La mosquée Al-Irsyad, Bandung, Indonésie, 2010

La mosquée Al-Irsyad, Bandung (Indonésie), 2010. 
Béton, métal 
970 m2
Bandung, région du Parahyangan, Indonésie
© ARSITAG

La mosquée Al-Irsyad se situe à Bandung, en Indonésie. Cet édifice de forme cubique a été inauguré en 2010, sur le projet de l’architecte indonésien Ridwan Kamil (Urbane Indonesia) qui a également été maire de la ville. Elle est érigée dans un parc entouré par un étang. Quels sont les impacts de ces éléments sur son architecture ?

Des blocs de béton posés succinctement scandent les façades de cette mosquée, laissant parfois place à des grilles qui les perforent et qui créent des motifs d’écriture. Ceux-ci sont semblables, dans leur esthétique et dans leur construction, à un style calligraphique des plus anciens, le coufique, ici dit « géométrique ». Le bâtiment repose sur une série de colonnes architecturales qui allègent la massivité du cube, tel des pilotis, et qui permettent d’inscrire l’édifice dans toute la lignée des bâtiments modernistes.

© Urbane Indonesia

La structure cubique est aérée par un ajourage qui forme des motifs calligraphiques sur chacun des côtés. Ceux-ci font référence aux inscriptions en arabe que l’on trouve sur les lieux de culte islamique. Elles évoquent le plus souvent la construction de l’édifice, le commanditaire, et peuvent également être des extraits du texte coranique. La succession de pierres et d’espaces ouverts entre celles-ci serait également un moyen de ventiler naturellement ces espaces pouvant accueillir jusqu’à mille personnes. De plus, un bassin d’eau entoure la structure ce qui permet de tempérer le climat.

© Emilio Photoimagination

Ce jeu visuel et architectural entre le massif et le léger, l’ouvert et le fermé, permet d’établir une certaine sérénité pour les personnes qui se trouvent à l’intérieur. Les fidèles peuvent observer l’extérieur en étant protégés par cette structure. Son percement rappelle l’esthétique et l’usage des moucharabieh. Elles sont traditionnellement utilisées en contexte domestique pour ventiler l’intérieur et étaient souvent placées à proximité de points d’eau, ce qui a été fait ici. En effet, le bassin est ici le lieu de contact entre l’intérieur et l’extérieur puisqu’il se situe à la fois dans et en dehors de la mosquée, permettant d’apporter la fraîcheur nécessaire. Il comporte une sculpture circulaire sur laquelle est creusé le mot Allah. Cette eau se reflète sur le plafond des espaces intérieurs, créant alors un espace de contemplation face à cette inscription qui semble flotter.

L’architecture de cette mosquée et de son environnement, pensés comme autosuffisants en température, en fait un édifice remarquable par la justesse de ces choix. Des formes géométriques, simples et élémentaires (cube, sphère, rectangle), sont choisies de sorte à créer des espaces dépouillés magnifiés par les éléments naturels du parc et du bassin d’eau. 

Tamara Choukair

Webographie 

• Site Archdaily www.archdaily.com/87587/al-irsyad-mosque-urbane

• Site Archify www.archify.com/id/project/al-irsyad-mosque

• Site de Urbane Indonesia : www.urbane.co.id/project/al-irsyad-mosque/

La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn)

La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn), Penang, 31 Juillet 1824 (4 Zulhijah 1239), par le copiste Muhammad Umar bin Syaikh Farid
Manuscrit, papier anglais, 191 feuillets. 
240 x 180 mm
Londres, British Library, Département d’Asie du Sud-Est, Or. 13295

© British Library

Le texte du Tāj al-salāṭīn est ce qu’on appelle un « miroir des princes ». Il était principalement utilisé par les souverains pour s’informer sur les obligations et devoirs. Ce texte précis fut écrit par Bukhari al-Johori en 1603 dans la région d’Aceh, soit la pointe nord de l’île indonésienne de Sumatra. Cependant, ce manuscrit, qui reprend le texte du XVIIe siècle, a été produit bien plus tard, au milieu du XIXe siècle à Penang. Cette région, située sur la côte ouest de la péninsule malaisienne, présente un intérêt particulier, puisque de par son emplacement, elle a été le centre d’une communauté cosmopolite.

Continuer la lecture de « La couronne des rois (Tāj al-salāṭīn) »

Séminaire Calligraphies aux frontières du monde islamique – Sorbonne Université

Dans le cadre du séminaire de Madame Eloïse Brac de la Perrière, Madame Cailah Jackson interviendra sur le thème « Calligraphers and Callygraphy in Late Medieval Rûm, 1720s-1370s ».

Rendez-vous le Mardi 17 décembre 2019, de 16h à 18h à l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’art, 3 rue Michelet, Salle Focillon (2ème étage)

Plus d’informations ici