Étude d’une peinture montrant Majnûn au désert, issue d’un manuscrit contenant le Haft Âwrang de Jâmî (seconde moitié du XVIsiècle, Iran), Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a

Haft Âwrang de Jâmî, seconde moitié du XVIe siècle, Iran, Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a
© https://digital.bodleian.ox.ac.uk/objects/dab179f1-21bb-4dfd-a14b-b6d3a534e6ed/

Les origines de l’histoire de Leylî et Majnûn demeurent floues. Pour André Miquel, elle est inspirée de tribus évoluant dans le désert d’Arabie au VIIe siècle de notre ère et parmi lesquelles circulent des poèmes chantant un amour parfait et impossible. Cette histoire, évoquée au sein de plusieurs sources arabes, conserve une trame sensiblement identique : un jeune homme du nom de Qeys Ibn al-Mulawwah, appartenant à la tribu des Banû Âmîr, tombe amoureux de sa belle cousine. Il ne peut cependant s’empêcher de chanter son amour pour elle, à l’encontre des règles des tribus bédouines qui imposent le silence avant l’union. Celui que l’on nomme dorénavant Majnûn, en raison de la folie dans laquelle il sombre, se voit donc refuser la main de sa bien-aimée. Peu à peu, il se retire du monde pour vivre entouré d’animaux et meurt finalement d’épuisement. 

Continuer la lecture de « Étude d’une peinture montrant Majnûn au désert, issue d’un manuscrit contenant le Haft Âwrang de Jâmî (seconde moitié du XVIsiècle, Iran), Bodleian Library, MS. Elliott, folio 252a »

Base de données – Boiseries de la période timouride en Iran et en Asie centrale

Le projet visait à analyser et à interpréter une collection substantielle d’un type spécifique de culture matérielle produite en Iran et en Asie centrale, principalement pendant la période timuride (environ 1370 à environ 1510). Alors que seuls quelques exemples provenant d’un contexte séculier ont survécu, la majeure partie du matériel, principalement des portes, des grilles (mashrabiyas), des minbars et des cénotaphes, appartient ou a appartenu à des bâtiments religieux, des mosquées, des madrasas et des mausolées. Ces derniers sont souvent des sanctuaires de descendants d’Imams, répartis dans tout l’Iran, mais avec une forte concentration dans les provinces septentrionales de Mazandaran et Gilan, riches en arbres et donc en bois. De nombreux objets contiennent des inscriptions plus ou moins longues fournissant, outre des textes religieux (Coran, Hadiths, etc.), des informations historiques telles que le nom du commanditaire, le(s) nom(s) du(des) ouvrier(s) du bois (najjār) et la date de production de l’objet, ce qui permet de préparer un cadre de travail daté du XIVe au XVIe siècle. Au-delà de son approche historique et de l’histoire de l’art, ce projet a également un aspect lié au patrimoine : la « protection virtuelle » du matériel qui a été et est toujours sous la menace permanente d’être négligé, trop restauré ou volé.

Continuer la lecture de « Base de données – Boiseries de la période timouride en Iran et en Asie centrale »

La mosquée-mâristân de Divriği

© Umut Özdemir, Ministry of Culture and Tourism

Depuis 1071 et la bataille de Mantzikert, les Seldjoukides, puis la branche locale nommée Seldjoukides de Rûm (du nom de la Roumélie, région historique englobant l’actuelle Turquie et les Balkans) dominent la région anatolienne. Ils sont secondés par plusieurs dynasties vassales, dont les Mendjudjékides, alors qu’une autre partie du territoire reste aux mains des Byzantins. Dans ce contexte géographique complexe, les influences mutuelles se croisent, entre héritage arménien, byzantin et syrien, pour créer des monuments uniques à l’instar de la mosquée-mâristân de Divriği, construite en 1229.

Continuer la lecture de « La mosquée-mâristân de Divriği »

Un calligraphe à la cour safavide : ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī

Un artiste œuvrant pour Shāh ‘Abbās Ier

‘Alī-Rezā ‘Abbāsī est né à Tabriz, au milieu du XVIème siècle. En 1585, en raison de l’invasion ottomane, il quitte sa ville natale pour Qasvīn. Il y étudie la calligraphie sous l’égide de deux grands maîtres, ‘Alā-al-Din Tabrizi et Mohammad Hoseyn Tabrīzī avant d’entrer au service du général Farhād Khān Qarāmānlu. 

