinage transforment ainsi la matière première en substance magique capable de guérir ou protéger le croyant.

Mais les jetons d’argile ne sont pas les seuls éléments efficaces pour guérir les maux. Dès le début du XIIe siècle sont produites des coupes en laiton ou en bronze destinées à ingérer de l’eau à des fins curatives ou prophylactiques. Ces pièces, désignées sous le terme « coupes magico-médicinales », étaient gravées de versets coraniques et de symboles magiques : soleils, lunes, ou encore figures du zodiaque. Selon F. B. Flood, le contact de l’eau sur le métal active les inscriptions et les motifs gravés et donne au contenu de la coupe un pouvoir de guérison à celui qui l’ingère. La datation et la provenance précises de ces coupes restent sujets à débats : certaines pièces portent la date 580 de l’Hégire (1184) ; néanmoins, les variations iconographiques suggèrent une production s’étalant sur plusieurs siècles. Ainsi, la présence d’une date unique symboliserait la reproduction à partir d’un même modèle. 

Coupe magico-médicinale en laiton moulé portant des traces d’incrustations en argent (détail). L’inscription sur la base indique qu’elle a été produite à La Mecque en 580 / 1184
© The al-Sabah Collection, Dar al-athar al-Islamiyyah, Kuwait

Les deux dernières conférences avaient pour principal thème les relations entre l’original et la copie. Transformées par le contact avec le corps de Muhammad, les sandales du Prophète devinrent de véritables reliques. L’une d’entre elle, conservée à Damas à la période médiévale, fut à de nombreuses reprises posée sur des feuilles de parchemins pour en tracer le contour. Ces tracés, copiés à leur tour, entraînent une série de dessins accompagnés de chaînes écrites de transmission, fonctionnant ainsi comme une garantie de leur authenticité. Les contours des sandales se retrouvent sur plusieurs supports : parchemins, rouleaux de pèlerinages, chemises talismaniques portées sous les armures ottomanes ou ‘alam (enseignes processionnelles). La sandale est chargée par les musulmans d’un pouvoir talismanique, qui s’active en touchant l’objet ou en frottant son image. Ainsi, les bénédictions du Prophète fonctionnent autant à partir de la relique – la sandale – qu’à partir des images produites d’après celle-ci.

Le désir de répliquer l’image de la sandale rappelle les écrits de Walter Benjamin sur la reproductibilité technique des œuvres d’art. Si pour le théoricien moderne, la reproduction technologique diminue l’aura sacrée de l’œuvre, dans le monde islamique, le fait de copier la sandale amplifie l’aura de la relique. Les tracés transmettent les prédications des croyants en servant d’intermédiaire entre le musulman et la relique, bien avant l’apparition de l’impression et de la photographie. Ainsi, les techniques modernes ne modifient pas le regard ou le pouvoir donné à l’objet originel, elles augmentent simplement le volume et la rapidité des copies. 

Les sujets des conférences, peu abordés dans l’historiographie des arts de l’Islam, ont permis de mettre en exergue les objets porteurs de dévotion en insistant sur leur fabrication et leur statut dans le monde islamique. Il fut surprenant de constater à quel point les pratiques musulmanes et chrétiennes sont similaires. En effet, la reproduction des mesures de lieux saints, la transformation d’objets banals en objets sacrés par contact avec les sanctuaires ou l’ingestion de poussière à des fins curatives se retrouvent autant dans le christianisme que dans l’islam. Les objets fabriqués à proximité des sanctuaires permettent au pèlerin de ramener une partie de l’aura sacrée du site et de communiquer plus facilement avec le divin. Le choix de conférences thématiques révèle toutefois un ordre plus ou moins chronologique permettant de conclure sur la fausse croyance selon laquelle l’ère moderne fait face à de nouvelles problématiques. Pour F. B. Flood, les XIXe et XXe siècles s’inscrivent dans une longue tradition de reproductibilité, l’impression et la photographie constituant un accomplissement ultime des techniques de reproduction.

Fanny Roilette

Bibliographie : 

Finbarr Barry Flood, Technologies de dévotion dans les arts de l’Islam, Pèlerins, reliques et copies, Paris, Hazan, Louvre Editions, 2019.

Les conférences sont désormais mises à ligne sur la chaîne Youtube du musée du Louvre. 

Colloque international – Musée de Sousse – 6-7-8 mars 2020 – L’inachevé dans les arts

Les 6, 7 et 8 mars prochain, la ville de Sousse (Tunisie) abritera un colloque international qui se penchera, à travers les communications d’artistes et d’experts de plusieurs pays, sur une question de plus en plus prégnante dans le monde des arts : qu’entendons-nous aujourd’hui par “œuvre inachevée” ou “work in progress” ?

