Base de données – Boiseries de la période timouride en Iran et en Asie centrale

Le projet visait à analyser et à interpréter une collection substantielle d’un type spécifique de culture matérielle produite en Iran et en Asie centrale, principalement pendant la période timuride (environ 1370 à environ 1510). Alors que seuls quelques exemples provenant d’un contexte séculier ont survécu, la majeure partie du matériel, principalement des portes, des grilles (mashrabiyas), des minbars et des cénotaphes, appartient ou a appartenu à des bâtiments religieux, des mosquées, des madrasas et des mausolées. Ces derniers sont souvent des sanctuaires de descendants d’Imams, répartis dans tout l’Iran, mais avec une forte concentration dans les provinces septentrionales de Mazandaran et Gilan, riches en arbres et donc en bois. De nombreux objets contiennent des inscriptions plus ou moins longues fournissant, outre des textes religieux (Coran, Hadiths, etc.), des informations historiques telles que le nom du commanditaire, le(s) nom(s) du(des) ouvrier(s) du bois (najjār) et la date de production de l’objet, ce qui permet de préparer un cadre de travail daté du XIVe au XVIe siècle. Au-delà de son approche historique et de l’histoire de l’art, ce projet a également un aspect lié au patrimoine : la “protection virtuelle” du matériel qui a été et est toujours sous la menace permanente d’être négligé, trop restauré ou volé.

Continuer la lecture de « Base de données – Boiseries de la période timouride en Iran et en Asie centrale »

Chirin contemplant le portrait de Khosrow


Chirin contemplant le portrait de Khosrow, observé par Sapur, Peinture issue d’un manuscrit contenant une copie du Khamsa de Nizami,
1442, Hérat, Afghanistan,
Encre et pigments opaques sur papier,
Londres, British Library, Ad. 25900, folio 41r

© domaine public

Entre 1165 et 1203, le poète Nizami compose le Khamsa, un ensemble de cinq poèmes en vers. La première œuvre du recueil, le Makhzan al-asrar (Le Trésor de Mystères), est un traité mystique livrant une série de leçons morales. Il est suivi par les poèmes Khosrow va Chirin (Khosrow et Chirin), Layla va Majnun (Layla et Majnun) et le Haft Paykar (Sept portraits). Tous trois relatent des histoires d’amour tumultueuses. Finalement, l’Iskandar-nameh (Le Livre d’Iskandar) vient clôturer le recueil. Il s’agit d’un récit retraçant la vie, en grande partie romancée et imaginaire, du conquérant Alexandre le Grand.

Continuer la lecture de « Chirin contemplant le portrait de Khosrow »