Continuer la lecture de « Un calligraphe à la cour safavide : ‘Alī-Rezā ‘Abbāsī »

Call for Paper – Expanding Islamic Art Historiography: The 1873 Vienna World’s Fair Conference, November 12–13, 2021, University of Vienna, Deadline : 18 apr. 2021

CfP: This conference aims to look at the Vienna Fair as an intersection of processes and phenomena that contributed to Islamic art historiography. As the sesquicentennial is approaching, theconference will explore the Fair as spaces for exhibiting Islamic arts and architecture, for their commercial and artistic reception, and for setting scholarship in motion.

Looking through the lens of the Fair and investigating its making and impact reveals processes that contributed to perceiving and categorising, collecting and studying, institutionalising and commercialising Islamic art, within international, national, and local perspectives.

Continuer la lecture de « Call for Paper – Expanding Islamic Art Historiography: The 1873 Vienna World’s Fair Conference, November 12–13, 2021, University of Vienna, Deadline : 18 apr. 2021 »

Enjeux autour de la production de Farid Belkahia

Dans l’histoire des modernités, Farid Belkahia (1934-2014) est l’un des artistes ayant marqué l’art contemporain marocain. Comme beaucoup de personnalités de sa génération, sa démarche est fondée sur la quête d’une symbiose entre les héritages passés et les expérimentations que l’on peut en faire à travers l’art visuel. Belkahia ayant circulé entre l’Europe et le Maroc, ses expériences soulignent l’historicité de son œuvre et ce à travers les sujets abordés, les techniques, les matériaux, mais également le rôle qu’il a joué au sein de l’École des beaux-arts de Casablanca. 

Continuer la lecture de « Enjeux autour de la production de Farid Belkahia »

« Combat de lance entre Rostam et Isfandiyar », Page d’un Shâhnâmeh, début du XVIIe siècle Mss. Supp. Persan 490, folio 260v., BnF

Combat de lance entre Rostam et Isfandiyar, page de Shâhnâmeh, début du XVIIe siècle, Shiraz ou Ispahan, Iran., Mss. Supplément persan 490 folio 260v. Bibliothèque Nationale de France. 225 x 480 mm.
© Gallica, BnF

La page ici présentée est un folio d’une copie d’un manuscrit du Shâhnâmeh. Il s’agit du Supplément Persan 490 entré dans les collections de la Bibliothèque Nationale au cours des premières années du XIXe siècle. Il date probablement du début du XVIIe siècle, et a été réalisé dans un atelier safavide, au cours du règne de Shah Abbas (1587-1629). 

Continuer la lecture de « « Combat de lance entre Rostam et Isfandiyar », Page d’un Shâhnâmeh, début du XVIIe siècle Mss. Supp. Persan 490, folio 260v., BnF »

Call for Articles – Brill’s Encyclopaedia of the Quran Online

Brill’s Encyclopaedia of the Quran Online (https://brill.com/view/db/eqo), edited by Johanna Pink (Universität Freiburg), is the world’s foremost digital historical-critical reference work on the Quran. We are seeking professional scholars with demonstrable expertise in a variety of disciplines for the expansion and updating of the Encyclopaedia.

Since the printed volumes of Brill’s Encyclopaedia of the Quran appeared in 2001-2006, the larger field of Quranic Studies has expanded considerably. To account for the explosion of new research related to the Quran, the Encyclopaedia of the Quran Online (EQO) will be adding new articles and updating older entries. If your field of study and expertise appears below, or you feel your research should be addressed by the EQO, please reach out to the relevant members of the editorial board.

Continuer la lecture de « Call for Articles – Brill’s Encyclopaedia of the Quran Online »

La Wade Cup

La « Wade Cup », 1200-1221, laiton incrusté d’argent, Iran, XIIIe siècle, H. 11,5 cm / D. 16,1 cm, Cleveland, Cleveland Museum of Art. 
Numéro d’inventaire: 1944. 485 
© The Cleveland Museum of Art

   La Wade Cup du musée de Cleveland, nommée d’après l’homme qui en a permis l’acquisition, est un objet important de l’histoire de l’art du métal islamique pour lequel il existe pourtant peu d’études. Cette coupe proviendrait du Khorasan, une région regroupant l’actuel Iran du Nord et une partie de l’Afghanistan, et daterait du début du XIIIe siècle. Il s’agit d’une large coupe de laiton incrusté d’argent, de 11 centimètres de hauteur et de 16 centimètres de diamètre environ. Elle se caractérise par la richesse de ses décors, ornant l’intérieur et l’extérieur de la pièce. 

