L’islamisation des sociétés des premiers siècles de l’islam à travers l’étude des pierres tombales.

Pierre tombale de ‘Abd al-Raḥmān ibn Ḫayr al-Ḥaǧrī, Égypte, VIIe siècle.
Calcaire sculpté.
Inscription en coufique primitif.
Museum of Islamic art, Le Caire, Égypte. 
n°d’inventaire MIA no. 1508/20  

Au nom de Dieu,le Clément, le
Miséricordieux.
Cette tombe appartient à ‘Abd
al-Raḥmān ibn Ḫayr al-Ḥaǧrī.
Pardonne-lui, ô Dieu, et donne lui accès [au
paradis] par ta miséricorde, et laisse nous y
entrer avec lui.
Demandez pardon pour lui à chaque lecture
de cette inscription et dîtes Amen.
Cette inscription fut écrite en Jumāda II
de l’année 31 [janvier ou février 652].

L’étude du processus d’islamisation des sociétés des premiers temps de l’islam au lendemain des conquêtes se révèle être un travail difficile pour l’historien. Comprendre le processus par lequel s’est opérée la « transition des sociétés pré-islamiques vers l’Islam » et la manière dont s’est forgée la dynamique identitaire de la société islamique -ainsi que ses limites- est rendu ardu par la question des sources textuelles, tardives au regard de l’époque concernée. Étudier l’Islam des premiers temps, ne peut se faire sans une extrême vigilance à l’égard des sources musulmanes, à savoir des récits retraçant les origines d’un empire dans lequel les normes sociales, religieuses et juridiques islamiques sont héritées d’un terreau socio-culturel mixte. Religion d’empire, l’islam -ou les islams- pratiqué(s) par les peuples musulmans des IXème et Xème siècles diffère(nt) de celui des musulmans des trois premiers siècles de l’hégire dont la pratique et la spiritualité furent imprégnées des judaïsmes, christianismes, zoroastrismes et autres croyances orientales de l’Antiquité tardive. La religion musulmane serait de fait, d’après certains historiens tels que Crone, Cook ou encore Wansbrough, le produit d’un syncrétisme d’éléments judaïques et chrétiens dont l’héritage antique fut blanchi par les sources arabes dans le but de cristalliser le message divin transmis aux différents prophètes et de mieux renforcer le statut d’exception de l’islam. Dans la société primitive musulmane qui était de fait une société de conquêtes unissant des peuples de différents héritages antiques, il est clair que la conception de l’identité islamique différait de celle présentée par les sources écrites médiévales. 

Continuer la lecture de « L’islamisation des sociétés des premiers siècles de l’islam à travers l’étude des pierres tombales. »

Visite virtuelle : Mosquée Al-Fath, Le Caire

Prolongez les expériences virtuelles déjà proposées par l’APAMi avec la visite de la Mosquée Al-Fath du Caire !

Continuer la lecture de « Visite virtuelle : Mosquée Al-Fath, Le Caire »

[Carte interactive] Sur les pas d’un sultan ottoman

© Facsimilefinder

L’été 1534, les troupes du sultan Soliman le Magnifique quittent Constantinople pour conquérir Bagdad, Tabriz et Alep. Le peintre Matrakçı Nasuh a décrit son voyage de deux ans dans les moindres détails. Facsimilefinder en a fait une carte interactive !

Continuer la lecture de « [Carte interactive] Sur les pas d’un sultan ottoman »

Call for application/Poste à pourvoir : Chercheur associé au Museum für Islamische Kunst im Pergamonmuseum, Berlin – Date limite : 26/03/20

Veuillez envoyer vos documents de candidature significatifs uniquement par écrit (pas de courrier électronique ni de supports de données électroniques) en spécifiant le numéro de code
SMB-ISL-1-2020 avant le 26 mars 2020 à:

Stiftung Preußischer Kulturbesitz, Personalabteilung, Sachgebiet I 1 d,
Von-der-Heydt-Str. 16-18, 10785 Berlin

Les demandes ne peuvent être retournées que si une enveloppe timbrée est incluse.

