Conférence : L’histoire de l’art islamique à la lumière des archives récentes au Louvre, Yannick Lintz

Le dimanche 17 mai 2020 à 14h00, YouTube Ifao

Résumé :

Nous avons la chance au Musée du Louvre de conserver l’une des riches collections d’art islamique. Les conservateurs du musée depuis plus d’un siècle contribuent largement à la compréhension de ces œuvres par l’approche classique de leurs matériaux, techniques, datations, styles, et contextes de production. Cela demeure fondamental bien sûr. Mais les contextes internationaux récents d’accroissements du trafic illicite et du patrimoine en danger au Moyen-Orient et en Afrique nous donnent une nouvelle priorité de recherche sur l’histoire de la circulation de ces œuvres d’art islamique depuis le XIXe siècle. Dans ce sens, le département des Arts de l’Islam a récemment développé trois programmes de recherches autour de ses archives (fonds Gaston Wiet et André Godard) et des archives scientifiques françaises. Cette conférence sera l’occasion de les évoquer.

Continuer la lecture de « Conférence : L’histoire de l’art islamique à la lumière des archives récentes au Louvre, Yannick Lintz »

[Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Faire une impression (5/5), 10 octobre 2019

Texte de la conférence de Finbarr Barry Flood (New York University) lu par Annabelle Collinet (musée du Louvre) (10/10/2019)

Continuer la lecture de « [Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Faire une impression (5/5), 10 octobre 2019 »

[Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Tracer les contours (4/5), 7 octobre 2019

Conférence par Finbarr Barry Flood, New York University (Auditorium du Louvre, 7/10/2019)

Continuer la lecture de « [Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Tracer les contours (4/5), 7 octobre 2019 »

[Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Guérir avec des images et des mots (3/5), 3 octobre 2019

Conférence par Finbarr Barry Flood, New York University (Auditorium du Louvre, 3/10/2019)

Continuer la lecture de « [Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Guérir avec des images et des mots (3/5), 3 octobre 2019 »

[Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Incorporer par la poussière (2/5), 30 septembre 2019

Conférence par Finbarr Barry Flood, New York University (Auditorium du Louvre, 30/09/2019)

Continuer la lecture de « [Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Incorporer par la poussière (2/5), 30 septembre 2019 »

[Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Prendre la mesure (1/5), 26 septembre 2019

Conférence par Finbarr Barry Flood, New York University (Auditorium du Louvre, 26/09/2019)

Continuer la lecture de « [Vidéo] Finbarr Barry Flood, La Chaire du Louvre 2019 : Prendre la mesure (1/5), 26 septembre 2019 »

[Vidéo] Yannick Lintz, Arts de l’Islam au Louvre – 4/4 – Admirer

A l’occasion des 5 ans du département des Arts de l’Islam, Yannick Lintz, sa directrice, présente les trésors de la collection exposée au Louvre et répond à des questions telles que “Que recouvre l’appellation “Arts de l’Islam” ? ” ou “Comment s’est constituée la collection du musée du Louvre ? “

[Vidéo] Yannick Lintz, Arts de l’Islam au Louvre – 3/4 – Faire connaître

A l’occasion des 5 ans du département des Arts de l’Islam, Yannick Lintz, sa directrice, présente les trésors de la collection exposée au Louvre et répond à des questions telles que “Que recouvre l’appellation “Arts de l’Islam” ? ” ou “Comment s’est constituée la collection du musée du Louvre ? “

[Vidéo] Yannick Lintz, Arts de l’Islam au Louvre – 2/4 – Combattre les préjugés

A l’occasion des 5 ans du département des Arts de l’Islam, Yannick Lintz, sa directrice, présente les trésors de la collection exposée au Louvre et répond à des questions telles que “Que recouvre l’appellation “Arts de l’Islam” ? ” ou “Comment s’est constituée la collection du musée du Louvre ? “

[Vidéo] Yannick Lintz, Arts de l’Islam au Louvre – 1/4 – Comprendre

A l’occasion des 5 ans du département des Arts de l’Islam, Yannick Lintz, sa directrice, présente les trésors de la collection exposée au Louvre et répond à des questions telles que « Que recouvre l’appellation « Arts de l’Islam » ?  » ou « Comment s’est constituée la collection du musée du Louvre ? « 

[Vidéo] Christiane Gruber – Représentations figuratives du Prophète en Islam – Musée du Louvre – 23 février 2018

Conférence par Christiane Gruber, professeur d’art islamique à l’université du Michigan, dans le cadre d’un cycle de 3 conférences : les 16 et 23 février et 2 mars 2018 (Auditorium du Louvre)

Les trois conférences de cette saison, confiées à Christiane Gruber, professeur d’art islamique à l’université du Michigan, s’intéressent aux représentations de personnages religieux et profanes, de la période médiévale aux débuts du 20e siècle.

Les images du Prophète Muhammad existent-elles ou sont-elles interdites comme nous l’entendons souvent ?

Il existe cependant de nombreuses peintures figuratives qui lui sont dédiées, notamment dans les manuscrits illustrés entre 1300 et 1600 en terres turques et persanes. Cette deuxième séance explore le développement de leur iconographie et de quelle manière ces images répondaient à une variété d’attentes dévotionnelles, pédagogiques et spirituelles.