Continuer la lecture de « La Wade Cup »

La chemise talismanique de la Khalili Collection

Chemise talismanique (libâs al-taqwâ), Asie centrale, Transoxiane ou Khwarezm, Fin du XVIIe– XVIIIe siècle ; Coton imprimé et peint ; H: 177 cm, L max : 122 cm, Tour de taille : 33 cm ; N. D. Khalili collection, inv. No. TXT 230.
© Khalili collection

Les tuniques talismaniques sont des objets produits en nombre dans la totalité du monde islamique : elles sont un support de choix à la protection contre les maladies, les accouchements difficiles et les morts subites dues au combat.

Continuer la lecture de « La chemise talismanique de la Khalili Collection »

Compte-rendu de Finbarr Barry Flood, Gülru Necipoğlu (éds.), A Companion to Islamic Art and Architecture, John Wiley & Sons Inc. , 2017

Détail de la couverture du tome I

A companion to Islamic Art and Architecture a été publié en 2017 sous la direction de Finbarr Barry Flood, professeur à l’Institut des Beaux-Arts et au département d’Histoire de l’Art de l’Université de New-York, et Gülru Necipoğlu, professeur d’Art Islamique au département d’Histoire de l’Art de l’université d’Harvard. Cet ouvrage se veut d’un genre nouveau : il est constitué de deux importants volumes, chacun divisés en quatre grandes parties, ouvertes par une courte introduction et réunissant plusieurs articles, en nombres et quantités variables, pour la plupart illustrés. Une liste des illustrations, des cartes, ainsi que des contributeurs est fournie en début d’ouvrage. Ce morcellement clair est indispensable au sein d’un ouvrage de cette dimension, et suit une chronologie assez précise, notamment à travers l’utilisation de nouvelles bornes temporelles, précédemment définies par G. Necipoğlu et nommées time-zones, qui n’excèdent pas plus de deux siècles et demi, intègrent les périodes modernes et contemporaines, et de ce fait contrent l’idée d’une chronologie monolithique de l’art islamique. Ce nouveau découpage se veut tout de même classique, en gardant les jalons historiques retenus par l’historiographie (avènement de la dynastie abbasside, prise de Bagdad par les Turcs Seldjoukides, puis par les Mongols, morcellement de l’empire de Tamerlan…), mais aide, par sa précision, à une meilleure compréhension, pour un public qui se doit tout de même d’être averti. Les cinquante contributions sont autant d’accès différents à des sujets très vastes, menés par d’importantes figures du paysage scientifique actuel : de l’art du livre à celui de la céramique, en passant par l’architecture et l’urbanisme, ou encore la muséologie, et des thèmes aussi variés qu’histoire des religions et pratiques de la magie. Chaque article est accompagné d’une bibliographie souvent précise et riche, quoique parfois inégale au sein de textes comparatifs. Un nouveau spectre de possibilités est offert, les différents thèmes étant traités au sein d’aires géographiques et d’ères temporelles revisitées, ne négligeant plus les périodes et zones « secondaires » de la civilisation islamique telles que la période contemporaine, ou l’Asie du Sud-Est par exemple. Les auteurs ayant offert leur contribution s’intéressent aux ruptures et échanges culturels inter-dynastiques, reléguant de ce fait l’aspect « médiévalisé » des arts de l’Islam. Le traitement de l’art islamique des périodes moderne et contemporaine n’est pas négligé, et ce nouveau canon, plus ouvert, permet une nouvelle compréhension de la nature de la contemporanéité des arts de l’Islam. L’ouvrage vise à fournir de nouveaux modes de compréhension et d’analyse, à la suite d’études récentes menant les chercheurs à s’interroger sur la place et la crédibilité des grandes idées sur lesquelles s’est construite l’historiographie de la discipline.

Continuer la lecture de « Compte-rendu de Finbarr Barry Flood, Gülru Necipoğlu (éds.), A Companion to Islamic Art and Architecture, John Wiley & Sons Inc. , 2017 »

L’impact des guerres sur le patrimoine national : l’exemple du MS Iran, Mashhad, IRSL 4316

MS. Iran, Masshad, IRSL 4316, ff. NR, 2250 fol., 466/1073-74, 260X200mm
©Image reproduite dans : LINGS Martin, 2005, p. 57, no.15.