Domaine de responsabilité:

Continuer la lecture de « Call for application/Poste à pourvoir : Chercheur associé au Museum für Islamische Kunst im Pergamonmuseum, Berlin – Date limite : 26/03/20 »

XXIIème Journée Monde Iranien – 27 mars 2020 – Inalco

La Journée Monde Iranien est organisée chaque année à l’occasion du nouvel an iranien par les membres de l’unité de recherche sur le monde iranien du CNRS, de la Sorbonne Nouvelle, de l’INaLCO et de l’EPHE. Cette journée est consacrée à l’actualité de la recherche sur le monde iranien.

 
La XXIIe édition de la Journée Monde Iranien aura lieu le vendredi 27 mars 2020, à l’auditorium de la BULAC.

27 mars 2020
Lieu : Auditorium du Pôle Langues et Civilisations
65, rue des Grands Moulins 75013, Paris

Programme

Continuer la lecture de « XXIIème Journée Monde Iranien – 27 mars 2020 – Inalco »

Compte-rendu des conférences de Finbarr Barry Flood – Technologies de dévotion dans les arts de l’Islam – La Chaire du Louvre – Septembre-Octobre 2019

Invité à présider la Chaire du Louvre à l’automne 2019, Finbarr Barry Flood présenta à cette occasion un cycle de cinq conférences autour des problématiques liées aux technologies de dévotion dans les arts de l’Islam. Professeur à l’Université de New York, ses recherches portent principalement sur l’histoire et l’historiographie de l’art islamique, la théorie de l’image et les représentations.

L’expression « technologie de dévotion » peut s’avérer déroutante car peu usitée ; elle concerne selon F. B. Flood l’application des connaissances technologiques à des fins sacrées. Les conférences avaient pour principal objectif de définir les objets porteurs de dévotion, d’expliquer leur système de production et d’évoquer le statut de la copie dans le cadre de la religion musulmane et la civilisation islamique. 

Poires de poussière compactée, provenant de l’intérieur de la Kaaba
© Khalili Collection

La première conférence, intitulée « Prendre la mesure », permit de poser les fondements de la réflexion de F. B. Flood et de comprendre en quoi le phénomène de copie est plus complexe que l’imitation formelle à laquelle le monde occidental est habitué. En effet, si la reproduction des lieux saints chrétiens est bien documentée, peu de monuments islamiques reproduisent la forme cubique de la Ka’ba, édifice central autour duquel les musulmans déambulent lors du pèlerinage à la Mecque. Or, les sources textuelles mentionnent de nombreuses tentatives de reproduction de ce lieu saint. Plutôt que de dupliquer la forme cubique, les architectes ont préféré évoquer la Ka’ba en copiant certaines de ses mesures comme le nombre de coudées ou le nombre de portes. Les dimensions apparaissent alors autant voire plus importantes que l’apparence visuelle. C’est le cas de la mosquée de Sankoré au Mali, construite à partir d’un bout de corde ayant servi à mesurer les dimensions exactes de la Ka’ba. Le fait de copier fidèlement les dimensions de l’édifice investit le monument de la nature sacrée de la Mecque et rappelle le caractère obligatoire du pèlerinage, tout en servant possiblement de substitut de la Ka’ba pour ceux ne pouvant se rendre à Jérusalem. Ces copies peuvent également posséder un rôle didactique afin de préparer à l’avance les rites propres et complexes du pèlerinage. 