Compte-rendu des conférences de Finbarr Barry Flood – Technologies de dévotion dans les arts de l’Islam – La Chaire du Louvre – Septembre-Octobre 2019

Invité à présider la Chaire du Louvre à l’automne 2019, Finbarr Barry Flood présenta à cette occasion un cycle de cinq conférences autour des problématiques liées aux technologies de dévotion dans les arts de l’Islam. Professeur à l’Université de New York, ses recherches portent principalement sur l’histoire et l’historiographie de l’art islamique, la théorie de l’image et les représentations.

L’expression « technologie de dévotion » peut s’avérer déroutante car peu usitée ; elle concerne selon F. B. Flood l’application des connaissances technologiques à des fins sacrées. Les conférences avaient pour principal objectif de définir les objets porteurs de dévotion, d’expliquer leur système de production et d’évoquer le statut de la copie dans le cadre de la religion musulmane et la civilisation islamique. 

Poires de poussière compactée, provenant de l’intérieur de la Kaaba
© Khalili Collection

La première conférence, intitulée « Prendre la mesure », permit de poser les fondements de la réflexion de F. B. Flood et de comprendre en quoi le phénomène de copie est plus complexe que l’imitation formelle à laquelle le monde occidental est habitué. En effet, si la reproduction des lieux saints chrétiens est bien documentée, peu de monuments islamiques reproduisent la forme cubique de la Ka’ba, édifice central autour duquel les musulmans déambulent lors du pèlerinage à la Mecque. Or, les sources textuelles mentionnent de nombreuses tentatives de reproduction de ce lieu saint. Plutôt que de dupliquer la forme cubique, les architectes ont préféré évoquer la Ka’ba en copiant certaines de ses mesures comme le nombre de coudées ou le nombre de portes. Les dimensions apparaissent alors autant voire plus importantes que l’apparence visuelle. C’est le cas de la mosquée de Sankoré au Mali, construite à partir d’un bout de corde ayant servi à mesurer les dimensions exactes de la Ka’ba. Le fait de copier fidèlement les dimensions de l’édifice investit le monument de la nature sacrée de la Mecque et rappelle le caractère obligatoire du pèlerinage, tout en servant possiblement de substitut de la Ka’ba pour ceux ne pouvant se rendre à Jérusalem. Ces copies peuvent également posséder un rôle didactique afin de préparer à l’avance les rites propres et complexes du pèlerinage. 

Ainsi, le contact physique avec le sol des sanctuaires sacrés transforme les matériaux les plus banals. Si le cordon ayant servi à mesurer les dimensions de la Ka’ba revêt un caractère sacré, il en va de même pour la poussière ramassée lors du nettoyage des sanctuaires, sujet au cœur de la deuxième conférence. Grattée sur les murs ou récupérée sur le sol, la poussière était ensuite moulée en forme de petits cônes ou en pastilles d’argile estampillés de mots et d’images non figuratives. Cette pratique, apparue à la période médiévale, est de nos jours encore utilisée dans les lieux de pèlerinages musulmans, notamment chiites, et dérive d’une pratique chrétienne datant de l’Antiquité tardive. Les usages des cônes et des jetons d’argile sont multiples : souvenirs de pèlerinage, ils sont également investis d’une partie de l’aura sacrée du lieu. Certains sont par ailleurs utilisés comme amulettes ou remèdes. En grattant les pastilles, la poudre obtenue est mélangée à de l’eau puis ingérée en tant que médicaments. Ces objets sont réputés efficaces notamment en cas de morsures d’animaux venimeux (serpent, scorpions) ou de maladies oculaires. Les lieux de pèlerinage transforment ainsi la matière première en substance magique capable de guérir ou protéger le croyant.

Mais les jetons d’argile ne sont pas les seuls éléments efficaces pour guérir les maux. Dès le début du XIIe siècle sont produites des coupes en laiton ou en bronze destinées à ingérer de l’eau à des fins curatives ou prophylactiques. Ces pièces, désignées sous le terme « coupes magico-médicinales », étaient gravées de versets coraniques et de symboles magiques : soleils, lunes, ou encore figures du zodiaque. Selon F. B. Flood, le contact de l’eau sur le métal active les inscriptions et les motifs gravés et donne au contenu de la coupe un pouvoir de guérison à celui qui l’ingère. La datation et la provenance précises de ces coupes restent sujets à débats : certaines pièces portent la date 580 de l’Hégire (1184) ; néanmoins, les variations iconographiques suggèrent une production s’étalant sur plusieurs siècles. Ainsi, la présence d’une date unique symboliserait la reproduction à partir d’un même modèle. 