En 1976, l’historien iranien Aḥmad Gulchīn-Ma‘ānī (1918-2000) publie un article concernant la découverte d’un manuscrit coranique richement enluminé. Il le définit comme « un merveilleux chef d’œuvre du Vème siècle de l’hégire ». Il s’agit du Coran de ‘Uthmān ibn al-Ḥusayn ibn Abī Sahl al-Warrāq al-Ghaznavī, connu sous le nom d’Abū ‘Umar. Ce Coran est actuellement conservé à la bibliothèque du sanctuaire d’Imām Rizā, situé à Mashhad en Iran, sous le numéro 4316. Il a été exécuté dans la région du Khorasan entre 462 et 466/1070-1073-4 et se compose de trente juz’ ou volumes, chacun contenant environ soixante-quinze folios, sur un total estimé à 2 250 folios. De format rectangulaire vertical, il mesure environ 260 × 200 mm. Il est écrit en « Nouveau style », à l’encre noire sur papier, et contient cinq lignes de texte par folio. La reliure est en cuir brun avec un rabat. Elle est estampée d’une mandorle entre la reliure, les nerfs et la bordure. Le numéro de chaque volume est estampé en écriture angulaire. Chaque juz’ porte un colophon au nom de ‘Uthmān ibn al-Ḥusayn al-Warrāq, à l’exception du vingt-troisième qui a été copié par Muḥammad ibn ‘Uthmān ibn al-Ḥusayn al-Warraq. 

Continuer la lecture de « L’impact des guerres sur le patrimoine national : l’exemple du MS Iran, Mashhad, IRSL 4316 »

Identité nationale et islam en Indonésie et Malaisie

Aujourd’hui, en Asie du Sud-Est, se pose la question de l’identité nationale, du fait de la richesse des cultures et de la diversité des ethnies vivant dans la région. Ces circonstances ont créé une réelle difficulté pour fusionner ces peuples après leur indépendance respective. Ainsi, comment l’islam a-t-il participé, ou non, à l’unification de l’Indonésie et de la Malaisie, deux pays possédant une population à majorité musulmane? Comment cela a-t-il influencé la politique culturelle de ces pays?

Vue de Jakarta
© Anaïs Dolz
Continuer la lecture de « Identité nationale et islam en Indonésie et Malaisie »

Le médaillon ilkhanide de la David Collection, Copenhague

Médaillon, Irak ou ouest de l’Iran, 1re moitié du XIV
Tapisserie. Soie, coton, fils d’or
Diamètre : 69 cm
Copenhague, The David Collection, inv. 30/1995
© David Collection

Le médaillon de la David Collection est un document précieux pour l’étude des textiles islamiques médiévaux, rarement conservés. La pièce est une tapisserie de forme circulaire alliant fils de soie, coton et fils d’or. Elle présente un décor constitué de deux frises concentriques encerclant un médaillon central. Celui-ci est orné d’un personnage assis en tailleur – un prince – sur un trône surmonté d’un parasol. Il forme l’axe de symétrie du reste de la composition. Deux personnages se situent en effet de part et d’autre du prince et se tournent vers lui : l’un présente des traits mongols – visage rond, sourcils arqués, yeux en amande – tandis que l’autre est de type arabe ou persan – moustache et barbe, turban.. Richement vêtus, ils sont probablement des figures de haut rang. Le reste du médaillon est orné de motifs végétaux et animaliers comprenant des poissons, des oiseaux et une tortue. Les frises sont quant à elle constituées d’animaux courants sur un fond végétal, parfois séparés par des médaillons circulaires ornés de musiciens.  

Continuer la lecture de « Le médaillon ilkhanide de la David Collection, Copenhague »

Le Coran dit Qarmate

Le Coran dit Qarmate est aujourd’hui dispersé dans plusieurs collections européennes et américaines. Son format remarquable, la maitrise de l’art de la calligraphie et du décor font de lui un manuscrit d’exception. Il a probablement été exécuté en Asie Centrale au V-VIème/XI-XIIème siècle et se compose de trente volumes, chacun contenant environ soixante-quinze folios. De format rectangulaire vertical, il mesure environ 340×240 mm. Ce Coran est écrit en « Nouveau style », à l’encre noire sur papier, et contient quatre lignes de texte par folio. Ce style d’écriture a été fréquemment utilisé dans la région du Khorasan au IXème siècle pour orner des céramiques et des plats qui comportent des textes profanes. L’identification textuelle révèle que tous les folios conservés proviennent de la cinquième et la sixième sourate du Coran. 

Continuer la lecture de « Le Coran dit Qarmate »