Ainsi, le contact physique avec le sol des sanctuaires sacrés transforme les matériaux les plus banals. Si le cordon ayant servi à mesurer les dimensions de la Ka’ba revêt un caractère sacré, il en va de même pour la poussière ramassée lors du nettoyage des sanctuaires, sujet au cœur de la deuxième conférence. Grattée sur les murs ou récupérée sur le sol, la poussière était ensuite moulée en forme de petits cônes ou en pastilles d’argile estampillés de mots et d’images non figuratives. Cette pratique, apparue à la période médiévale, est de nos jours encore utilisée dans les lieux de pèlerinages musulmans, notamment chiites, et dérive d’une pratique chrétienne datant de l’Antiquité tardive. Les usages des cônes et des jetons d’argile sont multiples : souvenirs de pèlerinage, ils sont également investis d’une partie de l’aura sacrée du lieu. Certains sont par ailleurs utilisés comme amulettes ou remèdes. En grattant les pastilles, la poudre obtenue est mélangée à de l’eau puis ingérée en tant que médicaments. Ces objets sont réputés efficaces notamment en cas de morsures d’animaux venimeux (serpent, scorpions) ou de maladies oculaires. Les lieux de pèlerinage transforment ainsi la matière première en substance magique capable de guérir ou protéger le croyant.

Mais les jetons d’argile ne sont pas les seuls éléments efficaces pour guérir les maux. Dès le début du XIIe siècle sont produites des coupes en laiton ou en bronze destinées à ingérer de l’eau à des fins curatives ou prophylactiques. Ces pièces, désignées sous le terme « coupes magico-médicinales », étaient gravées de versets coraniques et de symboles magiques : soleils, lunes, ou encore figures du zodiaque. Selon F. B. Flood, le contact de l’eau sur le métal active les inscriptions et les motifs gravés et donne au contenu de la coupe un pouvoir de guérison à celui qui l’ingère. La datation et la provenance précises de ces coupes restent sujets à débats : certaines pièces portent la date 580 de l’Hégire (1184) ; néanmoins, les variations iconographiques suggèrent une production s’étalant sur plusieurs siècles. Ainsi, la présence d’une date unique symboliserait la reproduction à partir d’un même modèle. 

Coupe magico-médicinale en laiton moulé portant des traces d’incrustations en argent (détail). L’inscription sur la base indique qu’elle a été produite à La Mecque en 580 / 1184
© The al-Sabah Collection, Dar al-athar al-Islamiyyah, Kuwait

Les deux dernières conférences avaient pour principal thème les relations entre l’original et la copie. Transformées par le contact avec le corps de Muhammad, les sandales du Prophète devinrent de véritables reliques. L’une d’entre elle, conservée à Damas à la période médiévale, fut à de nombreuses reprises posée sur des feuilles de parchemins pour en tracer le contour. Ces tracés, copiés à leur tour, entraînent une série de dessins accompagnés de chaînes écrites de transmission, fonctionnant ainsi comme une garantie de leur authenticité. Les contours des sandales se retrouvent sur plusieurs supports : parchemins, rouleaux de pèlerinages, chemises talismaniques portées sous les armures ottomanes ou ‘alam (enseignes processionnelles). La sandale est chargée par les musulmans d’un pouvoir talismanique, qui s’active en touchant l’objet ou en frottant son image. Ainsi, les bénédictions du Prophète fonctionnent autant à partir de la relique – la sandale – qu’à partir des images produites d’après celle-ci.

Le désir de répliquer l’image de la sandale rappelle les écrits de Walter Benjamin sur la reproductibilité technique des œuvres d’art. Si pour le théoricien moderne, la reproduction technologique diminue l’aura sacrée de l’œuvre, dans le monde islamique, le fait de copier la sandale amplifie l’aura de la relique. Les tracés transmettent les prédications des croyants en servant d’intermédiaire entre le musulman et la relique, bien avant l’apparition de l’impression et de la photographie. Ainsi, les techniques modernes ne modifient pas le regard ou le pouvoir donné à l’objet originel, elles augmentent simplement le volume et la rapidité des copies. 