Organisé par le Centre international de recherche et de documentation sur les arts vivants et l’Unité de recherche sur les esthétiques et les pratiques des arts de Sousse, ce colloque international, qui se tiendra les 6, 7 et 8 mars prochain à Sousse, en Tunisie, se penchera sur une question de plus en plus prégnante dans le monde des arts : qu’entendons-nous aujourd’hui par “œuvre inachevée” ou “work in progress” ? Le «non finito» dans l’art, s’il avait eu du temps, de Michel Ange, un aspect anecdotique, achève aujourd’hui de constituer une véritable mouvance tant dans les galeries d’art, les fabriques du livre, le 7e art, les arts dramatiques avec des appellations souvent confondantes, devenues presque consacrées : esquisse, story bord, rushes, work in process, mise en bouche, mise en espace, première (en parlant de théâtre), œuvre en devenir.

Plus d’informations ici

Exposition – jusqu’au 9 mars 2020 – LE GRAND TOUR, VOYAGE(S) D’ARTISTES EN ORIENT, Les collections orientalistes du musée des Beaux-Arts de Dijon

Profitant des vingt ans anniversaires du festival Les Nuits d’Orient à Dijon, le musée des Beaux-Arts de Dijon a saisi l’opportunité de présenter la richesse de son fonds orientaliste. L’exposition explore la pratique des artistes du XIXe siècle d’entreprendre un voyage aux accents tant artistiques qu’initiatiques dans des régions lointaines.

Retrouvez toutes les informations en ligne
Visite gratuite !

Exposition Maroc : Une identité moderne – 15/02 – 14/06 – IMA Tourcoing

De tradition millénaire, la production populaire au Maroc de tapis, textiles, céramiques, bijoux, etc. témoigne d’une formidable créativité.
À travers des pièces d’artisanat et des œuvres modernes pour la plupart présentées pour la première fois en France, cette exposition raconte l’histoire d’une rencontre : celle de la créativité populaire marocaine et des artistes du Groupe de Casablanca : Farid Belkahia, Mohamed Melehi, Mohamed Chabâa, etc.

Plus d’infos ici

Rencontres de la Calligraphie 2020 !

LES INSCRIPTIONS POUR LES RENCONTRES SONT DÉSORMAIS CLOSES !
Pour tous ceux qui ne pourront pas nous rejoindre, un compte-rendu sera disponible sur le blog de l’association !

Continuer la lecture de « Rencontres de la Calligraphie 2020 ! »

Conférence – La place de la mosquée dans la ville française – 08/02/20 – Novae Architecture

19h-23h
Hôtel Normandy
7 rue de l’Echelle Paris 1

Inscriptions obligatoire et informations supplémentaires ici

Novae – Musulmans Architecture lance la première édition d’une série d’événements organisés pour échanger et proposer des solutions aux problématiques que les projets de construction de mosquées en France suscitent. 
Dans un souci de qualité architecturale et fonctionnelle, notre démarche réflexive consiste dans un premier temps à recueillir les avis des professionnels du domaine, des  institutionnels concernés par le sujet et des témoignages des usagers des mosquées. Au travers de nos différentes actions, notre objectif final est de créer une charte commune, qui facilitera ce process jusqu’à lors compliqué pour touts les parties professionnels et bénéficiaires.

Notre but est d’introduire notre sujet en discutant avec des intervenants de secteurs différents :
– L’organisme de gestion d’une mosquée pour nous éclaircir sur le fonctionnement interne et les défis quotidiens de la mosquée;
– Un architecte DPLG qui a travaillé sur plusieurs projets de mosquée en France, pour discuter des enjeux de la construction et de la gestion de chantier;
– Un architecte des bâtiments de France, pour nous initier à l’intégration d’un projet de mosquée dans une ville française et les relations humaines;
– Un ingénieur, professeur et chercheur à l’EPF pour nous inspirer à aller vers des projets écologiques, plus respectueux de l’environnement.

Séminaire Actualités de la recherche en histoire de l’art et archéologie islamiques – Sorbonne Université – 2020

Conférences organisées dans le cadre du séminaire d’Éloïse Brac de la Perrière (Sorbonne Université/CNRS, Orient & Méditerranée) en collaboration avec Sandra Aube (CNRS, CeRMI) et Maxime Durocher (Sorbonne Université)

Vendredi, 12h-14h Institut d’art et archéologie 3, rue Michelet, 75006 Paris Salle Doucet, 1er étage
Première séance le 14 février 2020 !

