L’impact des guerres sur le patrimoine national : l’exemple du MS Iran, Mashhad, IRSL 4316

MS. Iran, Masshad, IRSL 4316, ff. NR, 2250 fol., 466/1073-74, 260X200mm
©Image reproduite dans : LINGS Martin, 2005, p. 57, no.15.

En 1976, l’historien iranien Aḥmad Gulchīn-Ma‘ānī (1918-2000) publie un article concernant la découverte d’un manuscrit coranique richement enluminé. Il le définit comme « un merveilleux chef d’œuvre du Vème siècle de l’hégire ». Il s’agit du Coran de ‘Uthmān ibn al-Ḥusayn ibn Abī Sahl al-Warrāq al-Ghaznavī, connu sous le nom d’Abū ‘Umar. Ce Coran est actuellement conservé à la bibliothèque du sanctuaire d’Imām Rizā, situé à Mashhad en Iran, sous le numéro 4316. Il a été exécuté dans la région du Khorasan entre 462 et 466/1070-1073-4 et se compose de trente juz’ ou volumes, chacun contenant environ soixante-quinze folios, sur un total estimé à 2 250 folios. De format rectangulaire vertical, il mesure environ 260 × 200 mm. Il est écrit en « Nouveau style », à l’encre noire sur papier, et contient cinq lignes de texte par folio. La reliure est en cuir brun avec un rabat. Elle est estampée d’une mandorle entre la reliure, les nerfs et la bordure. Le numéro de chaque volume est estampé en écriture angulaire. Chaque juz’ porte un colophon au nom de ‘Uthmān ibn al-Ḥusayn al-Warrāq, à l’exception du vingt-troisième qui a été copié par Muḥammad ibn ‘Uthmān ibn al-Ḥusayn al-Warraq. 

Continuer la lecture de « L’impact des guerres sur le patrimoine national : l’exemple du MS Iran, Mashhad, IRSL 4316 »

La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn)

La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn), Penang, 31 Juillet 1824 (4 Zulhijah 1239), par le copiste Muhammad Umar bin Syaikh Farid
Manuscrit, papier anglais, 191 feuillets. 
240 x 180 mm
Londres, British Library, Département d’Asie du Sud-Est, Or. 13295

© British Library

Le texte du Tāj al-salāṭīn est ce qu’on appelle un « miroir des princes ». Il était principalement utilisé par les souverains pour s’informer sur les obligations et devoirs. Ce texte précis fut écrit par Bukhari al-Johori en 1603 dans la région d’Aceh, soit la pointe nord de l’île indonésienne de Sumatra. Cependant, ce manuscrit, qui reprend le texte du XVIIe siècle, a été produit bien plus tard, au milieu du XIXe siècle à Penang. Cette région, située sur la côte ouest de la péninsule malaisienne, présente un intérêt particulier, puisque de par son emplacement, elle a été le centre d’une communauté cosmopolite.

Continuer la lecture de « La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn) »

Séminaire «Monuments et documents de l’Afrique ancienne : recherches en cours en histoire, histoire de l’art et archéologie» – INHA

En partenariat avec le laboratoire Orient & Méditerranée et l’Institut des mondes africains

Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
Institut national d’histoire de l’art
6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne
75002 Paris

8 JANVIER 2020 – 9H30 > 12H30
 » L’art du livre enluminé au Maghreb à l’époque moderne : un état des lieux »
Hiba Abid (EPHE)

5 FÉVRIER 2020 – 9H30 > 12H30
 » Café et caféiers entre Éthiopie, Yémen et Égypte, une histoire encore fragmentaire à revisiter « 
Michel Tuchscherer (Irémam, Aix-Marseille université)

4 MARS 2020 – 9H30 > 12H30
Séminaire en lien avec l’ANR EthioChrisProcess et les travaux sur
la base de données des archives manuscrites éthiopiennes ; travaux sur les pratiques funéraires à Lalibela.

Plus d’infos ici