Les sujets des conférences, peu abordés dans l’historiographie des arts de l’Islam, ont permis de mettre en exergue les objets porteurs de dévotion en insistant sur leur fabrication et leur statut dans le monde islamique. Il fut surprenant de constater à quel point les pratiques musulmanes et chrétiennes sont similaires. En effet, la reproduction des mesures de lieux saints, la transformation d’objets banals en objets sacrés par contact avec les sanctuaires ou l’ingestion de poussière à des fins curatives se retrouvent autant dans le christianisme que dans l’islam. Les objets fabriqués à proximité des sanctuaires permettent au pèlerin de ramener une partie de l’aura sacrée du site et de communiquer plus facilement avec le divin. Le choix de conférences thématiques révèle toutefois un ordre plus ou moins chronologique permettant de conclure sur la fausse croyance selon laquelle l’ère moderne fait face à de nouvelles problématiques. Pour F. B. Flood, les XIXe et XXe siècles s’inscrivent dans une longue tradition de reproductibilité, l’impression et la photographie constituant un accomplissement ultime des techniques de reproduction.

Fanny Roilette

Bibliographie : 

Finbarr Barry Flood, Technologies de dévotion dans les arts de l’Islam, Pèlerins, reliques et copies, Paris, Hazan, Louvre Editions, 2019.

Les conférences sont désormais mises à ligne sur la chaîne Youtube du musée du Louvre. 

Exposition – jusqu’au 9 mars 2020 – LE GRAND TOUR, VOYAGE(S) D’ARTISTES EN ORIENT, Les collections orientalistes du musée des Beaux-Arts de Dijon

Profitant des vingt ans anniversaires du festival Les Nuits d’Orient à Dijon, le musée des Beaux-Arts de Dijon a saisi l’opportunité de présenter la richesse de son fonds orientaliste. L’exposition explore la pratique des artistes du XIXe siècle d’entreprendre un voyage aux accents tant artistiques qu’initiatiques dans des régions lointaines.

Retrouvez toutes les informations en ligne
Visite gratuite !

Exposition – Furûsiyya, l’art de la chevalerie entre Orient et Occident – Louvre Abu Dhabi – 19/02 – 30/05

Casque turban, Aq-Qoyunlu ou Ottoman, Turquie, 1450–1500, Louvre Abu Dhabi
© Department of Culture and Tourism – Abu Dhabi / Photo by : Thierry Ollivier

Cette exposition majeure explore les liens uniques et extraordinaires entre la furûsiyya orientale et la chevalerie en occidentale, révélant les origines de l’émergence d’une classe et d’une culture chevaleresques dans l’Orient islamique et l’Occident chrétien.

Continuer la lecture de « Exposition – Furûsiyya, l’art de la chevalerie entre Orient et Occident – Louvre Abu Dhabi – 19/02 – 30/05 »

Reprise des séminaires « Entre Orient et Occident : arts, patrimoine, cultures » – EHESS – IISMM – L’Idée de la nature

Lieu : IISMM, 96 Blvd. Raspail, 75006 Paris

Continuer la lecture de « Reprise des séminaires « Entre Orient et Occident : arts, patrimoine, cultures » – EHESS – IISMM – L’Idée de la nature »

Conférence – L’Islam au Palais Saint-Pierre: La publication de la collection islamique du Musée des Beaux-Arts de Lyon

Jeudi 26 mars
9h30-12h30
Séminaire des Médiévistes Lyon
Université de Lyon (UDL) | Amphithéâtre

Viola ALLEGRANZI (Université Paris 3)
Sandra AUBE LORAIN (CNRS, UMR 7528 Mondes iranien et indien)
Eloïse BRAC DE LA PERRIÈRE (Sorbonne-Université)
Salima HELLAL (Musée des Beaux‑Arts de Lyon)
Francis RICHARD (CNRS, UMR 7528 Mondes iranien et indien)

Programme ici

Call for proposals – Culture Made in Arabia: The Arabian Peninsula as a new major player on the Arab cultural scene an International -Conference October 31st – November 1st, 2020.