Ouvert à tous

Programme :

14 février 2020
Viola Allegranzi (Institut für Iranistik, Vienne)
L’épigraphie monumentale de Ghazni dans son contexte historique et culturel (Afghanistan, Xe-XIIe s.) : entre tradition et innovation

6 mars 2020
Élodie Vigouroux (CNRS, Orient & Méditerranée) Le complexe de Khirbat al-Dūsaq (Jordanie) : nouvelles données sur l’histoire et l’archéologie de la route médiévale du hajj

20 mars 2020
Mercedes Volait (CNRS / INHA, InVisu) Icônes et circuits commerciaux de la curiosité islamique en transit à Paris de 1865 à 1869

Jeudi 2 avril 2020, 17h-19h à l’INHA (2, rue Vivienne, 75002 Paris, salle Vasari)
Cailah Jackson (Oxford Centre for Islamic Studies) Calligraphers and Calligraphy in Late Medieval Rūm, 1270s-1370s

24 avril 2020
Thomas Lorain (Otto-Friedrich Universität Bamberg)
Fouilles du Rab‘-e Rashidi à Tabriz (Iran). Des sources à la réalité du terrain

15 mai 2020
Djamila Chakour (Institut du Monde Arabe) L’art moderne et contemporain dans les collections du musée de l’Institut du monde arabe : historique et composantes d’une collection

Exposition au Sharjah Calligraphy Museum ‘Music of Letters’ – jusqu’en mars 2020

Bahman Panahi, Musicalligraphy, Lines and points III, Acrylic on canvas, 105 x 120 cm, 2019 / Courtesy of Sharjah Museums Authority (SMA)

The exhibition ‘Music of Letters’ features more than 30 paintings in which Panahi, being trained in calligraphy as well as music, was inspired by different musical pieces.

More infos here

Sharjah Islamic Arts Festival – 11 Dec 2019 – 21 Jan 2020 – Sharjah Art Museum

The annual Islamic Arts Festival began in 1998 under the supervision and organisation of the Directorate of Art in the Department of Culture and Information, with the intention of exhibiting various kinds of traditional and contemporary Islamic arts. 
 Over its consecutive editions, the Festival was able to display different vibrant styles of Islamic Art through a selection of art projects illustrating the authenticity of Islamic Art and its ability to keep up with current artistic changes.
The Festival is one of the most renowned Islamic Art events in the region, and its events include local and international exhibitions, intellectual programmes, and interactive activities.  

Theme of the upcoming edition of Islamic Arts Festival (Prospect)

More infos

7e Colloque annuel du Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO) – « Images et imaginaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord » — Hôtel de Ville de Paris et EHESS (Campus Condorcet), 23-24/01/2020

Programme complet ici

Appel à participation – École thématique « Genre, féminisme et post-colonialisme au Maghreb et au Moyen-Orient », Tunis, 16-20 mars 2020.

Date limite d’inscription : 3 janvier 2020.
Date limite d’envois des textes des participants : 6 mars 2020

Programme et informations ici

Pour envoyer les documents d’inscription

Séminaire – 33rd LHF gathering in London with guest speaker Prof Doris Behrens-Abouseif – Cairo through the lens of pilgrims and explorers from the Middle Ages to Napoleon

Date And Time
Wed, 15 January 2020
18:30 – 20:30 GMT

Location
Egyptian Cultural Centre and Education Bureau
4 Chesterfield Gardens
London
W1J 5BG
United Kingdom

Flyer and informations here

La mosquée de l’émir Shakib Arslan, Moukhtara (Liban), 2016.

La mosquée de l’émir Shakib Arslan, Moukhtara (Liban), 2016. 
Pierre, acier blanc, métal
100 m2
Moukhtara, région du Chouf, Liban

Vue de l’entrée : on y lit « Allah » et « Al-Insan »
© LE.FT

La mosquée de l’émir Shakib Arslan s’élève dans le paysage montagneux du Chouf comme un bâtiment surprenant depuis 2016. Le Chouf est un district du Liban, qui compte une majorité de ressortissants druzes. Les druzes forment une branche hétérodoxe de l’Islam qui naît sous le règne du calife fatimide al-Hakim (996-1021, Egypte). À la fin de sa vie, ce dernier déclare relever d’une incarnation divine. Autour du vizir d’al-Hakim, al-Darazi, se forme une collectivité ayant pour point commun cette croyance autour du caractère divin du calife. La petite communauté des druzes est dispersée majoritairement entre la Syrie et le Liban. Malgré son faible nombre de ressortissants, au Liban, le système politique actuel veut que chaque confession soit représentée par un élu du gouvernement. 

Continuer la lecture de « La mosquée de l’émir Shakib Arslan, Moukhtara (Liban), 2016. »