Coupe magico-médicinale en laiton moulé portant des traces d’incrustations en argent (détail). L’inscription sur la base indique qu’elle a été produite à La Mecque en 580 / 1184
© The al-Sabah Collection, Dar al-athar al-Islamiyyah, Kuwait

Les deux dernières conférences avaient pour principal thème les relations entre l’original et la copie. Transformées par le contact avec le corps de Muhammad, les sandales du Prophète devinrent de véritables reliques. L’une d’entre elle, conservée à Damas à la période médiévale, fut à de nombreuses reprises posée sur des feuilles de parchemins pour en tracer le contour. Ces tracés, copiés à leur tour, entraînent une série de dessins accompagnés de chaînes écrites de transmission, fonctionnant ainsi comme une garantie de leur authenticité. Les contours des sandales se retrouvent sur plusieurs supports : parchemins, rouleaux de pèlerinages, chemises talismaniques portées sous les armures ottomanes ou ‘alam (enseignes processionnelles). La sandale est chargée par les musulmans d’un pouvoir talismanique, qui s’active en touchant l’objet ou en frottant son image. Ainsi, les bénédictions du Prophète fonctionnent autant à partir de la relique – la sandale – qu’à partir des images produites d’après celle-ci.

Le désir de répliquer l’image de la sandale rappelle les écrits de Walter Benjamin sur la reproductibilité technique des œuvres d’art. Si pour le théoricien moderne, la reproduction technologique diminue l’aura sacrée de l’œuvre, dans le monde islamique, le fait de copier la sandale amplifie l’aura de la relique. Les tracés transmettent les prédications des croyants en servant d’intermédiaire entre le musulman et la relique, bien avant l’apparition de l’impression et de la photographie. Ainsi, les techniques modernes ne modifient pas le regard ou le pouvoir donné à l’objet originel, elles augmentent simplement le volume et la rapidité des copies. 

Les sujets des conférences, peu abordés dans l’historiographie des arts de l’Islam, ont permis de mettre en exergue les objets porteurs de dévotion en insistant sur leur fabrication et leur statut dans le monde islamique. Il fut surprenant de constater à quel point les pratiques musulmanes et chrétiennes sont similaires. En effet, la reproduction des mesures de lieux saints, la transformation d’objets banals en objets sacrés par contact avec les sanctuaires ou l’ingestion de poussière à des fins curatives se retrouvent autant dans le christianisme que dans l’islam. Les objets fabriqués à proximité des sanctuaires permettent au pèlerin de ramener une partie de l’aura sacrée du site et de communiquer plus facilement avec le divin. Le choix de conférences thématiques révèle toutefois un ordre plus ou moins chronologique permettant de conclure sur la fausse croyance selon laquelle l’ère moderne fait face à de nouvelles problématiques. Pour F. B. Flood, les XIXe et XXe siècles s’inscrivent dans une longue tradition de reproductibilité, l’impression et la photographie constituant un accomplissement ultime des techniques de reproduction.

Fanny Roilette

Bibliographie : 

Finbarr Barry Flood, Technologies de dévotion dans les arts de l’Islam, Pèlerins, reliques et copies, Paris, Hazan, Louvre Editions, 2019.

Les conférences sont désormais mises à ligne sur la chaîne Youtube du musée du Louvre. 

Exposition – Furûsiyya, l’art de la chevalerie entre Orient et Occident – Louvre Abu Dhabi – 19/02 – 30/05

Casque turban, Aq-Qoyunlu ou Ottoman, Turquie, 1450–1500, Louvre Abu Dhabi
© Department of Culture and Tourism – Abu Dhabi / Photo by : Thierry Ollivier

Cette exposition majeure explore les liens uniques et extraordinaires entre la furûsiyya orientale et la chevalerie en occidentale, révélant les origines de l’émergence d’une classe et d’une culture chevaleresques dans l’Orient islamique et l’Occident chrétien.

Continuer la lecture de « Exposition – Furûsiyya, l’art de la chevalerie entre Orient et Occident – Louvre Abu Dhabi – 19/02 – 30/05 »

Panneau à l’oiseau fleur

Panneau à l’oiseau fleur, Egypte, IX e siècle
Bois sculpté
H. 73 ; L. 33 cm
Paris, musée du Louvre, département des arts de l’islam, don D. Fouquet, 1892, OA 6023

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Hughes Dubois

La taille oblique ou en biseau du bois, du stuc et du verre a été développée dans les ateliers abbassides, notamment à Samarra, dès le début du IXe siècle. Rapidement, les ateliers égyptiens font leurs cette technique, qu’ils utilisent afin de créer des œuvres stylisées, parfois abstraites, tel cet oiseau mi-animal mi-végétal, sculpté dans un panneau de bois aujourd’hui fragmentaire.

Continuer la lecture de « Panneau à l’oiseau fleur »

Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval

Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval
Inde moghole, XVIIe siècle
Manche en jade, rubis, émeraudes, et or – lame en acier damassé et damasquiné d’or
Hauteur : 50,5 cm – Largeur : 9,1 cm
Paris, musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, n°inv. R 890

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Hughes Dubois

Entre 1526 et 1858, les Moghols règnent sur le sous-continent indien. Originaires d’Asie centrale, les  artisans moghols allient les motifs iraniens à un goût prononcé pour la nature et le monde vivant. L’Inde moghole est particulièrement réputée pour la production d’objets en pierres dures incrustés de gemmes.

Continuer la lecture de « Poignard (khandjar) à manche en tête de cheval »