Call for Papers International Conference Culture Made in Arabia. The Arabian Peninsula as a new major player on the Arab cultural scene.
October 31st – November 1st, 2020 (CEFAS / Sorbonne Abu Dhabi / New York University Abu Dhabi.
Conveners : Laure Assaf, Clio Chaveneau, Frédéric Lagrange.
Deadline : April 15, 2020.

Programme et informations ici

Reprise du séminaire Histoire de l’art, Université de Genève – Initiation au monde artistique iranien: De l’occidentalisme à l’occidentalisation : La peinture persane du XVIe siècle à nos jours – Negar Habibi

Vendredi, tous les 15j – 12h-16h
Université de Genève
Cours public

Plus d’infos

Exposition – Muslim with Christians & Jews : Covenants & Coexistence – Jackson, Mississippi, EU

Prolongation de l’exposition au IMMC !

The International Museum of Muslim Cultures (IMMC) will premiere “Muslims with Christians and Jews: An Exhibition of Covenants and Coexistence,” the most consequential project in the museum’s history. One of the goals of the Exhibit is to help visitors discover what Islam, Christianity, and Judaism have in common and build bridges of understanding.

The exhibit explores the historical and current relationship between Islam and America, highlighting the positive views of our Founding Fathers on Islam, and what they knew and said about Islam. This theme is further explored through the struggle for freedom in America, featuring the voices of African Americans Muslims, and connecting this struggle to today’s Islamophobia, immigrants rights, Black Lives Matter, and the continuing struggle for civil and human rights in the United States of America.

LOCATION : 101 E Capitol St, Jackson, MS 39201

VISITING HOURS : Tuesday – Saturday: 10:00 am – 5:00 pm
Sunday: 01:00 pm – 5:00 pm

WEBSITE & CONTACT

Séminaire Actualités de la recherche en histoire de l’art et archéologie islamiques – Sorbonne Université – 2020

Conférences organisées dans le cadre du séminaire d’Éloïse Brac de la Perrière (Sorbonne Université/CNRS, Orient & Méditerranée) en collaboration avec Sandra Aube (CNRS, CeRMI) et Maxime Durocher (Sorbonne Université)

Vendredi, 12h-14h Institut d’art et archéologie 3, rue Michelet, 75006 Paris Salle Doucet, 1er étage
Première séance le 14 février 2020 !

Ouvert à tous

Programme :

14 février 2020
Viola Allegranzi (Institut für Iranistik, Vienne)
L’épigraphie monumentale de Ghazni dans son contexte historique et culturel (Afghanistan, Xe-XIIe s.) : entre tradition et innovation

6 mars 2020
Élodie Vigouroux (CNRS, Orient & Méditerranée) Le complexe de Khirbat al-Dūsaq (Jordanie) : nouvelles données sur l’histoire et l’archéologie de la route médiévale du hajj

20 mars 2020
Mercedes Volait (CNRS / INHA, InVisu) Icônes et circuits commerciaux de la curiosité islamique en transit à Paris de 1865 à 1869

Jeudi 2 avril 2020, 17h-19h à l’INHA (2, rue Vivienne, 75002 Paris, salle Vasari)
Cailah Jackson (Oxford Centre for Islamic Studies) Calligraphers and Calligraphy in Late Medieval Rūm, 1270s-1370s

24 avril 2020
Thomas Lorain (Otto-Friedrich Universität Bamberg)
Fouilles du Rab‘-e Rashidi à Tabriz (Iran). Des sources à la réalité du terrain

15 mai 2020
Djamila Chakour (Institut du Monde Arabe) L’art moderne et contemporain dans les collections du musée de l’Institut du monde arabe : historique et composantes d’une collection

Islamic Archaeology Day 2020 – 01 February 2020 – SOAS and UCL

Location :
Room 612Institute of Archaeology
31-34 Gordon Square
LondonWC1H 0PY
United Kingdom

Program and Informations